Skip to main content

Avez-vous vraiment besoin d'un SSD pour stocker et lancer vos jeux ?

SSD vs disque dur
(Crédit photo: Future)

Lors du montage d'un PC gamer (ou de la mise à niveau d'une vieille machine fatiguée), il peut être tentant d'opter pour les meilleurs composants disponibles. Naturellement, cela signifie un investissement conséquent - mais si cela vous permet d'améliorer vos performances, le jeu en vaut la chandelle, non ?

Pas toujours, pourrions-nous répondre. Bien sûr, il y a des cas évidents où cette affirmation peut être réfutée - par exemple, vous n'avez pas besoin d'un énorme bloc alimentation de 1500W pour jouer en 4K. Pour autant, il existe une ligne de dépense difficile à évaluer lorsqu’on pense à l’élaboration de son nouveau PC : le stockage. 

Pendant de nombreuses années, les disques durs (HDD) ont été le choix prédéfini de nombreux équipementiers - exploitant un plateau tournant pour la lecture et l'écriture des données, ils étaient lents et bruyants, mais constituaient finalement la forme de stockage la plus abordable et la plus fiable.

Disque dur

(Image credit: Shutterstock)

C'est au début des années 2010 que les disques SSD (Solid-State Drive) ont commencé à gagner en popularité. Bien que ce type de disque ait existé pendant des décennies avant son entrée sur le marché grand public, leur construction plus complexe et leur taille physique plus compacte les rendaient beaucoup trop chers pour une utilisation classique. Dépourvus de composants mobiles, les disques SSD sont devenus un atout phare pour les ordinateurs portables et les PC silencieux, offrant des vitesses de chargement relativement supérieures.

Confusion des genres

Aujourd'hui, il existe trois familles de disques disponibles pour faire évoluer votre PC gamer. Les disques durs de 3,5 pouces sont les plus grands et les moins chers, tandis que les disques SSD M.2 (également appelés disques NVMe) se révèlent coûteux mais extrêmement rapides et compacts. Les disques SSD de 2,5 pouces se situent entre les deux. 

Les disques durs de 3,5 pouces et les disques SSD de 2,5 pouces utilisent les mêmes câbles d'alimentation et se connectent tous deux à la carte mère via un câble SATA III. Ils peuvent souvent être installés sur les mêmes supports à l'intérieur d'un boîtier, fixés à l'aide de vis ou de plateaux de disques à clipser. Les SSD M.2, quant à eux, sont des bandes compactes de silicium et de micro-puces qui sont installées directement sur la carte mère, parfois accompagnées d'un dissipateur thermique destiné à réduire l'accumulation de chaleur.

Aucun de ces disques n'est particulièrement difficile à installer et presque tous les boîtiers PC peuvent accueillir plusieurs disques. Quel que soit le type que vous choisissez. Gardez à l'esprit que les SSD M.2 sont généralement réservés aux PC compacts, car ils ne nécessitent aucun câble d'alimentation ou de connexion supplémentaire et ne prennent pratiquement pas de place dans le boîtier. Si vous cherchez à assembler un système mini-ITX ultra-compact, le M.2 est souvent le meilleur choix, indépendamment des autres critères.

SSD M.2

(Image credit: Western Digital | Samsung)

Tout pour la vitesse

Si votre configuration gaming est encore équipé d'un disque dur classique, vous aurez probablement remarqué que les jeux modernes AAA peuvent subir des temps de chargement très longs. 

La limite de vitesse de l'interface SATA III (utilisée à la fois par les disques durs et les SSD de 2,5 pouces) est d'environ 550 Mo/s. Les SSD SATA atteignent généralement cette limite, alors que les HDD sont plus susceptibles de ralentir autour de 100 Mo/s, voire le double sur les modèles les plus haut de gamme. Bien que les disques durs soient théoriquement capables d'atteindre des vitesses plus élevées - le disque dur Mach.2 Exos 2X14 de Seagate est capable de transferts de 524 Mo/s, il se révèle difficile de stocker et d’exécuter un jeu récent depuis ces derniers. 

Les disques SSD M.2, en revanche, font office de sprinters ici. Se branchant directement sur la carte mère, ils utilisent une interface PCIe (généralement PCIe 3.0 ou 4.0, selon le PC) afin d'atteindre des vitesses de transfert mesurées en gigaoctets par seconde, plutôt qu'en mégaoctets.

Le SSD PCIe 3.0 moyen, parfois appelé SSD Gen3, offre des vitesses de transfert comprises entre 1,5 et 3,5 Gb/s. C'est déjà beaucoup plus rapide que tout ce qui exploite une connexion SATA, et les disques M.2 Gen3 sont compatibles avec la grande majorité des cartes mères et des processeurs modernes.

Les SSD M.2 Gen4 (c'est-à-dire les SSD qui utilisent la nouvelle interface PCIe 4.0) délivrent des vitesses encore plus élevées, généralement comprises entre 5 et 7 Go/s. Ces disques sont le nec plus ultra pour tous ceux qui déplacent régulièrement de grandes quantités de données. Même s'ils ont tendance à coûter plus cher que les SSD PCIe 3.0 et nécessitent un PC compatible PCIe 4.0 pour fonctionner à plein régime.

Metro Exodus Enhanced Edition

(Image credit: Deep Silver)

Quel SSD pour un budget limité ?

Pour en revenir à la question initiale, avez-vous besoin d'un disque SSD pour lancer vos jeux ? La réponse courte est oui, mais il est préférable de considérer vos besoins réels avant d’effectuer un achat. Le simple fait de passer d'un disque dur à un SSD de 2,5 pouces permet d'améliorer considérablement les temps de démarrage et de chargement des jeux, les disques M.2 offrant des performances encore meilleures.

Il convient de noter que choisir le meilleur modèle ne permettra pas à vos jeux de fonctionner mieux. Les fréquences d'images et le chargement des textures sont liés à d'autres composants (principalement votre CPU et votre GPU), donc si vous n'êtes pas gêné par les temps de chargement leur incombant, un SSD de 2,5 pouces fera parfaitement l'affaire. 

Ces disques sont très abordables de nos jours. Si vous montez un PC gamer avec un budget serré, un petit SSD SATA reste un excellent choix ; vous pouvez obtenir un modèle de 240 Go pour moins de quarante euros.

C'est avec les disques M.2 que les choses se compliquent. Bien que leur prix moyen ait été revu à la baisse ces dernières années, ils coûtent plus cher que les disques SATA et leurs performances varient davantage. Veillez à faire vos recherches lorsque vous décidez d'acheter un SSD M.2, car certains sont incapables d'atteindre les vitesses maximales supposées garanties par le format.

SSD Samsung

(Image credit: Samsung)

Faut-il investir dans un SSD Gen4 ?

Les choix de SSD PCIe 3.0 ou 4.0 posent une autre question intéressante. Bien que les disques M.2 Gen4 soient beaucoup plus rapides que leurs homologues Gen3, la différence pratique dans la plupart des jeux n'est pas appréciable ; dans le monde réel, cela peut se traduire par un temps de chargement de 2 secondes au lieu de 3, un changement que la plupart des joueurs ne remarqueront jamais.

Les SSD Gen4 s’avèrent assez chers, en particulier pour les SSD de plus grande capacité (c'est-à-dire ceux de plus de 1 To). Leur tarif varie selon les marques, mais si vous recherchez un disque M.2 et que vous pouvez obtenir la même quantité de stockage en Gen4 sans payer plus cher que pour un Gen3, foncez. 

Pour beaucoup, il s'agira de préparer l'avenir. Pour profiter pleinement de ces performances, vous aurez besoin d'une carte mère et d'un processeur prenant en charge la norme PCIe 4.0 (par exemple, un processeur AMD Ryzen 5 5600X et une carte mère X570).

En fin de compte, notre recommandation se résume à votre investissement initial par rapport au besoin. Si vous souhaitez réaliser une mise à niveau bon marché de votre disque dur, un SSD de 2,5 pouces fera l'affaire. Si vous avez un peu plus d'argent à dépenser, laisser de côté les SSD Gen3 et opter directement pour un disque Gen4 semble être le meilleur choix à l'heure actuelle ; bien que les avantages en termes de performances restent mineurs, la taille des fichiers des jeux ne cesse d'augmenter et la norme PCIe 4.0 offre le meilleur potentiel pour des performances de pointe à l'avenir.