Skip to main content

Test du téléviseur 4K Sony XH90

L'écran idéal pour accueillir la PS5 ?

Sony XH90
Editor's Choice
(Image: © Sony)

Notre verdict

Des performances vidéo mais aussi audio vibrantes, un upscaling exceptionnel et la promesse d’embarquer la norme HDMI 2.1 font de la série XH90 des nouveaux téléviseurs 4K polyvalents qu'il est impossible d'ignorer.

Pour

  • Des contenus HDR 4K dynamiques et convaincants
  • Une mise à l’échelle impressionnante
  • Un son riche et profond

Contre

  • HDR10+ et HDMI 2.1 non pris en charge
  • Interface Android zélée

Le téléviseur 4K XH90 de Sony débarque après les gammes parentes XH95 et XH85, mais il s’impose comme le premier dans nos cœurs.

Il existe une stratégie toujours payante, quand on choisit un vin dans un bon restaurant, de commander l'avant-dernière bouteille de la liste. Et il y a un argument qui dit qu'il est tout aussi sensé, lorsque l'on recherche un nouveau téléviseur, de porter une attention particulière à la série se situant sous le modèle phare de la marque. D’après cette théorie, c'est là que se trouve le meilleur rapport qualité-prix attendu.

L’édition 2020 des téléviseurs LCD 4K de Sony comprend six gammes. Le XH90 n'est surpassé que par le XH95 aujourd’hui. Disponible à un prix de départ très raisonnable de 1 299 € pour la plus petite version (55 pouces), la série est équipée d'un traitement de l'image amélioré, d'une gradation locale complète et d'algorithmes de mise à l'échelle extrêmement complexes. Les normes d'image et de son Dolby, Vision et Atmos, sont également prises en charge.

Nous testons ici la version 75 pouces, dans une gamme qui va de 55 à 85 pouces. Mais quelle que soit la taille d'écran qui vous convient, le XH90 est-il adapté à vos besoins ? Les réponses (car il n’y en a pas qu’une) ci-dessous.

Prix et disponibilité du Sony XH90

En France, le Sony XH90 existe en quatre tailles distinctes : le 55 pouces (KD-55XH90) mis en vente à 1 299 €, le 65 pouces (KD-65XH90) à 1 599 €, le 75 pouces (KD-75XH90) à 2 199 €, enfin le 85 pouces (KD-85XH90) atteignant 3 299 €.

Le XH90 est un peu moins cher que le XH95, qui est commercialisé avec un prix de lancement exactement identique (1 299 €), mais pour une taille d’écran initiale plus petite - 49 pouces. Le rapport diagonale-prix se joue donc en faveur du Sony XH90. Même constat pour les modèles 65 pouces qui affichent un delta de 400 €, tandis qu’il est de 1 300 € pour les modèles 75 pouces et 1 100 € pour les modèles 85 pouces.

Sony XH90

(Image credit: Sony)

Design du Sony XH90

Sony XH90/X900H Specs

(Image credit: Sony)

**Résolution :** 3840 x 2160 | **HDR :** HLG, HDR10, Dolby Vision | **HDMI :** 4 | **USB :** 2 | **Ethernet :** Oui | **Wi-Fi :** Oui | **Bluetooth :** Oui | **OS :** Android | **Tuners :** terrestre, 2 x satellite | **Taille :** 961 x 1674 x 71 mm | **Poids :** 32,9 kg

Sony a peu de leçons à tirer en matière de conception industrielle d'un grand téléviseur, et il est certain que le XH90 porte très légèrement sa taille considérable. Le cadre qui entoure cette immense surface d'écran est fin et discret, et les pieds sur lesquels il repose sont en forme de V aplati tout aussi svelte. Il semble peu probable qu'un téléviseur de cette taille puisse supporter autre chose qu'une fixation murale (même en tenant compte de son poids important de 33 kg), mais si son propriétaire dispose d'une surface assez large pour le poser, il y a plus qu'assez d'espace sous la base de l'écran pour une barre de son substantielle. La profondeur du téléviseur fait 7 cm, mais son dispositif de gradation locale complet ne manquera pas d'ajouter plus d'un ou deux millimètres.

La dalle elle-même embarque la technologie LCD de type VA. Elle doit être considérée comme une mise à niveau de la dalle IPS à éclairage périphérique que Sony a déployé sur le modèle équivalent de l'année dernière. La luminosité plus élevée, le plus grand volume de couleurs et l'uniformité améliorée de l'écran promis par une dalle VA complète devraient compenser l'angle de vision plus restreint par rapport à l'IPS. Il faut garder à l'esprit que le XH90 ne dispose pas de la technologie d'angle de vision X-Wide, ce qui est le cas de la gamme phare XH95 de Sony. Les acheteurs potentiels doivent être sûrs qu’ils pourront s'asseoir devant leur nouveau téléviseur, en tout confort.

La connectivité s'étend à quatre entrées HDMI en HDCP2.3, une paire d'entrées USB, une prise Ethernet, des antennes pour un tuner terrestre et deux tuners satellite. Plus une entrée vidéo composite. Les connexions sans fil sont de type Bluetooth 4.2, Apple AirPlay, Wi-Fi et Chromecast. En ce qui concerne les sorties, il y a une prise jack et une sortie optique numérique. Les quatre entrées HDMI sont à la norme 2.0 et une est compatible ARC. Sony tient absolument à ce que les quatre soient mises à niveau au standard 2.1 via une mise à jour par voie hertzienne. Ce qui portera l'eARC à une entrée et le 4K à 120 Hz, l'ALLM et le VRR aux quatre. Nous espérons vivement que cela se fera avant que la PS5 de Sony ne soit commercialisée.

Le contrôle se fait par le biais d'une télécommande ordinaire. Elle est plus longue que nécessaire, compte tenu du nombre de boutons qu'elle comporte, et elle est loin d'être un paradigme de bon sens ou de lisibilité (à part les énormes boutons « Google Play » et « Netflix », bien sûr). Au moins, le bouton « micro » se trouve au premier plan. Et l'assistant Google se montre aussi réactif ici que dans n'importe quelle autre application.

Pour résumer : le Sony XH90 n’est pas plus volumineux que ce à quoi on pourrait raisonnablement s'attendre. Il présente une suite complète de connexions, avec des mises à jour promises pour rendre l'ensemble encore plus convaincant. Tant que vous ne vous asseyez pas de façon désaxée, le type de dalle VA est également le bienvenu.

Android TV

Android TV (Image credit: Google)

L’interface Smart TV du Sony XH90

Comme presque tous les téléviseurs Sony récents, le système d'exploitation et l'interface Smart TV reposent sur Android 9.0. Et comme sur tous les téléviseurs Sony, c’est à la fois fort utile et carrément irritant.

Du côté « utile », nous pouvons retenir les menus de configuration les plus simples et les plus logiques que vous trouverez sur le marché TV. Mais aussi une belle et large sélection d'applications - y compris Disney Plus et Amazon Prime Video, ainsi que Tidal et son nouveau standard Dolby Atmos - sans oublier les indispensables Google Assistant, Google Chromecast et Google Play.

L’aspect « carrément irritant », quant à lui, couvre la monopolisation des applications Android sur l’ensemble de l’écran, l'absence du service de streaming Apple TV Plus, ainsi que le nombre d’étapes nécessaires pour passer d’un menu à l’autre, qui mettent à mal l’intuitivité.

Pour résumer : c’est une Smart TV Android, avec tout ce que cela implique de bon et de mauvais.

Performances HD/SDR du Sony XH90

Sony a déployé beaucoup d'efforts pour améliorer la capacité de ses téléviseurs 4K à proposer des contenus de qualité inférieure à la résolution 4K. En combinant la puissance prodigieuse de sa puce de traitement d'image HDR 4K X1 avec une base de données d'images 4K en constante expansion, la société entend offrir plus de détails, de texture et, bien sûr, de qualité UHD à un matériel généralement Full HD. Et dans une très large mesure, elle réussit son défi.

Nous avons testé la lecture du disque Blu-ray 1080p du film The Big Lebowski. Cette opération démontre admirablement les prouesses de mise à l'échelle du XH90. Les niveaux de détails sont élevés, les contrastes sont forts et la palette de couleurs vives semble naturelle et convaincante. Le mouvement se veut fluide et assuré, sauf dans les circonstances les plus éprouvantes, et les textures s’avèrent stables et bien définies.

Il y a cependant des limites. Dans les scènes très sombres, le XH90 propose un choix direct entre la profondeur du noir et les détails noirs, mais la disposition du rétroéclairage permet au moins une uniformité d'écran proprement impressionnante. Un ciel noir avec des étoiles brillantes (ou des quilles de bowling tout aussi brillantes) ne présente pas de taches ou de nuages, mais plutôt une différenciation nette.

The Big Lebowski

The Big Lebowski (Image credit: Amazon Prime)

Le bruit de l'image est également faible, et la définition des bords reste impressionnante. Les motifs les plus complexes peuvent amener le XH90 à trahir son efficacité. Votre choix de mode d'image peut atténuer ce problème, mais il y a des compromis à faire.

Si le mode cinéma peut calmer la nervosité du XH90 in extremis, il y a un adoucissement de l'image globale et une légère, mais nette, baisse des niveaux de détail. Il est toutefois facile de trouver un équilibre et les résultats sont - dans l'ensemble - très positifs.

Les jeux en 1080p suivent le même schéma général et apparaissent généralement réussis. Le Sony XH90 fait du bon travail avec l'éclairage, le motion-tracking s'avère solide comme un roc et si le jeu possède des détails élevés, le téléviseur les révélera. Avec la mise à jour promise vers HDMI 2.1, et sa compatibilité 4K à 120 Hz, le temps de réponse déjà décent de moins de 20ms devrait être beaucoup plus rapide.

Pour résumer : une conversion ascendante puissante et efficace, un contrôle du rétro-éclairage et des niveaux de détails impressionnants permettent une expérience optimale au-dessous de la résolution 4K.

Performances 4K/HDR du Sony XH90

Tous les points positifs concernant les performances HD/SDR de Sony sont amplifiés et améliorés par le passage à un contenu 4K natif, surtout si du matériel HDR (décodeur TV, console…) est également impliqué.

Comme tous les téléviseurs 4K de Sony, le KD-75XH90 évite les métadonnées dynamiques HDR10+, car Sony, comme beaucoup d'autres marques de téléviseurs, ne peut pas vraiment se résoudre à reconnaître les bonnes idées de ses concurrents. Le XH90 se démène donc avec la compatibilité HLG, HDR10 et Dolby Vision HDR - ce qui est plus que suffisant pour profiter de la gamme de couleurs étendue promise.

Dolby Vision

Dolby Vision (Image credit: Dolby)

Nous avons mis cela à l'épreuve avec la lecture du Blu-ray 4K Joker assistée par Dolby Vision. En ce qui concerne la netteté et les détails, le KD-XH90 est absolument parfait : les images sont nettes et pleines d'informations, mais sans l'agitation des bords, le grain ou le bruit de l'image qui peuvent parfois accompagner ce niveau de perspicacité. Les tons de peau et les textures sont tout à fait convaincants. Et une fois que vous avez plongé dans le décor, il suffit d'affiner un peu le positionnement du Motionflow de Sony pour obtenir un suivi des mouvements tout à fait naturel et cohérent.

Il convient de noter que lorsque le XH90 détecte un signal Dolby Vision entrant, il n'offre que trois préréglages d'image : Dolby Vision Bright, Dolby Vision Dark, ou Vivid. Ce dernier est destiné à ceux qui en veulent toujours plus.

Les contrastes sont forts partout, même lorsqu'on demande au XH90 d'équilibrer les noirs profonds et les blancs vifs, et l'uniformité du rétro-éclairage s’avère une fois de plus louable. Il est même possible d'augmenter la distance entre le « noir » et le « clair » grâce à la fonction X-tended Dynamic Range de Sony, sans que les images aient l'air forcées ou non naturelles.

Même un contenu qui n'est pas tout à fait à la pointe de la technologie - le visionnage en mode UHD Netflix de l'exécrable Crazy Dad sur Netflix - ne peut s'empêcher d'avoir l'air dynamique, vivant et bien détaillé lorsqu'il est traité par le XH90. Le XH90 est pratiquement impossible à flouer, ce qui en fait un écran totalement immersif.  

Pour résumer : le XH90 offre des images HDR extrêmement équilibrées et convaincantes, avec une réelle expertise en matière de contraste et de détails ; ce qui rend le manque de compatibilité avec les métadonnées dynamiques HDR10+ encore plus agaçant.

Sony XH90

(Image credit: Sony)

Qualité audio du Sony XH90

Tous les modèles de la gamme XH90, sauf le modèle de 55 pouces, sont équipés du système Acoustic Multi Audio de Sony. En pratique, cela équivaut à 20 watts alimentant deux haut-parleurs à large bande et deux tweeters placés près du sommet de la partie arrière du châssis. Un de chaque côté. L'idée est d'offrir un certain suivi sonore des mouvements à l'écran - c'est une fonctionnalité que LG et Samsung ont, à leur manière, testée avec certains de leurs téléviseurs 2020 plus chers.

Le rendu sonore du XH90 semble étonnamment corsé et affirmé lorsqu'on écoute la bande-son Dolby Atmos de Da 5 Bloods. On pourrait croire qu'il existe une corrélation significative entre les mouvements fluides et le son produit (c’est fantaisiste), mais en termes d’action, la puissance audio du XH90 est plutôt significative. Il délivre un son respectablement fort sans être criard ou nerveux, et est capable de fournir le moindre détail.

Aucune personne sensée ne devrait dépenser plus de deux mille euros pour un grand téléviseur sans avoir prévu d’y inclure un budget pour améliorer les performances audio. Le XH90 est suffisamment convaincant pour rendre une nouvelle barre de son inutile dans l'immédiat. 

Pour résumer : le XH90 propose un système audio authentique, au-delà de nombreux téléviseurs de taille et de prix comparables.

Le Samsung Q80T est un sérieux rival face au Sony XH90

Le Samsung Q80T est un sérieux rival face au Sony XH90 (Image credit: Samsung)

Un autre téléviseur à prendre en considération

Vous voulez échanger le Dolby Vision du XH90 contre un téléviseur HDR10+ ? Vous voulez une interface TV intelligente autre que celle dispensée par Android ? Vous désirerez des performances 4K natives, avec un upscaling 1080p exceptionnel ? Découvrez la gamme Q80T QLED de Samsung.

Comme ce téléviseur Sony, elle possède un écran de 75 pouces. Tout comme Sony, elle offre une bande son fidèle particulièrement pour les films d’action. Mais contrairement au XH90, ses ports HDMI sont déjà au standard 2.1. Le Q80T QLED est néanmoins un peu plus cher que le Sony XH90.

La technologie QLED de Samsung est hautement recommandable pour la reproduction parfaite des couleurs, des contrastes et du dynamisme. Et là où le Sony XH90 adopte un taux de rafraîchissement agréable pour les jeux vidéo, le Samsung Q80T se révèle rapide comme l'éclair.

Pour conclure…

La série XH90 de Sony fait tout ce qu'elle veut faire, et avec un certain style. Sa qualité d'image est assez surprenante dans les bonnes circonstances, sa qualité audio est plus qu'adéquate selon les normes en vigueur, il est simple à utiliser et il ne tourne pas le dos aux contenus de résolution inférieure.

En bref, il y a plus qu'assez d’éléments ici pour vous faire oublier l’absence de la norme HDR10+ et pardonner à l’interface Android sa domination imposante. Si vous avez le budget requis pour un téléviseur de cette taille, vous devez absolument l’essayer (et l’adopter).