Skip to main content

Test de Disney Plus

La Maison de Mickey entre en guerre contre Netflix, Apple et Amazon.

Test de Disney Plus
(Image: © Lucasfilm)

Notre verdict

Disney Plus - ou « Disney + », comme l’appelle la firme de Mickey, peut bouleverser le marché de la SVOD et du streaming vidéo cette année. Face à Netflix bien décidé à conserver son titre de leader et des outsiders comme Amazon Prime Video, OCS et Apple TV Plus, Disney sort l’artillerie lourde : un catalogue riche et polyvalent, une plateforme solide et un prix d’abonnement dérisoire. Reste la position particulière du service en France, limité par le principe de chronologie des médias. Un véritable frein ?

Pour

  • Résolution 4K avec Dolby Vision
  • Téléchargements disponibles immédiatement et à vie
  • Contenu original et varié
  • Excellent rapport qualité-prix

Contre

  • La chronologie des médias limite le catalogue
  • Attendre une semaine entre chaque épisode de sa série préférée
  • Cible tous publics, oubliez Deadpool et Alien

Disney Plus en deux minutes chrono

Disney Plus est une force avec laquelle il faudra désormais compter dans le paysage audiovisuel. Le service de streaming de Disney propose une résolution standard 4K avec des près d’un millier de programmes - films, séries et émissions -  pour le prix ridicule de 6,99 euros par mois. Avec, en bonus, la possibilité de configurer plusieurs profils et de télécharger vos programmes pour les regarder hors ligne. A vie.

Autant le dire de suite : nous aurions aimé trouvé davantage de contenus à disposition, dès le lancement de la plateforme. Après tout, le catalogue des productions Disney est réputé comme quasi-illimité. Toutefois, avec ses 500 films et 350 séries proposés, vous devriez occuper plusieurs soirées fictions en famille. D’autant plus si vous êtes un aficionado des univers Marvel et Pixar. Reste à déterminer la fréquence et le volume de nouveaux programmes qui seront consommables par les abonnés Disney Plus chaque mois.

Des données encore plus complexes à prédire avec la spécificité de la législation française. Le paysage audiovisuel national est en effet soumis au principe de la chronologie des médias. Selon ce dernier, une plateforme SVOD doit laisser s’écouler de 17 à 36 mois entre la sortie d’un film en salles de cinéma et sa diffusion en ligne. Le délai est plus ou moins long en fonction du nombre d’entrées réalisées par le titre à l’issue de sa quatrième d’exploitation. Mais aussi de différents accords interprofessionnels. A terme, Disney Plus pourrait obtenir une réduction de ce délai, à l’instar d’OCS et de Canal Plus - le distributeur officiel du service en France. Aujourd’hui, ces deux acteurs du streaming vidéo attendent entre 6 et 8 mois après la sortie d’un film sur grand écran, avant de pouvoir l’intégrer dans leur grille des programmes.

En parlant de grille justement, que vaut celle de Disney Plus ? Pour l'instant, nous pouvons compter sur la présence de quelques créations originales, emmenées par le spin-off de la saga Star Wars, The Mandalorian, qui a connu un véritable succès public aux Etats-Unis. Mais la majeure partie des propositions sont des classiques. Disney évidemment avec des références comme Là-Haut, Monstres et Compagnie, Le Roi Lion. Et puis - presque - tous les films Star Wars ou Marvel visionnés en Ultra Haute Définition.

Ce que nous apprécions le plus, c'est que, pour un seul abonnement souscrit, vous avez le droit de regarder Disney Plus sur quatre écrans en simultané. Et d’enregistrer jusqu'à sept profils sur l’interface. Une excellente offre familiale, avec un grand nombre de films jeunesse tels que La Reine des Neiges et Toy Story que les enfants adorent voir et revoir à répétition. Tandis que des affiches comme The Mandalorian ou Le Monde selon Jeff Goldblum plairont beaucoup aux parents.

Si vous pouvez faire abstraction de la fréquence de renouvellement des contenus et que vous privilégiez avant tout les programmes de qualité, le tout pour un coût minime, vous considérerez Disney Plus comme une solide alternative à Amazon Prime Video, OCS, Canal Plus, Apple TV Plus et même Netflix.

Prix et date de lancement de Disney Plus

Lancement Disney Plus

(Image credit: Disney)

Disney Plus est sorti officiellement le 12 novembre 2019 aux États-Unis et au Canada. En France et en Europe, la plateforme arrive en ligne le 7 avril 2020. Comme pour les autres pays, les abonnés français peuvent bénéficier d’un essai gratuit de sept jours pour découvrir les contenus et l’interface de Disney Plus.

A la fin de la période d'essai, vous devrez payer 6,99 € par mois. Un abonnement qui vous donnera accès à une diffusion sur 4 écrans en simultané, jusqu’à 7 profils enregistrés et une résolution 4K. En comparaison, la formule Premium de Netflix - similaire - est facturée 15,99 € par mois.

Mieux : si vous êtes abonné(e) à Canal Plus et au pack Ciné / Séries, Disney Plus est intégré gratuitement au sein de celui-ci. La chaîne cryptée distribue le service Disney sur l’ensemble des box internet. Vous n’êtes pas abonné(e) ? L’offre Canal Plus avec Pack Ciné / Séries comprenant Disney Plus et aussi les chaînes OCS coûte actuellement 36,90 € par mois sans engagement.

Application Disney Plus : quels appareils sont compatibles ?

Application Disney Plus

(Image credit: Disney Plus)

Vous pouvez regarder les programmes Disney Plus à partir de plusieurs appareils connectés et de systèmes d'exploitation.

Les navigateurs Chrome, Firefox et même Microsoft Edge prennent aisément en charge le service. Si vous êtes plutôt mobile, vous opterez pour les applications iOS et Android qui, l’une comme l’autre, s’avèrent d’une fluidité absolue. Enfin, les joueurs consoles ne sont pas en reste, puisque la PS4 et la Xbox One embarquent l'application depuis peu. La Nintendo Switch, en revanche, n’a pas encore inclus la plateforme dans sa boutique d’applications.

Et qu'en est-il des téléviseurs connectés ? Le système webOS des téléviseurs LG embarque déjà  l'application Disney, tout comme les TV et box Android (Nvidia Shield TV, Sony TV, Hisense TV), Google Chromecast et les Apple TV.

Nous l'avons mentionné précédemment : un abonnement Disney+ vous donne accès à quatre flux simultanés avec sept profils sur un maximum de dix appareils. Lors de nos tests, nous avons réussi à utiliser un compte sur plusieurs plateformes pour regarder un film différent sur chaque compte, en même temps. Ce qui a fonctionné exactement comme on pouvait s'y attendre.

Design et interface de Disney Plus

Si vous avez l’habitude de vous connecter sur les plateformes Netflix ou Amazon Prime Video, vous ne serez pas dépaysé(e) par celle de Disney Plus, en termes de design et d'interface utilisateur. Face à vous, des lignes de contenus triées par thématique, box-office, recommandations et autres filtres divers.

Les logos des cinq grandes familles de Disney (Disney, Pixar, Star Wars, Marvel, National Geographic) se confrontent dans un menu dynamique qui renvoie directement aux films, séries et émissions relatives à ces marques. Sur la première rangée, trônent les œuvres les plus plébiscitées de la Maison de Mickey : The Mandalorian, Les Simpson et Avatar.

Bien sûr, la page d’accueil poussera toujours en priorité les contenus originaux (et frais) du service, ainsi que les programmes recommandés en se basant sur votre historique de navigation. Juste en-dessous, vous trouverez plusieurs thématiques aléatoires qui ont pour but de vous inciter à cliquer sur des fictions ou des documentaires que vous n’auriez pas choisis en temps normal. Une invitation maline à la découverte et à la curiosité.

Image 1 sur 3

(Image credit: Disney Plus)
Image 2 sur 3

(Image credit: Disney Plus)
Image 3 sur 3

(Image credit: Disney Plus)

Si vous n’aimez pas forcément les surprises, rassurez-vous : il vous reste pléthore de sections entières réservées aux films et aux séries classiques Disney. Ainsi qu'une fonction de recherche efficace pour tomber exactement sur ce que vous cherchez.

Plutôt bien caché, dans les accès directs « Films » et « Séries », il existe un menu déroulant pour sélectionner votre contenu par genre. Sept filtres s’offrent à vous : Action/Aventure, Animation, Comédie, Documentaire, Drame, Enfants, Courts métrages et Ultra HD.

Dans l'ensemble, sans être révolutionnaire, la navigation proposée par Disney Plus s’avère concise et facile à prendre en main. Avec un peu plus de contenus mis en avant que sur Netflix et Amazon Prime Video.

Films, séries, émissions : que regardez sur Disney Plus ?

Disney Plus possède à ce jour la plus grande bibliothèque de films et de séries disponibles sur un seul service. Des classiques intemporels à l’instar de Cendrillon, Bambi, Aladin aux plus grosses franchises modernes comme Marvel et Star Wars. En passant par des séries plébiscitées par toute la famille, à l’image des Simpson qui squattent le petit écran depuis trois décennies. Au total, c’est près de 500 films et 350 séries et émissions qui nous sont offerts au lancement de la plateforme. Que retenir de cet impressionnant catalogue qui nous promet de folles mises à jour en 2020 ?

Marvel sur Disney Plus

(Image credit: Marvel)

Une place de premier choix pour le Marvel Cinematic Universe

Envie de vous lancer dans un marathon spécial MCU, faites-vous plaisir. Disney Plus intègre 12 films issus des trois premières phases de la franchise, d’Iron Man (2008) à Doctor Strange (2016). La chronologie des médias laisse en suspens les sept derniers films sortis dont les très plébiscités Avengers: Infinity War et Endgame. Ajoutons à ces absences les films Spider-Man et Hulk, qui appartiennent aux studios Sony et Universal.

Pour les combler, Disney mise sur une seconde franchise majeure issue de la Fox : les X-Men. Le géant du divertissement a clairement exprimé son intention de refondre l’univers mutant dans le MCU. Il faudra attendre la Phase V, soit au minimum 2023, avant de recroiser de nouveau les X-Men sur grand écran. En attendant, huit films X-Men sont disponibles sur Disney Plus. Seuls les spin-offs Deadpool et Logan sont écartés, car s’adressant à un public adulte.

Côté séries, Disney a ajouté 33 saisons de dessins animés et de shows TV liés aux-super-héros, à l’instar d’Ultimate Spider-Man ou des Agents du S.H.I.E.L.D. Nous ne retrouverons pas, hélas, Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage, Iron Fist, The Punisher découverts sur Netflix. Ou les aventures de l’Agent Carter et des Runaways.

Disney produira et diffusera également - sans retard lié à la chronologie des médias - huit nouvelles séries étiquetées MCU. The Falcon and The Winter Soldier débutera en août 2020 et narrera les aventures des anciens coéquipiers de Captain America, après les événements d’Avengers Endgame. La mini-série sera suivie entre la fin de l'année et le printemps 2021 par deux autres feuilletons prometteurs : WandaVision autour du couple maudit des Avengers et Loki dans laquelle nous retrouverons notre super-vilain préféré. Durant l’été, la série What If présentera les destins alternatifs de certains héros Marvel comme Peggy Carter devenue Cap America à la place de Steve Rogers. A l’automne 2021, Hawkeye introduira Kate Bishop, le premier membre des nouveaux Avengers. Puis en 2022, nous rencontrerons trois personnages qui feront grand bruit : Ms Marvel, Moon Knight et She-Hulk.

Star Wars sur Disney Plus

(Image credit: Lucasfilm)

Star Wars : la saga se poursuit sur Disney Plus

Alors que l’Episode IX (L’Ascension des Skywalker) vient de conclure la dernière trilogie au cinéma, Disney - propriétaire de la licence depuis 2012 - met à disposition les sept premiers films sur la plateforme française. Ainsi que le film dérivé Rogue One. Pas de nouvelle pour l’instant des deux derniers chapitres de la saga et de Solo, mais ce dernier - au moins - pourrait rejoindre la vidéothèque Star Wars en 2020.

Il n’empêche que la véritable attraction Star Wars sur Disney Plus est et restera la série The Mandalorian. Dirigée par Jon Favreau (le réalisateur d’Iron Man et du Livre de la Jungle), le show connait un succès critique phénoménal aux Etats-Unis et la saison 2 devrait être diffusée dès octobre. Située entre Le retour du Jedi et Le réveil de la Force, l’histoire de The Mandalorian se focalise sur les démêlés d’un chasseur de primes, le Mandalorien, avec un ancien officier supérieur de l’Empire et son armée de Stormtroopers. Un western galactique qui a coûté à Disney la modique somme de 15 millions de dollars par épisode. Croyez-nous : à l’écran, vous apprécierez chaque centime dépensé.

Et ce n’est pas tout ! Deux autres séries live Star Wars verront le jour sur Disney Plus à l’horizon 2021. La première lèvera le voile sur les origines de Cassian Andor, l’intrépide héros de Rogue One interprété par Diego Luna. La seconde se veut aussi un retour dans le passé, plus précisément entre les Episodes III et IV de la saga. Nous y suivrons l’exil d’un certain Obi-Wan Kenobi sur la planète Tatooine et sa rencontre avec Luke Skywalker. Bonne nouvelle bis : Ewan McGregor reprendra son rôle fétiche.

Dernier projet et non des moindres : la série animée Clone Wars, diffusée entre 2008 et 2014 sur Cartoon Network, bénéficie d’une septième saison composée de 12 épisodes inédits. Ces derniers sont accessibles dès le 7 avril.

Les Simpson sur Disney Plus

(Image credit: Disney)

D’oh - 30 saisons des Simpson et tous les films grand public de la Fox en bonus

Depuis mars 2019, Disney est propriétaire de l’ensemble des productions de la 21st Century Fox et peut les diffuser - ou ne pas les diffuser - où bon lui semble. Une aubaine pour Disney Plus.

Parmi les programmes phares de la Fox, la série Les Simpson a tout naturellement atterrie sur le service de streaming tous publics. Les 30 premières saisons du show de Matt Groening sont consultables en intégralité.

Vous disposez aussi de quelques grands succès de la Fox à destination de toute la famille. Citons Avatar de James Cameron, Qui veut la peau de Roger Rabbit de Robert Zemeckis, La Mélodie du Bonheur de Robert Wise. Maman j’ai raté l’avion et ses suites seront également présents, en attendant un projet de reboot soumis par Disney.

Le roi lion sur Disney Plus

(Image credit: Disney)

Les autres exclusivités Disney Plus

Si vous pensez que Marvel et Star Wars sont les seuls arguments valables de Disney Plus, détrompez-vous. Au-delà de l’intégralité des films classiques Disney, de Blanche-Neige à Zootopie, la plateforme SVOD accueillera une gigantesque sélection de nouvelles émissions et séries télévisées supplémentaires.

Fans du monde Pixar, vous pourrez apprécier Sparkshorts, une collection de courts métrages réalisés par les étoiles montantes du studio d’animation. Les caméras cachées de Pixar en vrai espionnent de leur côté le quotidien de personnages désormais légendaires comme Wall-E. Fourchette se pose des questions est un programme à destination des tout-petits, présenté par le dernier jouet de Toy Story 4. Et si vous avez aimé Monstres et compagnie, la suite des aventures de Sulli et Bob est en préparation. Intitulée Monsters at Work, la série sera diffusée courant 2020.

A l’instar d’Aladin, du Roi Lion et bientôt de Mulan, Disney prévoit une armada de films live directement inspirés de ses dessins animés classiques. Certains de ces remakes seront programmés en exclusivité sur Disney Plus, comme La Belle et le Clochard et Merlin l’enchanteur.

Bon gré, mal gré, d’autres « résurrections » verront le jour. Préparez-vous à une déferlantes d’adaptations de films ou séries cultes des années 90 et même des 2000’s : Le Gang des champions, Trois hommes et un couffin, Les Muppets, La nuit au musée, Treize à la douzaine, Lizzie McGuire

S’informer est tout aussi important que divertir chez Disney et la compagnie a aussi misé sur la production de documentaires mais aussi d’émissions centrées sur la science et l’écologie. Vous retrouverez, par exemple, deux vedettes de la trilogie Thor pour animer Dolphin Reef et Le monde selon Jeff Goldblum. Respectivement Natalie Portman et… vous savez qui.

A noter que les programmes des chaînes françaises Disney Channel, Disney Junior, Disney XD et Disney Cinema sont aussi transférés dès le 7 avril sur Disney Plus.

Qualité audio et vidéo de Disney Plus

Vous ne possédez pas de téléviseur 4K ? Ne vous inquiétez pas. Malgré sa résolution premium adoptée par défaut, Disney Plus diffusera aussi ses programmes en HD/SDR, la définition idéale pour la plupart des grands écrans et des smartphones.

Mais Disney a mis un point d’honneur à proposer à ses jeunes - et moins jeunes - abonnés des contenus à la qualité d’image supérieure. Plusieurs œuvres sont proposées en 4K/HDR avec support Dolby Vision, sans frais supplémentaires. Cela comprend l'intégralité de la saga Star Wars (épisodes 1, 2 et 3 inclus), des films d'animation modernes comme La Reine des Neiges, ou des classiques remasterisés tels qu’Aladin et La petite sirène. Ne vous attendez pas à plus de 100 titres, Netflix ne fait guère mieux, mais c'est un début prometteur et cela montre que Disney réfléchit sérieusement à l'élargissement de sa collection Ultra HD. Encore faut-il disposer d’une connexion Internet stable de 10 Mbps minimum et d’un téléviseur 4K.

Disney Plus

(Image credit: Disney)

Si vous voulez économiser de la bande passante, Disney Plus vous propose de visionner vos programmes hors connexion. Tous les contenus diffusés sur le service de streaming pourront être consultés à vie par les abonnés, s’ils les ont téléchargés au préalable. Et ce, même lorsqu’ils seront retirés du catalogue. Un avantage certain sur Netflix et consorts.

L'application Disney Plus vous permet de limiter la quantité de données mobiles consommées, si vous regardez vos films et séries sur smartphone. Vous recevrez alors un flux SD par défaut, ce qui demeure un affichage correct sur petit écran. Sachez que vous pouvez profiter tout de même des options moyenne et haute définition, y compris sur mobile.

Petit bug à souligner néanmoins. Lorsque vous quittez un programme Disney plus et que vous le relancez ultérieurement, un écart est observable. Vous revenez légèrement avant la coupure, là où Netflix vous propose de reprendre votre contenu à la seconde près. Nous avons rencontré ce problème à plus d’une reprise.

Pour conclure…

Considérer Disney Plus comme LE service de streaming incontournable aujourd’hui semble un peu prématuré. Le nouvel acteur doit encore remplir son catalogue de multiples créations originales avant de prétendre à la place de leader de Netflix. Sans nouveautés, freiné par la chronologie des médias, le service risquerait de se tarir en quelques mois. Cela dit, le catalogue de lancement s’impose comme un concurrent solide face aux titans installés du streaming. Quant à son abonnement « discount », il en fait l'une des plateformes les plus abordables à ce jour.

Grâce à son essai gratuit de sept jours, nous vous recommandons d'essayer le service pendant au moins quelques semaines. Entre les films Marvel, la saga Skywalker en 4K et les dizaines de classiques Disney qui plairont à toutes les tranches d'âge, il y a de quoi vous occuper.

(Image credit: Lucasfilm)

C'est pour qui ?

Bien évidemment pour les Disneyphiles qui se ruent dans les salles de cinéma pour découvrir le dernier film d’animation Disney. Ou qui partent en pèlerinage à Disneyland Paris au moins une fois par an. Les fans de Mickey, Dingo, Daisy, Buzz l’éclair et Elsa, de 0 à 177 ans.

Autre public visé : les amateurs de science-fiction et de comic-books. Disney mise grandement sur le développement des licences Marvel et Star Wars, au cours de la prochaine décennie. Si vous ne souhaitez pas manquer le retour des Avengers ou la prochaine trilogie Star Wars, c’est sur cette plateforme qu’il faudra compter.

(Image credit: Disney)

C’est plutôt déconseillé aux…

Binge-watchers ! Vous avez l’habitude de consommer vos séries Netflix en une soirée ? Vous risquez d’être frustré(e) par le rythme de diffusion hebdomadaire de Disney Plus. Attendre une semaine entière pour découvrir le nouvel épisode d’une série originale, comme The Mandalorian, peut s’avérer un calvaire.

Enfin, Disney Plus ne diffusera pas (à court terme) d’émissions sportives comme culturelles, de sitcoms et des programmes dits adultes. Si les fictions familiales vous ennuient, économisez un abonnement.

Jarno Stinissen, Bram Lodewijks et Henry St. Leger ont tous contribué à ce test.