Skip to main content

Test du Fujifilm Instax Mini 40

Un appareil photo instantané qui monte en gamme avec une touche rétro très appréciable.

Fujifilm Instax Mini 40
(Image: © Future)

Notre verdict

En reprenant les fonctions infaillibles de l'Instax Mini 11 et en y ajoutant une bonne dose de design rétro, le Mini 40 est sûr de séduire à la fois les nouveaux venus et les fans indéboulonnables de la photographie instantanée. L'exposition automatique et la vitesse d'obturation variable permettent de réduire les erreurs du photographe amateur, y compris en mode selfie. Comme souvent, la forme coûte ici plus cher que le fond - et ce nouveau modèle ne paraît pas aussi évident à recommander que le Mini 11.

Pour

  • Des prises de vue simplissimes
  • Un style rétro accrocheur
  • Les packs de film Instax Mini restent abordables

Contre

  • Viseur imprécis
  • Plus cher que l'Instax Mini 11

TechRadar Verdict

En reprenant les fonctions infaillibles de l'Instax Mini 11 et en y ajoutant une bonne dose de design rétro, le Mini 40 est sûr de séduire à la fois les nouveaux venus et les fans indéboulonnables de la photographie instantanée. L'exposition automatique et la vitesse d'obturation variable permettent de réduire les erreurs du photographe amateur, y compris en mode selfie. Comme souvent, la forme coûte ici plus cher que le fond - et ce nouveau modèle ne paraît pas aussi évident à recommander que le Mini 11.

Pros

  • + Des prises de vue simplissimes
  • + Un style rétro accrocheur
  • + Les packs de film Instax Mini restent abordables
  • +

Cons

  • - Viseur imprécis
  • - Plus cher que l'Instax Mini 11

Le Fujifilm Instax Mini 40 se présente essentiellement comme une mise à niveau de l'un de nos premiers appareils photo instantanés préférés : le Fujifilm Instax Mini 11. Il conserve le fonctionnement dépouillé de cet appareil, mais troque sa forme de jouet pour un boîtier d'inspiration vintage qui sera bien plus crédible dans les mains d'un adulte.

La photographie instantanée peut être à la fois attrayante et frustrante, en particulier pour les photographes débutants. Et si le choix d'appareils photo ne manque pas dans ce domaine, il a souvent tendance à confondre public novice et jeune public. Heureusement, l'Instax Mini 40 se veut une alternative plus mature.

Image 1 sur 3

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)
Image 2 sur 3

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)
Image 3 sur 3

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)

L'exposition automatique et le retour de l'obturateur à vitesse variable éliminent une grande partie de l'incertitude liée à l'utilisation d'un film instantané, tandis qu'un barillet d'objectif réglable ajoute une certaine polyvalence à l’appareil pour prendre des prises de vue en gros plan. Sans vous encombrer d'accessoires inutiles.

Tout comme le Mini 11, le Mini 40 utilise le film compact Instax Mini de Fuji. Il s'agit de l'un des formats les plus abordables, à environ 7 euros le pack de dix photos. Des packs de différentes tailles peuvent également faire baisser davantage le prix, alors que des packs à motifs spéciaux le réhausse. Chaque cliché de 54 x 86 mm présente une zone d'image rectangulaire de 46 x 62 mm. 

La refonte de l'appareil pourrait élargir l'attrait du Mini 40, mais son prix est plus élevé que celui du Mini 11. Aussi, ceux qui souhaitent s'initier à la photographie instantanée devront décider si l’esthétique du boîtier, même sublime, vaut la peine de payer un tel extra. 

Design et caractéristiques du Fujifilm Instax Mini 40

  • Aspect vintage distinctif  
  • Fonctionnement simple à deux boutons 
  • Miroir à selfie intégré  

Bien qu'il soit mécaniquement identique au Mini 11, la finition en similicuir et les détails argentés du Mini 40 lui confèrent une apparence plus premium… et surtout adulte. 

Le design est clairement influencé par le Fujifilm Instax Mini 90, plus cher. Entre les deux, le Mini 40 est légèrement plus petit que le Mini 11, mais pas encore assez pour tenir dans une poche - vous devrez vous tourner vers des appareils instantanés hybrides comme le Canon ZoeMini ou le Mini LiPlay de Fuji si la portabilité est essentielle pour vous.

Tenu verticalement, le Mini 40 est suffisamment compact pour être utilisé confortablement d'une seule main, et le repose-pouce caoutchouté offre un bon soutien. Il n'y a que deux boutons, qui se trouvent tous deux sur la face avant : l'un permet de sortir le barillet de l'objectif, l'autre de déclencher l'obturateur. Le flash intégré automatique ne peut être désactivé, même en plein soleil, de sorte qu'il suffit de pointer votre sujet et de le photographier. Dans toutes les situations. Vous ne trouverez même pas de fixation trépied sur la base du boîtier. 

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)

Le viseur se trouve à droite de la porte arrière rabattable, où vous insérez les pellicules. Comme sur le Mini 11, il est légèrement décentré par rapport à l'objectif, de sorte que ce que vous voyez à travers n'est pas complètement représentatif du tirage final. 

Une petite fenêtre disponible sur la porte arrière indique le nombre de prises de vue restantes au sein du pack en cours - ce qui devrait vous éviter de gaspiller des prises de vue en ouvrant la porte du film trop tôt.

Performances du Fujifilm Instax Mini 40

  • Objectif fixe f/12.7 avec une longueur focale de 60 mm
  • Flash forcé automatique 
  • Mode selfie facilement réglable 

Le barillet de l'objectif, monté sur ressort, se soulève une fois que l'on appuie sur le bouton de déclenchement. En le tirant plus longuement, on active le mode selfie, qui est conçu pour des prises de vue entre 0,3 et 0,5 m. Si vous le déployez pour des prises de vue plus rapprochées, les résultats s’avéreront très flous. Mieux vaut donc éviter de le traiter comme un objectif macro. 

Vous n'avez plus besoin de transporter des accessoires avec vous, comme c'était le cas avec les anciens appareils Instax. Le petit miroir situé sur le barillet de l'objectif vous aide à aligner les prises de vue, bien que la forme convexe déforme quelque peu votre reflet.

Comme sur la plupart des appareils photo instantanés, le viseur est séparé du système optique. Il est décentré et donne une représentation généreuse de ce qui rentre dans le cadre. Vous pouvez vous rapprocher de votre sujet, plus qu’usuellement, ce qui est un vrai plus pour les photographes débutants moins à l’aise avec la perspective.

Image 1 sur 4

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)
Image 2 sur 4

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)
Image 3 sur 4

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)
Image 4 sur 4

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)

Chaque tirage est éjecté mécaniquement par une fente située sur le dessus de l'appareil photo, et il faut plus de cinq minutes pour qu'il se développe complètement. À cet égard, les films Instax se révèlent plus réactifs que les I-Type de Polaroid. 

Le flash se déclenche chaque fois que vous appuyez sur le bouton de l'obturateur, quelles que soient les conditions d'éclairage. Le système d'exposition automatique est calibré pour. Il peut faire varier la vitesse d'obturation entre 1/2 et 1/250, ce qui devrait permettre de faire face à des scènes aussi bien lumineuses que sombres, notamment lors de prises de vue en intérieur.

L’appareil photo fonctionne avec deux piles AA, qui permettent généralement de prendre une centaine de photos, ou dix packs de film. Il est beaucoup plus probable que vous soyez à court de pellicule que de batterie, mais au moins les piles AA sont plus répandues que les piles CR2 que Fuji utilisait précédemment pour ses modèles instantanés.

Qualité photo

  • Clichés très contrastés et bien définis
  • N’aime pas particulièrement les scènes très lumineuses
  • En mode selfie, l'évaluation de la longueur focale se complique   

Si vous avez déjà utilisé un appareil Instax, le mélange d'ombres + teintes claires du Mini 40 vous semblera familier. Le rendu n’est pas aussi abstrait que sur les produits concurrents de Lomography, ces derniers capturant plus de détails sans aucune fuite de lumière. 

Cependant, ne vous attendez pas à une précision aussi fine qu'avec un numérique : les bords sont moins bien définis et les parties les plus sombres d'une scène se confondent souvent. Pour de meilleurs résultats, prenez toujours vos photos à l'abri du soleil, car la pellicule sensible a du mal à exposer à la fois les cieux bien éclairés et les sujets dans l'ombre.

Image 1 sur 5

Fujifilm Instax Mini 40

Les scènes bien éclairées conservent beaucoup de détails, même à grande distance (Image credit: Future)
Image 2 sur 5

Fujifilm Instax Mini 40

Trop de soleil = surbrillance et flous lumineux (Image credit: Future)
Image 3 sur 5

Fujifilm Instax Mini 40

L'exposition automatique n'est pas infaillible, ce qui peut rendre certaines photos plus sombres que ce à quoi vous vous attendiez (Image credit: Future)
Image 4 sur 5

Fujifilm Instax Mini 40

Le mode selfie améliore généralement la netteté des photos prises à bout de bras, mais rate occasionnellement la cible (Image credit: Future)
Image 5 sur 5

Fujifilm Instax Mini 40

Le viseur donne une représentation précise de ce que l'objectif va capturer (Image credit: Future)

La combinaison d'une pellicule physique et d'un objectif à focale fixe s’avère idéale pour réussir vos portraits - car plus vous vous éloignez du sujet, moins les détails sont préservés dans la photo. Dans cette configuration, les paysages, eux, adoptent une atmosphère plus éthérée. 

Si vous prenez des photos en plein soleil, vous devez également faire attention au flamboiement de la lumière, car le viseur décentré peut vous faire croire que vous obtiendrez une composition décente, pour finalement perdre la moitié de la scène à cause de la surexposition. Fuji n'est pas la seule marque touchée par ce problème, tous les appareils photo instantanés plaident ici coupables.

Image 1 sur 2

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)
Image 2 sur 2

Fujifilm Instax Mini 40

(Image credit: Future)

Le flash forcé apporte une réelle différence en intérieur, en exposant le sujet et l'arrière-plan d'une façon qui, sans être naturelle, reste équilibrée et n’impose pas d'énormes zones d’obscurité. D'après notre expérience, le fait de ne pas avoir à se demander s'il faut ou non déclencher le flash et de laisser le système d'exposition automatique faire tout le travail a permis à un plus grand pourcentage de photos de se développer comme prévu. Sur les anciens appareils Fuji, nous avons fréquemment constaté un taux d'attrition de 20% (ou plus).

Il n'y a aucun moyen de savoir si le barillet de l'objectif est sorti, et la prise de vue de paysages en mode selfie est un moyen rapide d'obtenir des photos très floues. Il peut cependant être utilisé pour expérimenter la profondeur de champ, en particulier lors de prises de vue en intérieur, ce qui améliore véritablement la clarté et la netteté des selfies par rapport au mode par défaut.

Pour conclure...

L'Instax Mini 40 concentre tout ce que nous avons aimé de l'Instax Mini 11, mais dans un boîtier bien plus séduisant et adulte. Si l'apparence de jouet du Mini 11 a suffi à vous rebuter, il devrait vous ouvrir les portes de la photographie instantanée. Grâce à ses boutons rapides d’accès et à l'absence de modes de prise de vue complexes, il s'agit d'un modèle parfait pour celles et ceux qui voudraient s’essayer à ce nouvel art. Ils seront aidés, pour ce faire, par le système d'exposition automatique qui élimine une grande partie des premiers essais ratés… et des suivants. 

Les clichés pris ne sont pas parfaits pour autant. Dans des environnements très éclairés, les photos du Mini 40 perdent en détails, à l’instar de l’ensemble de ses concurrents à prix similaire. Il faut également s'habituer au viseur décentré, mais c'est la seule véritable bizarrerie de cet appareil photo.

Comme il s’affiche plus cher que le Mini 11, et compte tenu du fait qu'ils sont pratiquement identiques à l'intérieur, nous pensons toujours que le second demeure le meilleur rapport qualité-prix Fuji à ce jour. Si cela ne vous dérange pas d’investir davantage dans un design, le Mini 40 reste une excellente alternative pour les photographes débutants.