Amazon cultive des diamants pour les utiliser dans les réseaux quantiques

Puce quantique
(Crédit photo: Shutterstock)

Au travers de sa filiale AWS, Amazon travaille en collaboration avec les mineurs de diamants De Beers pour développer la pierre précieuse dans des conditions de laboratoire afin d'améliorer la vitesse de l'informatique quantique et des réseaux.

Le projet sera supervisé par le Center for Quantum Networking du géant de la technologie, qui fait partie de son service cloud AWS. Pour sa part, la division Element Six de De Beers "cultivera" les diamants dans l'espoir d'améliorer la vitesse et la fiabilité des réseaux quantiques.

L'informatique quantique est considérée comme la prochaine étape de la technologie informatique, offrant une toute nouvelle façon de calculer qui ne repose plus sur les systèmes binaires qui sont à la base de toute notre technologie numérique actuelle. L'infrastructure de fibre optique standard n'étant pas assez rapide pour suivre le rythme, Amazon espère résoudre le problème en utilisant les qualités de la pierre précieuse tant vénérée.

Le meilleur ami du réseau

L'informatique quantique repose sur le principe de la physique quantique selon lequel les particules subatomiques peuvent se trouver à deux endroits à la fois. Dans cette optique, les ordinateurs quantiques fonctionnent avec des qubits plutôt qu'avec des bits. Au lieu qu'une information soit représentée par un ou zéro, elle peut être les deux à la fois. 

Cela signifie qu'en théorie, les systèmes quantiques pourraient être massivement plus puissants que les meilleurs superordinateurs actuels.

Grâce à la mise en réseau quantique, plusieurs Data Center dans le monde, tels que ceux utilisés pour le stockage ou l'hébergement dans le cloud, pourraient communiquer et transférer des données les uns avec les autres à des vitesses plus élevées et avec une meilleure sécurité. 

Les diamants seront utilisés pour fabriquer des répéteurs de signaux afin de relayer les informations stockées dans les qubits à travers les réseaux. Element Six utilisera un procédé appelé disposition chimique de la vapeur (CVS) pour produire délibérément des diamants avec des impuretés qui se forment autour d'eux. Ce sont ces impuretés qui sont ensuite récoltées et utilisées dans la fabrication des répéteurs. 

Grâce à leur dureté, ils permettent une transmission plus stable que les répéteurs traditionnels, qui ne sont pas assez stables étant donné la sensibilité des systèmes quantiques aux perturbations et aux interférences.

C'est cette sensibilité qui rend néanmoins les réseaux quantiques plus sûrs, du moins en théorie. Le simple fait d'observer les photons qui transportent les données dans les câbles à fibre optique à travers le réseau modifie leur état, ce qui signifie qu'un opérateur de réseau peut instantanément déterminer, à partir des interférences, qu'il y a eu une brèche dans le réseau. 

Element Six produira 2 millions de ces composants en diamant par an. S'il aboutit, ce projet pourrait représenter une percée pour les réseaux quantiques, qui sont freinés par l'insuffisance de la technologie actuelle des répéteurs.

Lewis Maddison
Reviews Writer

Lewis Maddison is a Reviews Writer for TechRadar. He previously worked as a Staff Writer for our business section, TechRadar Pro, where he had experience with productivity-enhancing hardware, ranging from keyboards to standing desks. His area of expertise lies in computer peripherals and audio hardware, having spent over a decade exploring the murky depths of both PC building and music production. He also revels in picking up on the finest details and niggles that ultimately make a big difference to the user experience.