Skip to main content

Vous vous souvenez de l'incendie du datacenter OVH ? Voici pourquoi la gravité de l’événement n’est pas à minimiser

Amazon
(Crédit photo: Amazon)

Un an après l'incendie majeur qui a détruit un datacenter de l'hébergeur OVH - et paralysé gravement un autre -, mettant hors ligne de nombreux services, la société a révélé que de multiples facteurs ont contribué à l’alimentation du brasier. 

Selon un rapport des pompiers du Bas-Rhin, tout a commencé par un onduleur électrique qui a pris feu au premier étage du bâtiment de cinq étages situé à Strasbourg, en Alsace.

Lorsque les pompiers sont arrivés, ils ont été médusés par "des arcs électriques de plus d'un mètre autour de la porte extérieure du local technique" où le feu a pris pour la première fois.

Un procès en action collective de 140 clients

"Les techniciens d'ES (Électricité de Strasbourg) ont rencontré des difficultés pour couper l'électricité dans la salle". Il leur a fallu deux heures pour y parvenir. L'immeuble n'était pas équipé d'un mécanisme de coupure électrique, précise le rapport.

Il ne disposait pas non plus d'un système d'extinction automatique d'incendie.

Les fumées toxiques, résultant de la combustion de batteries au plomb, n'ont fait qu'empirer les choses, tandis que le plafond en bois qui recouvrait les pièces ne pouvait résister au feu que durant une heure. Pour ajouter l'insulte à l'injure, deux cours intérieures ont été décrites comme d’incroyables "cheminées de feu".

La température dans la pièce du rez-de-chaussée a atteint 400 degrés, selon l’observation des pompiers sur place équipés d'une caméra thermique.

OVH est le plus grand fournisseur d'hébergement cloud en Europe et le troisième au monde. Il dispose de quatre centres de données en France - à savoir SBG1, SBG2, SBG3 et SBG4. 

L'incident a provoqué des perturbations sur plusieurs services en ligne importants, notamment l'utilitaire de chiffrement VeraCrypt, le média B2B eeNews Europe, la bourse crypto-monétaire Deribit, et bien d’autres. Un certain nombre de plateformes relatives aux services publics français ont également été touchés par l'incendie, notamment data.gouv.fr, le site web de l'Éducation nationale, et celui du Centre Pompidou.

Heureusement, aucun membre du personnel OVH n’a été blessé.

The Register note que plus de 140 clients ont déposé un recours collectif, demandant des dommages et intérêts pour les pertes subies.

Via The Register (opens in new tab)

Sead is a seasoned freelance journalist based in Sarajevo, Bosnia and Herzegovina. He writes about IT (cloud, IoT, 5G, VPN) and cybersecurity (ransomware, data breaches, laws and regulations). In his career, spanning more than a decade, he’s written for numerous media outlets, including Al Jazeera Balkans. He’s also held several modules on content writing for Represent Communications.