Skip to main content

La nouvelle enceinte sans fil de Bang & Olufsen peut facilement se perdre dans votre bibliothèque

beosound emerge
(Crédit photo: Bang & Olufsen)

Si vous recherchez une enceinte sans fil qui se range soigneusement dans votre bibliothèque, le dernier modèle de Bang & Olufsen devrait faire amplement l'affaire. 

La Beosound Emerge a été conçue avec une silhouette aplatie, "s'inspirant du facteur de forme compact d'un livre", ce qui, selon la société, lui permet de "se glisser facilement au milieu de romans et autres objets domestiques". 

Comme la Beosound Balance, une enceinte architecturale qui repose sur une base cylindrique, le modèle Emerge a été créé en collaboration avec le designer Benjamin Hubert. Elle est dotée de panneaux latéraux qui s'enroulent autour de l'enceinte comme "la couverture d'un livre", tandis que sa façade avant est ornée du logo Bang & Olufsen, tout comme le dos d'un livre expose le nom de son auteur.

Cette enceinte ultime Bang & Olufsen emploie des matériaux luxueux et agréables au toucher, notamment du bois de chêne, de l'aluminium et une étoffe textile délicate. 

L'interface utilisateur se trouve sur le dessus de l'enceinte, avec des commandes tactiles qui vous permettent de lancer la lecture de votre musique, tandis que le volume peut être contrôlé par le biais de gestes circulaires autour du panneau de commande.

beosound emerge

(Image credit: Bang & Olufsen)

Malgré sa finesse, Bang & Olufsen affirme que l'Emerge offre une "expérience sonore premium". 

Elle peut en effet compter sur un haut-parleur médium de 37 mm monté en angle, qui émet les sons depuis l'avant de l'enceinte, aux côtés du tweeter à dôme souple de 14 mm. Par ailleurs, un woofer à diffusion latérale permet au son d'être "guidé" vers l'arrière de l'appareil, ce qui devrait délivrer des performances audio étendues et adaptées à la pièce.

L'enceinte est en outre dotée d'une technologie de compensation active de la pièce qui personnalise le profil sonore de l'Emerge en fonction de la façon dont elle est placée dans votre foyer - un peu comme les enceintes Sonos utilisent la technologie Trueplay pour calibrer leur son. En d'autres termes, le Beosound Emerge disposerait d’un son optimal, qu'il soit placé en haut de votre bibliothèque, sur le comptoir de votre cuisine ou sur votre table de chevet.

Si vous souhaitez améliorer encore la qualité sonore de votre Emerge, celle-ci peut être associée sans fil à d'autres enceintes Bang & Olufsen connectées. 

En ce qui concerne la connectivité, la nouvelle enceinte sans fil prend en charge Apple AirPlay 2, Chromecast, et sera compatible avec le système multiroom Beolink de Bang & Olufsen, d’ici fin 2021. L'enceinte dispose également d'une radio intégrée, ainsi que d'un microphone pour garantir une option mains libres via Google Assistant.

À l'épreuve du temps

En dehors de son look passe-partout, ce qui est intéressant avec la Beosound Emerge, c'est qu'elle devrait vous durer très longtemps.  

Et pour cause, elle est équipée du module de connectivité évolutive de Bang & Olufsen, qui a été introduit pour la première fois avec l’enceinte Wi-Fi Beosound Level. Selon la société, ce module a été "doté d'une puissance de traitement et d'une technologie de connectivité suffisantes pour recevoir de nouvelles mises à jour des performances et des fonctionnalités pendant des années". 

Bang & Olufsen précise que "si la technologie de connectivité et de streaming devient obsolète, le module peut être remplacé par les dernières mises à jour technologiques, ce qui garantit l'avenir de l'enceinte". 

C'est une perspective attrayante, surtout si l'on considère le prix élevé de la Beosound Emerge. Disponible en deux couleurs, vous pouvez l'obtenir en version noir anthracite pour 599 € ou en édition dorée haut de gamme au prix de 749 €. Ce qui se révèle beaucoup plus cher que d'autres enceintes sans fil performantes comme la Sonos One et la HomePod mini d'Apple.

Olivia Tambini

Olivia is TechRadar's Audio & Music Editor, covering everything from headphones to smart speakers. Based in TechRadar's London offices, she previously worked in the music industry for a few years before finding her calling in journalism. In her spare time Olivia loves playing retro video games, hanging with her cat Ethel and golden retriever Dora, and bingeing on Netflix.