Skip to main content

L’ennemi n°1 de Nintendo n’est ni Sony, ni Microsoft - mais un enfant de 10 ans et sa mère

Nintendo Switch Joy-Con drift
(Crédit photo: TunedIn by Westend61/Shutterstock)

C’est l’un des procès les plus médiatisés du moment. En Californie du Nord, un jeune joueur de 10 ans et sa mère en furie poursuivent Nintendo en justice. Motif invoqué : les défaillances intempestives des Joy-Cons, les manettes associées à la console Switch.

Une plainte qui pourrait être considérée comme un caprice si elle n’était pas récurrente et qu’elle n’avait pas déjà donné cours à de multiples class-actions aux Etats-Unis, depuis l’an dernier. Le phénomène porte d’ailleurs un nom bien connu aujourd’hui : « Joy-Con Drift ».

Ce bug agaçant se produit lorsque la manette détecte un mouvement, et ce même lorsque le joueur ne touche pas le Joy-Con. Pendant des sessions de jeu, certains personnages peuvent s'égarer, sélectionner le mauvais objet ou avoir du mal à effectuer des mouvements précis. En d’autres termes, le Joy-Con Drift donne l'impression que votre Switch est en train de jouer toute seule. Alors que les possesseurs de la Switch standard peuvent, eux, s’acheter de nouveaux Joy-Cons - même si la solution est un peu coûteuse - ceux possédant une Switch Lite, malheureusement, n’ont pas cette alternative. Les Joy-Cons de cette dernière n’étant pas détachables.

Luz Sanchez, la maman du dernier plaignant en date, explique avoir acheté la Nintendo Switch à son fils en décembre 2018, qui expérimentait son premier Joy-Con Drift à peine un mois plus tard. Progressivement, l’anomalie est devenue récurrente et Madame Sanchez a décidé d’acquérir une nouvelle paire de manette pour son fils. Manque évident de chance pour cette famille : le même problème a, une fois de plus, mis un terme aux parties de l’enfant.

Il est intéressant de noter qu'en juillet 2019, Nintendo a commencé à réparer gratuitement les Joy-Cons défectueux, y compris après l'expiration de la garantie utilisateur. Beaucoup de joueurs concernés - et d’attaquants - ont pris cette décision comme une admission implicite du bug et de ses conséquences.

Mauvaise publicité pour la Switch

Malgré la volonté de Nintendo d'offrir des réparations gratuites, les avocats de la famille Sanchez pensent que la compagnie n’a pas respecté son devoir de prévention et fait preuve de publicité trompeuse. « La société continue de commercialiser ses consoles Switch en toute connaissance de cause et sans mettre en garde les futurs usagers sur la possibilité de défaillances liées aux Joy-Cons », peut-on lire dans la plainte en cours.

Le fait qu’une paire de Joy-Cons coûtent actuellement 69,99 € dans le commerce, et que le remplacement gratuit proposé par Nintendo n’est pas des plus visibles, n’aident pas. Il devient ainsi évident que tôt ou tard, Nintendo devra s'attaquer au problème du Joy-Con Drift de manière plus transparente, avant de se faire déborder par la polémique. D'autant plus, à quelques jours de l'Amazon Prime Day et du Black Friday, propices à l'explosion des ventes des deux consoles.

Via Wired