Skip to main content

Un an après son lancement, où en est le catalogue Disney Plus ?

Disney Plus
(Crédit photo: Disney)

Voici maintenant un an que Disney Plus a vu le jour, tout du moins en Amérique du Nord - en France, nous avons découvert le service de streaming vidéo Disney le 7 avril dernier. Alors que ses premiers abonnés s’apprêtent à renouveler leur abonnement annuel (ou pas), comment la plateforme Disney Plus prépare-t-elle 2021 ? Netflix et Amazon Prime Video doivent-elle s’inquiéter ?

A l’occasion d’Halloween, certains spectateurs ont pu (re)découvrir de très grands classiques du cinéma d’animation, à l’instar de Frankenweenie ou encore de L’étrange noël de Monsieur Jack, tous deux réalisés par Tim Burton. Deux affiches qui surpassent, encore aujourd’hui, plusieurs des productions Pixar les plus récentes. Et qui illustrent à quel point Disney Plus est rempli de joyaux cachés.

The Mandalorian

(Image credit: Disney/Lucasfilm)

Pourtant, à l’heure actuelle, la bibliothèque streaming de Disney n'est pas si profonde - et si vous êtes un abonné adulte, vous avez certainement investi moins d’une centaine d’heures devant ses programmes en 2020. Soit en tant que spectateur nostalgique de quelques pépites des années 80/90, soit devant The Mandalorian. Reste que 100 heures de divertissement à moins de 70 €, c’est tout à fait honorable pour un produit culturel. Et, en ce sens, Disney Plus s’avère plus rentable que bon nombre de jeux vidéo.

Si vous avez des enfants, en revanche, Disney Plus constitue une véritable mine d’or (pour ne pas dire baby-sitter, particulièrement au cours des quelques épisodes confinés de 2020). Les plus jeunes téléspectateurs ne se contentent pas d’explorer l’intégralité du catalogue, ils peuvent regarder la même fiction deux à trois fois de suite, sans la moindre lassitude. Disney Plus demeure, en fin de compte, un service dédié à la famille qui concentre particulièrement ses efforts dans la production de programmes originaux (Artemis Fowl, Stargirl), de documentaires (L’étoffe des héros), ou de jeux TV (La grande imposture) pour tous.

Cette première année a vu timidement éclore ces contenus novateurs, même si nous devrons attendre quelques années avant qu’ils ne deviennent la norme. D’ici là, les classiques continuent de monopoliser le catalogue et la page d’accueil de Disney Plus. Ainsi, des séries qu’on ne présente plus, à l’image des Simpson, fédèrent grands, petits et moyens devant leur(s) écran(s). Il n’est donc pas étonnant de voir Disney miser sur l’intégration de nouvelles saisons - nous avons découvert la 31e mettant en scène les habitants de Springfield au début du mois d’octobre.

Nous assistons également à une lente migration des films de la Fox, comme les sagas X-Men ou La nuit au musée, mais aussi des blockbusters voués à donner des suites comme Avatar. Ces ajouts ont permis de compenser quelques mois calmes. La mise à niveau de ces contenus, de plus en plus souvent proposés en résolution 4K, à un tarif stable, suscite encore de nouvelles inscriptions et conserve une base d’abonnés solide.

Disney Plus a-t-il réussi sa rentrée ?

Disney a été durement touché par la pandémie mondiale. Tant sur les tournages en cours que sur la programmation Disney Plus de la rentrée 2020, complètement chamboulée depuis. Nous aurions dû découvrir la première série du Marvel Cinematic Universe, Le Faucon et le Soldat de l’Hiver, en août dernier. Finalement, celle-ci est reportée à une date encore non communiquée, quelque part en 2021. Même punition pour WandaVision, autre titre très attendu du MCU, qui passe de « fin 2020 » au 15 janvier 2021.

Disney Plus

(Image credit: Disney)

Mais la Covid-19 a également permis d’avancer certaines sorties telles que la comédie musicale Hamilton ayant rejoint le catalogue en juillet - alors que nous l’attendions l’an prochain. Le film live Mulan, de son côté, aurait dû gagner les salles obscures en mars dernier, mais leur fermeture en a décidé autrement. Disney a décidé de le diffuser sur le service de streaming, moyennant 22 € de frais supplémentaires (s’ajoutant à votre abonnement). Nous n’avons aucune data nous permettant de juger du succès de cette stratégie et nous ne savons pas si l’entreprise la réitérera à l’avenir. Néanmoins, il semblerait que Mulan soit intégré gratuitement sur Disney Plus, à partir du 4 décembre. Autre transfuge du cinéma, Soul - la dernière production Pixar - sortira le 25 décembre sur la plateforme.

Disney Plus aurait-elle connu une année meilleure ou pire dans un monde sans pandémie ? Difficile à dire, mais son bilan paraît honnêtement équilibré en cette fin d’année. Sauf si vous êtes fan de Star Wars - auquel cas, le service vous a plus que gâté en nouveautés avec deux saisons disponibles de The Mandalorian, plus la dernière saison de The Clone Wars.  

Les adultes, ce problème

Comment rendre Disney Plus davantage attrayant pour les adultes ? A ce jour, le géant du divertissement n’a pas résolu cette énigme. Le nom « Disney Plus » est presque un handicap du fait de sa symbolique tout public, l’empêchant d’exploiter des franchises plus matures à l’image d’Alien, Die Hard ou encore Deadpool. Si Disney peut se rabattre sur Hulu, son service de streaming réservé aux plus de 13 ans, aux Etats-Unis, ce type de fictions doit faire l’objet d’accords inter-plateformes dans le reste du monde. En France par exemple, Deadpool est actuellement diffusé sur Amazon Prime Video.

Dernier coup de maître de la société : elle lancerait en 2021 un second service de streaming international, comparable à Hulu. Baptisé Star, celui-ci engloberait plus de 400 films et 300 séries issus des maisons Touchstone Pictures (Armageddon, Le Prestige, Glass), Searchlight Pictures (Slumdog Millionnaire, Black Swan), ABC Studios (Good Doctor, Murder, Castle mais surtout les séries Marvel de Netflix dont Daredevil et The Punisher), FX (American Horror Story, Legion, The Americans) et bien sûr la Fox (Les Nouveaux Mutants, Alita: Battle Angel, The X-Files).

Les abonnés Disney Plus pourront-il souscrire à un bundle spécifique embarquant les programmes adultes de Star ? Tout est possible.

Star Wars IX

(Image credit: Disney)

La chronologie des médias, un autre casse-tête

Si les abonnés américains et la plupart de leurs pairs internationaux peuvent visionner aujourd’hui La Reine des Neiges 2 et Star Wars IX : L’ascension de Skywalker sur Disney Plus, les Français, eux, sont soumis à la chronologie des médias. Une exception culturelle nationale qui consiste à patienter 36 mois entre la sortie d’un film au cinéma et sa diffusion sur les plateformes SVOD. Ainsi, il nous faudra attendre la fin de l’année 2022 pour découvrir les deux blockbusters précités sur Disney Plus France. A moins que…

Le 28 octobre dernier, les représentants de Disney Plus - mais aussi d’Apple TV+, de Netflix et d’Amazon Prime Video - se sont entretenus avec la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. L’objet de l’entrevue : réduire le délai imposé en échange d’un investissement massif de 20 à 25% de leur chiffre d’affaires local dans la création française. Si les deux parties s’entendent, les services SVOD pourraient probablement inclure de nouveaux films moins d’un an après leur sortie en salles, au même titre que Canal Plus et OCS. Et ce, dès l’été 2021.

Le meilleur est peut-être à venir

WandaVision

(Image credit: Disney Plus)

Le manque de visibilité à long terme sur la programmation de Disney Plus fait nous empêche d’émettre la moindre prévision sur la qualité du futur catalogue 2021 - et là encore, la pandémie en est responsable dans une certaine mesure. La saison 2 de The Mandalorian se terminera à la fin de l'année, puis Soul débarquera en décembre. Après cela, nous devrons patienter entre deux séries estampillées MCU, même si nous n’avons aucune date de lancement pour Le Faucon et le Soldat de L’Hiver, ainsi que pour Loki. Il est de même possible que certaines sorties cinéma finissent par atterrir sur Disney Plus, à l’instar de Black Widow prévue pour mai 2021.

Du côté de l’univers Star Wars, nous devrions accueillir la série d'animation The Bad Batch et The Mandalorian saison 3 au cours des 12 prochains mois. Tout comme les mini-séries centrées sur les personnages de Cassian Andor (Rogue One) et d’Obi-Wan Kenobi, attendues fin 2021. Si le coronavirus n’en décide pas autrement.