Skip to main content

Nissan, Renault et Mitsubishi lanceront 35 nouvelles voitures électriques d'ici 2030

Nissan EV
(Crédit photo: Nissan)

L’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est en route vers un avenir 100% électrique. Le dernier communiqué du groupe témoigne en effet de l'importance accordée à la mise en place d'une gamme complète de véhicules électriques d'ici 2030 - et dans le cadre de cet objectif, l'alliance se prépare à réaliser un investissement majeur. 

Lorsque tout sera terminé, elle aura investi 23 milliards d'euros. Cet investissement permettra de proposer 35 nouveaux véhicules électriques (VE) d'ici la fin de cette décennie. Ce qui, selon le groupe, lui confère la plus grande offre mondiale de VE. 

Pour atteindre ledit objectif, le trio de constructeurs automobiles devra tirer parti du partage de pièces et d'éléments de conception communs, mais il le fera avec prudence.

Grâce à ce qu'elle appelle la "différenciation intelligente", l'alliance gérera les points communs entre les véhicules et étudiera la possibilité de placer en synergie des plateformes, des installations de production et des groupes motopropulseurs. 

D'ici 2026, les trois constructeurs automobiles feront passer l'utilisation de plateformes communes de 60% aujourd'hui à plus de 80%. Un effort qui réclame à Mitsubishi de renforcer sa présence en Europe avec deux nouveaux modèles.  

L'approche de "différenciation intelligente" est déjà en action, avec l'annonce du successeur entièrement électrique de la Nissan Micra, qui ressemble beaucoup à la Renault 5 EV précédemment révélée.

La batterie solide devient un enjeu majeur

L’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi s'efforcera, par la même occasion, de réduire le coût des batteries de 50% en 2026 puis de 65% en 2028. 

Elle affirme qu'elle disposera en 2030 d'une capacité totale de production de batteries de 220 GWh dans le monde. L’intégration de batteries à l'état solide devrait en outre devenir une priorité, avec Nissan prenant la tête de la recherche et du développement dans ce domaine qui profitera aux trois constructeurs automobiles. 

Bien que les batteries solides ne soient pas utilisées aujourd'hui dans les VE grand public, l'alliance prévoit de produire en masse ce matériel d'ici à la mi-2028. 

Contrairement à de nombreux constructeurs automobiles, Renault-Nissan-Mitsubishi veut contrôler à 100% son matériel et ses logiciels. Cette approche exclut les fournisseurs tiers de batteries et de technologies et devrait (en théorie, du moins) offrir une meilleure expérience aux utilisateurs finaux. 

Le groupe travaillera également avec les fournisseurs européens de services de recharge pour offrir à ses clients des prix préférentiels.

Au-delà des VE, l'alliance s'apprête à intégrer davantage de services connectés dans ses véhicules. En 2026, plus de cinq millions de véhicules seront livrés en utilisant les systèmes dans le cloud du groupe. 

Ce dernier affirme qu'il deviendra par ailleurs le premier constructeur automobile mondial à introduire l'écosystème Google dans ses véhicules. La première voiture entièrement définie par logiciel sera lancée d'ici 2025.

Chris Teague
Chris Teague

After working in the technology and software industry for several years, Chris began writing as a way to help people outside of that world understand the sometimes very technical work that goes on behind the scenes. With a lifelong love of all things automotive, Chris turned his attention to writing new vehicle reviews, detailing industry trends, and breaking news. Along the way, he earned an MBA with a focus on data analysis that has helped him gain a strong understanding of why the auto industry’s biggest companies make the decisions they do.