Skip to main content

La prochaine montre OLED et à chargement solaire de Garmin sera-t-elle l’une des plus abordables ?

Garmin Venu 2 Plus
(Crédit photo: Future)

Garmin a déposé un brevet décrivant comment sa prochaine smartwatch OLED à chargement solaire OLED pourrait générer des coûts de production plus rentables - et donc un prix final plus économique aussi pour le consommateur.

À l'heure actuelle, si vous cherchez une montre Garmin, vous devez faire un choix : vous pouvez opter pour un modèle comme la Venu 2 ou l'Epix (Gen 2) avec un écran OLED lumineux et net et une autonomie modérément longue, ou une édition comme l'Instinct 2 ou la Fenix 7 qui possède un écran à mémoire en pixels (MIP) moins attrayant, mais qui dure beaucoup plus longtemps entre deux charges.

Si vous souhaitez une autonomie encore plus endurante, les montres MIP de Garmin sont également disponibles avec un verre Power Glass, qui contient des cellules photovoltaïques transformant la lumière en électricité. Ce n'est pas possible avec une montre OLED, car le film photovoltaïque obscurcirait l'écran.

Il s’agit d’une décision difficile à prendre, surtout si vous souhaitez vous entraîner en extérieur sur de longues périodes. L'OLED est facilement le meilleur choix pour la cartographie ; il est plus facile à visionner dans toutes les conditions d'éclairage, peut avoir une résolution plus élevée pour afficher une carte mieux détaillée, et dispose d’un taux de rafraîchissement plus fluide. Bonus : la carte peut se mettre à jour en temps réel lorsque vous changez de direction. Cependant, si vous êtes perdu, la dernière chose que vous souhaiterez ici est un avertissement de batterie faible.

Voilà le soleil

Il semble que cet inconvénient spécifique soit sur le point de disparaître à jamais. Plus tôt cette année, TechRadar a repéré un brevet décrivant comment Garmin pourrait créer un écran OLED à chargement solaire sans utiliser de couche de film. Un écran OLED utilise des sous-pixels rouges, verts et bleus pour recréer différentes couleurs, et le brevet explique comment Garmin pourrait placer des zones photovoltaïques entre ces sous-pixels pour recueillir l'énergie solaire.

Aujourd'hui, la société a déposé un autre brevet décrivant comment ces zones photovoltaïques pourraient être rendues plus efficaces, sans ajouter de matériaux coûteux.

Les matériaux photovoltaïques sont souvent constitués de cellules reliées par de minuscules électrodes métalliques. En rendant le métal plus épais, on obtient une connexion plus efficace, car moins d'énergie est perdue sous forme de chaleur… Cependant, ce n'est pas aussi simple qu'il y paraît. 

Épaissir le métal signifie ajouter une couche supplémentaire sur un métal qui a été exposé à l'air et sur lequel se trouve une fine couche d'oxydation. Cette couche oxydée isole l'électrode et la rend moins efficiente.

Il existe des moyens de contourner ce problème (par exemple en déposant une fine couche d'or sur le métal avant qu'il ne s'oxyde), mais ils rendent le processus de fabrication plus compliqué et plus coûteux - ce que Garmin souhaite naturellement éviter. Le brevet décrit comment, au lieu d'ajouter des matériaux supplémentaires, Garmin pourrait utiliser des balayages électriques soigneusement contrôlés pour décomposer l'oxyde métallique.

Bien sûr, un brevet ne garantit pas nécessairement la production future d’une telle montre OLED et solaire, mais il est encourageant de voir que Garmin investit autant d'efforts et de temps de recherche dans ce concept. Espérons qu'il ne faudra pas attendre trop longtemps pour obtenir le meilleur des deux mondes - une montre super lumineuse qui peut durer des semaines entre chaque charge, grâce à une dose quotidienne de rayons solaires.

Cat is the editor of TechRadar's sister site Advnture. She’s a UK Athletics qualified run leader, and in her spare time enjoys nothing more than lacing up her shoes and hitting the roads and trails (the muddier, the better)