Samsung s'inspirerait du modèle d'Apple pour dépasser l'iPhone 17 en 2025

Samsung Galaxy S22 Ultra Screen
(Crédit photo: Future)

Nous savons qu'aux Etats-Unis le prochain Galaxy S23 sera alimenté par la nouvelle génération de puces Qualcomm Snapdragon 8 Gen 2, et les benchmarks montrent que Qualcomm comble enfin l'écart avec le A16 Bionic d'Apple. Des rumeurs récentes provenant de TheElec (s'ouvre dans un nouvel onglet) suggèrent que Samsung n'a pas attendu que Qualcomm dépasse enfin les performances d'Apple, et que la société coréenne pourrait être en train de copier le modèle d'Apple et de Google pour concevoir ses propres puces en interne. 

Cette rumeur est un peu déroutante, car Samsung fabrique déjà des puces mobiles avec sa plateforme Exynos. Le Galaxy S22 utilise Exynos en France notamment, et de nombreux autres samartphones Samsung utilisent des puces Samsung sous la marque Exynos. En fait, d'autres fabricants de téléphones, comme Vivo, achètent même des puces Exynos à Samsung. 

Pourquoi Samsung vend-il à ses concurrents ? Parce que la division des puces agit en tant qu'entreprise indépendante. Samsung Semiconductor est séparée par un pare-feu juridique d'entreprise des autres divisions, notamment la division Samsung Mobile Experience qui conçoit et produit des smartphones, des tablettes et des objets connectés. 

Cette fois, c'est l'équipe Samsung Mobile Experience qui gère les puces

Ce qui rend cette nouvelle rumeur intéressante, c'est que Samsung Mobile Experience prend plus directement en charge la production des nouvelles puces. Dans le passé, les puces Exynos étaient conçues en coopération avec le groupe Samsung System LSI au sein de Samsung Semiconductor. Aujourd'hui, les rumeurs suggèrent que le groupe qui conçoit les téléphones, concevra aussi la plateforme mobile qui les pilotera.

Le site d'information coréen TheElec affirme que ce groupe sera dirigé par Choi Won-joon, qui a quitté Qualcomm pour rejoindre Samsung. En confiant la conception des puces à la même division que celle des téléphones, Samsung se rapproche d'Apple et de Google, qui conçoivent chacun des puces pour leurs smartphones phares.

Écran d'accueil de l'Apple iPhone 14 Pro

L'iPhone 14 Pro utilise le tout nouveau chipset A16 Bionic d'Apple (Image credit: Future / Lance Ulanoff)

Apple fabrique le chipset A16 Bionic pour son iPhone 14 Pro et Pro Max. Google fabrique le chipset Tensor G2 pour ses Pixel 7 et Pixel 7 Pro. Lorsque nous indiquons qu'Apple fabrique le A16 Bionic, nous voulons en fait dire qu'Apple a conçu sa propre plateforme, et qu'un fabricant produit les puces dans une fonderie de semi-conducteurs.

Préparez-vous à recevoir le Galaxy S25 (si c'est bien son nom)

Samsung occupe une position unique en tant que seul grand fabricant de téléphones à construire des téléphones et à gérer une fonderie de puces, mais ces deux aspects de l'entreprise sont complètement séparés. Samsung pourrait tout aussi bien acheter ses puces Exynos à Qualcomm.

Samsung devrait continuer d'utiliser le Snapdragon de Qualcomm pour l'instant, mais le Galaxy S25 (si les conventions de dénomination se poursuivent) utilisera sans doute une puce que Samsung a conçue spécifiquement pour ce téléphone.

Cela placera la nouvelle plateforme mobile interne de Samsung en concurrence directe avec un iPhone 16 Pro lors de son lancement en février 2025, et un iPhone 17 Pro plus tard dans l'année. Le premier téléphone pourrait utiliser un chipset Apple A18, et le second pourrait introduire un Apple A19, si la marque continue sur sa lancée.

Analyse : Un Galaxy S25 avec des puces Samsung serait plus intéressant

Au lieu de développer des fonctionnalités uniques, Samsung pourrait se concentrer entièrement sur la puissance brute pour dépasser Apple dans les analyses comparatives

Le développement des puces et des nouveaux smartphones ne se fait pas toujours en même temps. Ils ne sont pas intimement liés dans le cadre de la relation actuelle entre Samsung et Qualcomm.

Lorsque Google crée son téléphone Pixel 7, il peut modifier la production de la puce Tensor G2 pour stimuler et activer de nouvelles fonctionnalités au fur et à mesure de leur création. Le Photo Unblur de Google, l'une de nos nouvelles fonctionnalités préférées sur la famille Pixel 7, est exclusif à cet appareil car il est en quelque sorte activé par la puce Tensor G2. Tout ce dont un téléphone a besoin pour que cette fonctionnalité soit opérationnel, se trouve exclusivement dans le Tensor G2.

Téléphone Google Pixel 7 Pro

Google fabrique les puces du Pixel 7 Pro (Image credit: Future / Philip Berne)

C'est le genre de synergie que nous espérons que Samsung va créer. Une interaction plus directe entre l'équipe de conception des puces et l'équipe chargée des téléphones, sans bureaucratie interentreprises pour bloquer le développement, aidera, nous l'espérons, l'entreprise à créer une plateforme mobile aux caractéristiques vraiment uniques.

Malheureusement, il est plus probable que Samsung vise Apple avec son modèle de développement, et non Google. Les puces Bionic d'Apple détiennent la palme des performances pour les benchmarks mobiles. Le dernier Snapdragon 8 Gen 2 de Qualcomm est très proche de dépasser les performances d'Apple, mais Samsung ne veut pas seulement s'en approcher. Samsung veut que son Galaxy S soit le téléphone le plus puissant que vous puissiez acheter.

Au lieu de développer des fonctionnalités uniques, Samsung pourrait se concentrer entièrement sur la puissance brute pour devancer Apple dans les analyses comparatives. La société a été déçue par l'incapacité de la plateforme Exynos à surpasser Apple pendant des années, donc l'objectif principal pourrait être de dominer les scores de référence des benchmarks. Espérons que Samsung n'oubliera pas d'autres priorités, comme la gestion efficace de l'énergie et les fonctions innovantes, et ne construira pas simplement un autre modèle puissant.

Philip Berne
US Mobiles Editor

Phil Berne is a preeminent voice in consumer electronics reviews, having reviewed his first device (the Sony D-EJ01 Discman) more than 20 years ago for eTown.com. He has been writing about phones and mobile technology, since before the iPhone, for a variety of sites including PCMag, infoSync, PhoneScoop, and Slashgear. He holds an M.A. in Cultural Theory from Carnegie Mellon University. 


Phil was the internal reviewer for Samsung Mobile, writing opinions and review predictions about top secret new devices months before launch. He worked at an Apple Store near Boston, MA, at the height of iPod popularity. He has been a High School English teacher at Title I schools, and is a certified Lifeguard. His passion is smartphones and wearables, and he is sure that the next big thing will be phones we wear on our faces.