La nouvelle mise à jour de Windows 11 est la preuve que Microsoft craint Apple

Un homme d'affaires surpris se cache derrière un bureau en bois flou avec un ordinateur portable et d'autres objets
(Crédit photo: Peshkova / Shutterstock)

Ce n'est pas un secret qu'Apple a connu un grand succès après avoir abandonné Intel et commencé à fabriquer ses propres puces M1 et M2 pour alimenter ses MacBooks et Macs. Microsoft a clairement regardé cette réussite avec envie, surtout si l'on considère les changements qu'elle est en train d'apporter à Windows 11.

Comme le rapporte ZDnet (s'ouvre dans un nouvel onglet), une nouvelle version préliminaire de Windows 11 est disponible pour les personnes qui souhaitent l'essayer. Elle apporte de nombreuses fonctionnalités d'IA qui utilisent l'unité de traitement neuronal (NPU) d'un appareil.

Les NPU ne sont pas présents dans tous les ordinateurs portables ou PC, mais sont inclus dans les ordinateurs portables équipés de processeurs SQ1, SQ2 et SQ3. Ces puces sont fabriquées par Microsoft et Qualcomm, et le dernier SQ3 se trouve dans la nouvelle Surface Pro 9 5G de la société.

Si vous pensez que le SQ3 ressemble beaucoup à une tentative de Microsoft de reproduire le M1, alors vous n'êtes pas trop loin de la vérité. Microsoft travaille depuis un certain temps déjà sur les moyens d'installer son système d'exploitation Windows sur les puces ARM (par opposition aux processeurs x64 d'Intel et d'AMD). Les résultats ont toutefois été plutôt décevants avec des appareils qui souffrent à la fois de prix élevés et de mauvaises performances. Pire encore, comme les puces ARM ont une architecture différente, les applications doivent avoir des versions qui peuvent fonctionner sur ce matériel. Si les développeurs ne peuvent pas ou ne veulent pas porter leurs applications sur ARM, vous vous retrouvez avec un appareil cher et peu puissant qui ne peut pas exécuter vos programmes préférés.

Pendant ce temps, les puces M1 et M2 d'Apple, qui sont également basées sur ARM, ont évité ces problèmes. Les appareils M1, en particulier, tels que le MacBook Air (M1, 2020), offrent un excellent rapport qualité-prix, ainsi que d'excellentes performances.

Apple a travaillé dur pour s'assurer que presque toutes les applications fonctionnent avec les puces M1 et M2, soit en travaillant avec les développeurs d'applications pour créer des versions compatibles, soit en développant son propre outil Rosetta 2, qui permet aux applications non compatibles de fonctionner sur le matériel M1 et M2 avec un impact minimal sur les performances. Une solution que Microsoft n'a pas réussi à mettre en œuvre avec succès avec Windows sur ARM !

Ainsi, malgré le désir évident de Microsoft de rivaliser avec Apple à cet égard, il lui reste beaucoup de travail à effectuer. Cependant, la nouvelle mise à jour de Windows 11 pourrait-elle résoudre ce problème ?

Tout sur l'IA

Alors que Windows 11 n'a rien de semblable à Rosetta 2 pour le moment, la dernière version préliminaire apporte la fonctionnalité Studio Effects au menu des paramètres rapides de la barre des tâches. Il s'agit d'un outil qui utilise l'intelligence artificielle pour améliorer la qualité des appels vidéo et audio, et qui apporte d'autres fonctions astucieuses pour les créatifs et les joueurs.

Ces fonctions sont exclusives aux appareils équipés de NPU, et en les plaçant dans une position aussi proéminente dans Windows 11, il semble que Microsoft cherche à rendre les avantages de ces appareils plus évidents.

Cela fait également suite à la publication par Microsoft d'un kit de développement Windows sur ARM qui met l'accent sur les capacités des NPU. Encore une fois, cela suggère que Microsoft encourage les développeurs d'applications à adopter les puces équipées de NPU, telles que le SQ3. Si cela fonctionne, nous devrions voir plus d'applications arriver sur Windows en ARM - ce qui résoudrait l'un des principaux problèmes de Microsoft avec la plateforme.

Cela pourrait déclencher un cercle vertueux, car plus il y aura d'applications pour Windows sur ARM, plus les gens achèteront d'appareils, ce qui encouragera encore plus de développeurs d'applications à faire des versions ARM de leurs produits. Cependant, à l'heure actuelle, comme peu de personnes utilisent Windows sur ARM, de nombreux créateurs d'applications ne voient tout simplement pas la justification financière d'investir dans un portage de l'application.

Si le problème des applications de Windows sur ARM est résolu, Microsoft a une chance - bien qu'elle soit encore mince - de mettre fin à ses craintes vis à vis d'Apple et de concurrencer son M1.


Matt was TechRadar's Managing Editor for Computing and Entertainment, looking after two of the best, and most exciting, channels on the site. Having written for a number of publications such as PC Plus, PC Format, T3 and Linux Format, there's no aspect of technology that Matt isn't passionate about, especially computing and PC gaming. Ever since he got an Amiga A500+ for Christmas in 1991, he's loved using (and playing on) computers, and will talk endlessly about how The Secret of Monkey Island is the best game ever made. He's also a huge film and TV fan and Marvel geek, and his favorite recent film is Dune.