Starfield est peut-être une expérience solitaire, mais c'est exactement ce que veut Bethesda

Starfield
(Crédit photo: Microsoft)

Lorsqu'il s'agit du vaste monde ouvert de Starfield, vous ne devez pas avoir peur de l'isolement dans ce vaste univers. En fait, la solitude que vous pouvez rencontrer en sautant d'un monde désolé à un autre est exactement l'esprit recherché par le développeur Bethesda.

Plutôt que de se concentrer sur l'horreur des voyages spatiaux en solo, Bethesda veut en souligner la magnificence dans Starfield. Lors d'une récente interview avec Lex Fridman (s'ouvre dans un nouvel onglet), Todd Howard, le directeur général du jeu, a expliqué comment l'équipe de Bethesda a exploité la "belle désolation" de l'immense monde ouvert de Starfield.

D'après la bande-annonce (s'ouvre dans un nouvel onglet) officielle du jeu, Starfield comptera "plus de 100 systèmes" et "plus de 1000 planètes". Cela signifie que les dimensions de cette aventure intergalactique seront 20 % supérieures à celles de Fallout 4 ou de Skyrim. Même si cela semble incroyable, existe-t-il un jeu trop grand ? Si l'on considère que Starfield est prévu pour être un jeu solo, des millions de planètes semblent être un véritable fardeau pour une seule personne.

La dernière frontière

Starfield

(Image credit: Microsoft)

La solitude n'est pas le seul problème auquel les développeurs ont été confrontés lors de la création de Starfield. Un univers aussi vaste n'est pas facile à développer, d'où la nécessité de prendre une décision. Soit "vous ne pouvez pas atterrir sur toutes les planètes que vous voyez", soit l'univers que vous explorez est un "petit espace mondial hautement réglementé", a expliqué Howard au cours de l'interview.

Il a été décidé que cette dernière solution donnerait probablement "le mauvais ton", a déclaré Howard dans l'interview. Au lieu de se concentrer sur les limitations, l'équipe de développement a préféré chercher des moyens de "dire oui". La meilleure façon de contourner les complications liées à la création d'un monde ouvert expansif, jouable et détaillé, était de le créer tuile par tuile. En restituant ces petites tuiles de paysage de manière autonome, l'équipe de développement a pu créer un patchwork d'écosystèmes complexes qui ont pu être tissés dans l'univers de Starfield.

Ces tuiles ont résolu le premier problème de la création d'un univers qui ressemble à la réalité dans Starfield, mais cela ne veut pas dire que tout s'est déroulé sans heurts à partir de là. Disposer d'un vaste monde ouvert est une chose, le rendre attrayant pour les joueurs en est une autre.

Selon Howard, Bethesda devait s'assurer que l'atterrissage sur chaque planète serait une expérience amusante, même si ladite planète était vide avec seulement la perspective de quelques ressources. En fin de compte, l'inconvénient d'un monde ouvert aussi vaste est que certaines planètes "peuvent être une expérience solitaire" pour l'explorateur. Mais Howard a ajouté qu'il y a aussi "une étrange beauté à être la seule personne sur une planète", et c'est précisément ce sur quoi vous devez vous concentrer.

Déjà vu ?  

Un vaisseau spatial de Starfield posé sur une planète rocheuse.

(Image credit: Bethesda)

Ce n'est pas la première fois que nous observons ce genre de style dans un jeu de Bethesda. Si c'est une belle désolation que vous recherchez, alors la série Fallout vient immédiatement à l'esprit. L'expérience consistant à se promener dans un terrain vague en ruines est incroyablement sinistre, mais aussi magnifique. Nous avions adoré  nous promener dans les villes abandonnées de Fallout 4, sans savoir ce qu'on allais rencontrer et en profitant du silence de mort qui entoure la ville en décomposition. 

Nous avons donc hâte d'explorer le vaste univers qu'offrira Starfield à sa sortie, début 2023. 

Elie Gould
Features writer

Elie is a Features Writer for TechRadar Gaming, here to write about anything new or slightly weird. Before writing for TRG, Elie studied for a Masters at Cardiff University JOMEC in International Journalism and Documentaries – spending her free time filming short docs or editing the gaming section for her student publications. 


Elie’s first step into gaming was through Pokemon. The video games came later, but it was the trading card game that caught her eye and led to Elie owning an extensive playing card collection (She would tell you how many are PSA 10, but she doesn’t want to get robbed). 


When it’s not Pokemon it's got to be horror. Any and every game that would keep you up at night is on her list to play. This is all despite the fact that one of Elie’s biggest fears is being chased – so horror games aren’t always the most enjoyable experience. 


But really, anything weird and wonderful is right up her street. She loves to find new games and cool indie devs. Just make sure not to ask her anything about SCP if you want to get home for dinner.