Skip to main content

Google collecte beaucoup plus de données que vous ne le pensez, depuis votre smartphone Android

Téléphone mobile et confidentialité
(Crédit photo: Shutterstock / Valery Brozhinsky)

Des chercheurs en cybersécurité ont récemment découvert que les appareils Android collectent beaucoup plus de données télémétriques que leurs équivalents sous iOS. L’équipe universitaire du Trinity College (Irlande), sous la direction de Douglas Leith, a quantifié les données récupérées par les systèmes d’exploitation Android / iOS et transmises respectivement aux sièges sociaux de Google et d’Apple.

Selon les conclusions publiées par M. Leith, ces échanges entre l’appareil mobile de l’utilisateur et les sièges sociaux s’effectuent en moyenne toutes les quatre minutes et demie. Y compris sur les smartphones inactifs et dont les paramètres de confidentialité ont été clairement définis par ledit utilisateur.

Plus inquiétant encore, l’étude observe également que les deux systèmes d'exploitation mobiles transmettent des données de télémétrie, y compris l'IMEI du téléphone, le numéro de série du matériel, le numéro de série de la carte SIM à leurs sièges respectifs - ce, même si vous avez explicitement refusé de partager ces détails.

Une curiosité insatiable

En comparant des smartphones Android et iOS sous différents états (réinitialisation d'usine, avec/sans carte SIM, etc.), M. Leith a observé que "3,6 Mo de données sont téléchargées par Android contre 42 Ko par iOS, pendant le démarrage". 

En élargissant ses mesures à tous les appareils Android et iOS aux États-Unis, ces chiffres se traduisent par une collecte d'environ 1,3 To de données menée par Google toutes les 12 heures, versus 5,8 Go pour iOS.

Google a contesté ces résultats, déclarant auprès d’Ars Technica : "Selon nos recherches, ces résultats sont erronés, et nous avons partagé notre incompréhension méthodologique avec le chercheur en charge de cette étude". Le G des GAFA plaide sur le fait que ces données correspondent aux communications mesurées en amont, pour s’assurer qu’Android “fonctionne comme prévu, et que le téléphone est parfaitement sécurisé".

Via: Ars Technica