Skip to main content

Test du Microsoft Surface Pro 7

Le calme avant une tempête d'innovations.

Surface Pro 7
(Image: © Future)

Notre verdict

Lorsque Microsoft a dévoilé son dernier ordinateur portable 2-en-1, en octobre dernier, nous nous attendions à quelques évolutions marquantes. Au lieu de cela, nous nous sommes contentés de mises à jour nécessaires, telles que l’ajout du USB-C. Le design lui-même stagne, avec un châssis trop épais pour un ordinateur de cette génération. Dommage, car les performances du Pro 7 sont au rendez-vous et les utilisateurs ultra-connectés apprécieront un débit Wi-Fi des plus fluides. Reste le prix, clairement au-dessus du résultat escompté.

Pour

  • Des performances considérablement améliorées
  • L’USB-C, enfin !
  • Un débit supérieur grâce au Wi-Fi 6

Contre

  • Perte globale de la durée de vie de la batterie
  • Aucun port Thunderbolt 3
  • Le design n’a pas évolué

Le Surface Pro 7, septième itération de la gamme populaire de Microsoft, aurait dû marquer l’apogée de la firme de Redmond sur le marché des ordinateurs portables. Son prédécesseur, le Pro 6, n’a pas marqué le saut générationnel que beaucoup d'entre nous attendaient. Après test, le Pro 7 ne parvient pas à redresser la barre. Décevant, il pourrait s’avérer un gros revers pour la marque Surface.

Microsoft se repose-t-il sur ses lauriers ? Nous pensons plutôt que le groupe réserve l’essentiel de ses innovations matérielles et logicielles pour des sorties de produits imminentes - nous espérons les découvrir d’ici cet automne. A l’instar du Surface Book 3 et des appareils à double écran Surface Duo et Surface Neo.

Ceci dit, ne nous montrons pas trop sévères avec le Surface Pro 7. La tablette 2-en-1 de Microsoft, destinée aux professionnels, enregistre des gains de performances considérables comparés au Pro 6, avec l’intégration d’un nouveau processeur Intel Core i5 gravé en 10 nm. Avec l’ajout de ports Thunderbolt 3 et un écran plus fin, il aurait pu justifier son prix et figurer parmi les meilleurs ambassadeurs de la marque. Il demeure finalement un PC portable décent dont l’achat peut être considéré pendant des périodes de soldes.

La bonne nouvelle est que le Surface Pro 7 ressemble véritablement à un interlude annonçant un déferlement d’innovations chez Microsoft. Mais en tant que tel, il est difficile de le recommander face à une concurrence qui a redoublé d’ingéniosité pour satisfaire ses utilisateurs.

Caractéristiques techniques

Voici la configuration détaillée du Surface Pro 7 envoyé à notre rédaction, pour ce test :

Processeur : Intel Core i5-1035G4 (quadricoeur, fréquence max : 3,7 GHz)
Carte graphique : Intel Iris Plus Graphics
RAM : DDR4x 8 Go
Ecran : 12,3 pouces (2736 x 1824), PixelSense
Stockage : SSD 256 Go
Ports : 1 x USB 3.0, 1 x USB-C 3.1, carte microSDXC (UHS-I), prise jack
Connectivité : Wi-Fi 6 802.11ax (2 x 2 MIMO), Bluetooth 5
Caméras : 8 Mpx 1080p HD (arrière) ; 5 Mpx 1080p HD (frontale)
Poids : 771 g
Dimensions : 292 x 201 x 8,5 mm

Prix et disponibilité du Surface Pro 7

Le Surface Pro 7 est sorti le 22 octobre 2019, trois semaines après avoir été dévoilé pendant la conférence annuelle de Microsoft. Commercialisé à partir de 779,99 €, la configuration de base de la tablette Microsoft comprend un processeur Intel Core i3, 4 Go de RAM et un SSD de 128 Go. En revanche - et comme pour les versions précédentes -, elle est livrée sans le clavier Type Cover Azerty ni le stylet Surface Pen. Comptez respectivement 150 € et 110 € pour ces deux accessoires fort utiles.

Il existe six variantes du Surface Pro 7, se différenciant par la gamme de processeurs utilisée ainsi que par les capacités de stockage et de RAM. Voici les modèles disponibles à ce jour.

  • Intel Core i3 (4 Go, 128 Go) : 779,99 €
  • Intel Core i5 (8 Go, 128 Go) : 799 €
  • Intel Core i5 (8 Go, 256 Go) : 1139 €
  • Intel Core i7 (16 Go, 256 Go) : 1414,70 €
  • Intel Core i7 (16 Go, 512 Go) : 2119 €
  • Intel Core i7 (16 Go, 1 To) : 2285 €

Chaque configuration se décline en deux coloris : noir et platine.

Nous avons testé le Surface Pro 7 intégrant un processeur Intel Core i5 avec 8 Go de RAM et un SSD de 256 Go, soit la version à 1139 €. Auxquels nous avons ajouté 260 € pour profiter des apports du clavier Type Cover et du Surface Pen. Une facture qui peut paraître salée pour un ordinateur portable 2-en-1 mais qui reste en dessous des tarifs pratiqués par Apple.

A titre de comparaison, l’iPad Pro 12,9 pouces de configuration similaire - avec 256 Go de stockage, le Smart Keyboard Folio et l'Apple Pencil de seconde génération vendus séparément - vous coûtera environ 1640 €.  Vous réalisez donc une économie substantielle de 15% si vous préférez le 2-en-1 de Microsoft.

Image 1 sur 10

Des bords terriblement épais pour une tablette de 2019

Des bords terriblement épais pour une tablette de 2019 (Image credit: Future)
Image 2 sur 10

Le stylet Surface Pen n'est toujours pas inclus

Le stylet Surface Pen n'est toujours pas inclus (Image credit: Future)
Image 3 sur 10

Le design du Surface Pro 7 ne se distingue pas vraiment du modèle précédent

Le design du Surface Pro 7 ne se distingue pas vraiment du modèle précédent (Image credit: Future)
Image 4 sur 10

Le clavier Type Cover offre une qualité de frappe bien plus généreuse

Le clavier Type Cover offre une qualité de frappe bien plus généreuse (Image credit: Future)
Image 5 sur 10

Un écran tactile plus net et sensible que la génération précédente

Un écran tactile plus net et sensible que la génération précédente (Image credit: Future)
Image 6 sur 10

Des dimensions inchangées (292 x 201 x 8,5 mm)

Des dimensions inchangées (292 x 201 x 8,5 mm) (Image credit: Future)
Image 7 sur 10

Les finitions aussi n'ont pas évolué

Les finitions aussi n'ont pas évolué (Image credit: Future)
Image 8 sur 10

On ne change pas un modèle qui gagne

On ne change pas un modèle qui gagne (Image credit: Future)
Image 9 sur 10

Le clavier Type Cover est d'une élégance sans égale

Le clavier Type Cover est d'une élégance sans égale (Image credit: Future)
Image 10 sur 10

Microsoft a finalement intégré un port USB-C

Microsoft a finalement intégré un port USB-C (Image credit: Future)

Design du Surface Pro 7

Pour celles et ceux qui espéraient éblouir leurs rétines avec un nouveau look Microsoft, le Surface Pro 7 est frustrant. Rien ne change dans sa conception, par rapport au modèle précédent. La tablette mesure toujours 29,2 x 20,1 x 0,85 cm, pour un poids de 770g. Ses finitions en aluminium noir et argent mat n’ont pas varié non plus.

Le constructeur conserve également le point fort du Pro 6, à savoir son écran tactile de 12,3 pouces avec une résolution de 2736 x 1824 (267 pixels par pouce) et un ratio de 3:2. Nous avions apprécié, à l’époque, la netteté et la réactivité de ce composant. Aujourd’hui, il gagnerait à prendre en charge les contenus HDR, à enrichir son spectre de couleurs et surtout à affiner son cadre, trop épais pour un 2-en-1 sorti l’an dernier. Il semble évident que Microsoft à reculer pour mieux sauter sur la question de l’écran. Sa prochaine famille de Surface allant inclure une réelle innovation : le double écran.

La « révolution » du Surface Pro 7 réside dans l’ajout d’un port USB-C, suite aux reproches adressés à son prédécesseur qui en manquait cruellement. L’unique port de Type C vient remplacer l’ancien Mini-DisplayPort, tandis que le Type A répond toujours à l’appel. Plus polyvalente, la connectique du Pro 7 améliore les usages de la tablette en offrant une plus grande fluidité des périphériques embarqués mais aussi une charge plus rapide de l’appareil.

Comme les critiques daignent faire avancer la société présidée par Satya Nadella, nous plaçons un bémol sur cette avancée qui se limite à la norme USB 3.1. Là où elle aurait pu opter pour le Thunderbolt 3, ses débits et sa puissance détonants. Apple, Lenovo, Dell et d'innombrables autres concurrents ont largement adopté Thunderbolt 3, à des prix similaires voire inférieurs.

Autre amélioration - mineure celle-ci - apportée à la gamme Surface Pro : la mise à niveau des microphones intégrés. Les commandes vocales gagnent en précision et l’assistant personnel se montre, de ce fait, plus efficace dans le traitement des requêtes.

Reste la question que de nombreux utilisateurs se posent à chaque nouvelle génération de Surface Pro : faut-il ou non investir dans un clavier Type Cover ? Bien que le clavier tactile du Pro 7 jouit d’une excellente réactivité, l’emploi du Type Cover offre une qualité de frappe supérieure. Les touches sont plus profondes et la sensation de rebond fournit un confort sans pareil. En outre, son revêtement permet une plus grande résistance face aux taches… et supportera davantage les doigts gras que votre écran tactile. A considérer donc si vous êtes prêt(e) à dépenser 150 euros supplémentaires.