Les ventes de Macs s'envolent alors que celles des PC déclinent - la puce M1 a-t-elle sauvé Apple ?

MacBook Pro
(Crédit photo: Shutterstock - Nanain)

Si vous êtes de ces consommateurs qui ont récemment mis à niveau leur configuration informatique, il s’avère fort possible que vous n’ayez pas résisté à la tentation d’acheter un Mac ou un MacBook dernier cri. Dans ce cas, sachez que vous n’êtes pas seul : les ventes d’ordinateurs Apple grimpent en flèche en ce début d’année, alors qu’un bon nombre de constructeurs PC voient leurs livraisons ralentir depuis l’an dernier.

Cette information provient d'un rapport de Garner (s'ouvre dans un nouvel onglet) estimant la croissance des ventes internationales d’ordinateurs au cours du premier trimestre 2022. Apple aurait ainsi expédié 7 millions de Macs et de MacBooks durant cette période, soit une croissance de 8,6% par rapport aux 6,5 millions de modèles livrés pendant le premier trimestre 2021. 

"Après une poussée sans précédent des Chromebooks en 2020 et début 2021, tirée par la demande du marché éducatif, la croissance de ces modèles portés par Chrome OS s'est tempérée", a déclaré Mikako Kitagawa, directeur de recherche chez Gartner. 

"Ce fut un trimestre difficile pour le marché des PC et des Chromebooks, car à la même époque l'année dernière, celui-ci enregistrait son plus net rebond depuis des décennies."

Alors qu'Apple ne se classe qu'au quatrième rang des fabricants les plus populaires, ces estimations montrent un recul massif des marques les plus plébiscitées habituellement, telles que Lenovo et HP - ces dernières inscrivant une baisse de leurs ventes de 12,6% et 17,8% respectivement.

Swipe to scroll horizontally
Worldwide PC Vendor Unit Shipment Estimates for 1Q22
Compagnies Livraisons Q1 2022Parts de marché Q1 2022 (%) Livraisons Q1 2021Parts de marché Q1 2021 (%)Croissance Q1 2021 - Q1 2022 (%)
Lenovo18,25823.620,88225.0-12.6
HP Inc.15,86320.519,29523.1-17.8
Dell13,73917.713,08415.75.0
Apple7,0059.06,4497.78.6
Asus5,5947.24,6405.620.6
Acer5,5317.15,8507.0-5.5
Autres11,50314.813,39316.0-14.1

Malgré ce déclin, Lenovo et HP détiennent toujours une part de marché supérieure à celle d'Apple, probablement grâce au fait que les deux marques proposent des configurations premium à prix abordable.

Apple, en revanche, est sans aucun doute une marque jugée plus "luxueuse", son modèle récent le plus économique étant le MacBook Air (M1, 2020) qui, à 1 129 €, peut représenter plus du double du prix de certaines offres Lenovo.

Néanmoins, l’éclat de la puce maison d'Apple pourrait être au moins en partie responsable de l'augmentation des livraisons, les consommateurs se précipitant pour acheter des produits comme le MacBook Pro 14 pouces peu après sa présentation l'année dernière.

Il convient également de noter que Dell et Asus ont connu une croissance impressionnante cette année, de sorte qu'Apple n'est pas la seule marque à profiter d'une place au soleil. IDC a publié ses propres estimations le 10 avril qui donnent un bilan très similaire - bien que les rapports de Gartner et d'IDC soient basés sur des expéditions estimées et ne reflètent pas les données de ventes réelles. Il est de même peu probable que nous obtenions un aperçu plus précis de la part de marché, compte tenu du fait qu'Apple ne fournit plus de ventes unitaires pour ses gammes de Macs, d’iPhones ou d’iPads.


Pourquoi Apple s’envole ?

Le déploiement du SoC M1 (système sur puce) a engendré de sérieuses vagues sur le marché informatique. Alors que les Macs et les MacBooks ont toujours représenté des produits de luxe, les mauvais choix de conception tels que la barre tactile controversée et la suppression des ports les ont rendus difficiles à écouler sur certains marchés.

Le M1 (et les M1 Pro, M1 Max et M1 Ultra qui ont suivi) ont permis au matériel Apple de renaître de ses cendres comme un phénix, au point de figurer fréquemment en tête des listes des meilleurs processeurs - tout comme le MacBook Air se hisse dans notre propre classement des meilleurs ordinateurs portables.

Pourtant, ces estimations commerciales ne signifient pas qu'Apple a récupéré cette part de marché uniquement en proposant d'excellents produits. Il y a beaucoup d'autres facteurs à prendre en compte, comme la pénurie mondiale de puces et la généralisation soudaine du travail ou des formations hybrides entraînée par la pandémie de la Covid-19.

En Europe occidentale, le marché informatique a connu une croissance de 42% en glissement annuel sur 2021. Selon IDC, cette croissance a été alimentée par des consommateurs enfermés qui avaient besoin d’un équipement à domicile, pour s'adapter à cette nouvelle réalité. Les ventes de ChromeBooks ont également augmenté et ont depuis commencé à décliner rapidement au cours des derniers mois, alors que les environnements professionnels et éducatifs commencent à revenir à des états pré-pandémiques.

Il est en outre probable que la consommation en hausse des jeux et des divertissements ont tenu un rôle majeur. Le grand public s’est tourné vers les ordinateurs portables et les PC de bureau pour se divertir - ce qui pourrait expliquer pourquoi Dell et Asus, deux marques particulièrement remarquables pour les joueurs PC, ont également vu leurs ventes augmenter au cours des deux dernières années.

En bref, il n'y a pas de raison spécifique pour laquelle Apple se porte si bien sur le marché mondial en ce moment, mais ce succès n'est certainement pas immérité. 

Le marché plus large des PC devra contre-attaquer activement face à la puissance du silicium M1 et espérer que la marque à la grande pomme ne délivre pas un MacBook vraiment bon marché, ou pire encore, une configuration gaming alimenté par le M1.

Via MacRumors (s'ouvre dans un nouvel onglet)

Jess is a former TechRadar Computing writer, where she covered all aspects of Mac and PC hardware, including PC gaming and peripherals. She has been interviewed as an industry expert for the BBC, and while her educational background was in prosthetics and model-making, her true love is in tech and she has built numerous desktop computers over the last 10 years for gaming and content creation. Jess is now a journalist at The Verge.