Skip to main content

Microsoft a accidentellement divulgué le nom de la prochaine grande mise à jour Windows 11

Windows 11
(Crédit photo: 123RF)

Préparez-vous : la prochaine mise à jour majeure de Windows 11 approche, avec de nouvelles fonctionnalités premium comme une barre des tâches améliorée, des dossiers d'applications et la résurrection de Windows Media Player. Nous sommes vraiment impatients de découvrir - attendez, on nous glisse dans l’oreillette le nom complet de cette merveille - "Windows 11 2022 Update". Une dénomination qui ne semble pas être au niveau de ce qu’elle offrira..

Oui, le nom de cette mise à jour - précédemment référencée comme la version 22H2, nom de code "Sun Valley 2" - aurait accidentellement été révélé par Microsoft. Ce par le biais d’une notification envoyée sous Windows 11 et informant les utilisateurs les plus chanceux qu’ils "[exécutaient] maintenant la mise à jour Windows 11 2022". 

Cette fuite a été repérée par le compte Twitter @XenoPanther. Moins de 24 heures après cette publication saugrenue, ladite notification avait disparu.

See more

Entendons-nous bien : cette dénomination est logique. Les précédentes mises à jour de Windows 10 répondaient au format mois + année, et la décision de Microsoft de ne lancer qu'une seule mise à jour majeure de Windows 11 en 2022 expliquerait l'absence de chiffre correspondant au mois de déploiement. Après tout, nous savons déjà  que le lancement de 22H2 est prévu le 20 septembre.

Mais voici un choix tellement désolant ! Les anciennes mises à jour adoptaient occasionnellement des titres imagés comme "Creators Update". Si Microsoft s'éloigne de ses grandes mises à jour régulières, pourquoi ne pas singulariser les nouvelles versions en question ? celles qu'elle lance ? "Windows 11 2022 Update" ne fait rien pour susciter l'enthousiasme. "Windows 11 Neo" ou "Windows 11 Power User" aurait garanti plus d’impact au sein de la communauté Microsoft, incitant même davantage d’utilisateurs irréductibles de Windows 10 de passer le cap.


Microsoft revoit son calendrier de mises à jour Windows

Plus sérieusement, Microsoft doit vraiment prendre en main le marketing de Windows 11. L'adoption de l’ultime OS Windows gagne du terrain, mais ses parts de marché demeurent bien loin de celles attribuées à Windows 10. De nombreux utilisateurs ne ressentent pas l'intérêt d’une transition aujourd’hui. A vrai dire, les bugs persistants du menu Démarrer, associés aux problèmes de sécurité, n'inspirent guère confiance.

L'abandon par Microsoft des multiples mises à jour annuelles des fonctionnalités de Windows apparaît intéressant. La grande mise à jour "Sun Valley 3" de 2023 aurait été abandonnée au profit de mises à jour plus mineures, baptisées "Moments" (voici une étiquette plus porteuse, justement). 

Le programme Windows Insider séduit toujours plus de bêta-testeurs évaluant les nouvelles fonctionnalités de Windows 11. Ce qui, espérons-le, permettra à Microsoft de déployer ces mises à jour compactes plus fréquemment.

Dans le prolongement de "Moments", Microsoft prévoit un lancement de Windows 12 en 2024 - ce qui se révèle terriblement précipité, étant donné le nombre de personnes qui utilisent encore Windows 10… ou même des versions plus anciennes de l'OS. À moins que la mise à jour Windows 11 2022 (ahem) ne fasse un gros effort pour attirer plus de fans, Microsoft devrait repenser sa stratégie.

Editor, Computing

Christian is TechRadar’s UK-based Computing Editor. He came to us from Maximum PC magazine, where he fell in love with computer hardware and building PCs. He was a regular fixture amongst our freelance review team before making the jump to TechRadar, and can usually be found drooling over the latest high-end graphics card or gaming laptop before looking at his bank account balance and crying.


Christian is a keen campaigner for LGBTQ+ rights and the owner of a charming rescue dog named Lucy, having adopted her after he beat cancer in 2021. She keeps him fit and healthy through a combination of face-licking and long walks, and only occasionally barks at him to demand treats when he’s trying to work from home.