Skip to main content

Prise en main de Nvidia GeForce Now

Le meilleur moyen d’obtenir une Nvidia GeForce RTX 3080 en 2021.

Qu'est-ce qu'une prise en main ?
Nvidia GeForce Now
(Image: © Nvidia)

Nos impressions

Nvidia GeForce Now est probablement le meilleur service de jeux à la demande à l'heure actuelle, avec un prix et des performances solides. Son ultime formule d’abonnement vous offre également une configuration PC virtuelle exceptionnelle, équipée du très désirable GPU RTX 3080.

Pour

  • Un accès pour tous les budgets
  • De nouveaux jeux ajoutés tous les jeudis
  • Des serveurs RTX 3080 époustouflants

Contre

  • Interface encore brouillonne
  • Des sessions de jeux limitées

TechRadar Verdict

Nvidia GeForce Now est probablement le meilleur service de jeux à la demande à l'heure actuelle, avec un prix et des performances solides. Son ultime formule d’abonnement vous offre également une configuration PC virtuelle exceptionnelle, équipée du très désirable GPU RTX 3080.

Pros

  • + Un accès pour tous les budgets
  • + De nouveaux jeux ajoutés tous les jeudis
  • + Des serveurs RTX 3080 époustouflants

Cons

  • - Interface encore brouillonne
  • - Des sessions de jeux limitées

Testé auprès d’un panel fermé de joueurs PC depuis 2013, Nvidia GeForce Now s’est construit pendant sept ans avant de s’ouvrir officiellement au public. Et pour cause, le service de jeu à la demande a voulu englober une large variété de supports, des PC Windows et des Macs (évidemment), aux appareils Android et iOS en passant par la Shield TV conçue également par l’entreprise. 

Nvidia GeForce Now dépasse aujourd’hui les 12 millions de membres. Une croissance rendue possible par la proposition de formules d’abonnement polyvalentes, du niveau gratuit aux sections “Prioritaire” et depuis peu “RTX 3080” qui donnent droit à des caractéristiques techniques et à des fonctionnalités plus premium, telles que l’accès prioritaire aux serveurs et une durée de sessions étendue. A noter qu’il est possible de souscrire à l’une ou l’autre des offres sur un mois, six au maximum - l’engagement annuel n’existe pas encore.

Arrivée sur le tard face à Google Stadia ou le Xbox Cloud Gaming, GeForce Now passe désormais la seconde vitesse avec l’ouverture de l’abonnement RTX 3080 garantissant des performances maximales, c’est-à-dire des parties en résolution 1440p à 120 images par seconde sur PC et Mac. Sans que vous n’ayez à débourser le prix d’une carte graphique RTX 3000 soumise à de fortes pénuries et à une inflation continue. 

Et la générosité de Nvidia ne s’arrête pas là, puisque la société ajoute de nouveaux jeux au catalogue du service tous les jeudis. Parmi les plus côtés, citons Assassin’s Creed: Valhalla, Cyberpunk 2077, Hitman 3, Watch Dogs: Legion ou Crysis Remastered désormais offert gratuitement avec toute nouvelle souscription au niveau RTX 3080.

Maintenant que le Nvidia GeForce Now s’est clairement enrichi, jetons un coup d'œil à ce que le service propose en surface comme en profondeur, que vous payiez ou non votre accès tous les mois.

Nvidia GeForce Now

(Image credit: Nvidia)

Prix et disponibilité

Nvidia GeForce Now est disponible aujourd’hui en trois versions différentes : Gratuit, Prioritaire et RTX 3080. La formule gratuite, vous l'avez deviné, ne vous réclamera pas le moindre centime et vous permettra d’accéder à votre bibliothèque de jeux Steam ou Epic Games existante en bénéficiant d’une configuration PC virtuelle incluant une carte graphique Nvidia GeForce GTX 1060 - ce pendant des sessions maximum d’une heure. A condition que les serveurs ne soient pas encombrés, auquel cas vous devrez rejoindre une file d’attente parfois conséquente.

L’abonnement Prioritaire supprime cet inconvénient, grâce à un accès prioritaire donnant droit à des sessions de six heures consécutives et l’activation du mode ray tracing , délivrant des performances gaming dignes d’un GPU RTX 2080. Il vous faudra investir 9,99 € par mois ou 49,99 € pendant six mois (soit une économie de 9,95 €).

Enfin, le tout nouveau niveau RTX 3080 est encore limité, mais il simule les performances gaming du fameux GPU Ampere de Nvidia, avec des sessions de jeu de huit heures. Son tarif unique est élevé (99,99 € pour six mois d’abonnement), mais en comparaison de l’achat d’une carte RTX 3080 seule, il s’avère facilement rentable durant ses dix premières années d’utilisation.

De plus, le forfait gratuit n’est pas limité dans le temps et vous permet d’évaluer le service sur la durée qui vous convient. Là où Google Stadia, par exemple, ne vous propose qu’un mois d’essai gratuit avant de vous facturer 9,99 € par mois - l’équivalent du niveau Prioritaire de GeForce Now. 

Nvidia GeForce Now

(Image credit: Nvidia)

Design et interface

Google Stadia possède une interface utilisateur facile à utiliser et agréable à regarder, même si elle présente quelques défauts. On ne peut pas vraiment en dire autant de Nvidia GeForce Now.

Au lieu de pouvoir lancer le service à partir de Google Chrome, vous allez devoir installer le client GeForce Now. À partir de là, vous devrez soit choisir l'un des jeux proposés, soit saisir le jeu que vous recherchez dans la barre de recherche située en haut de l'interface utilisateur. 

Une fois que vous avez ajouté le titre désiré, Nvidia vous redirigera vers la boutique où il se trouve (Steam, Epic Games, Ubisoft Connect...). Ce qui s’avère quelque peu complexe. Ainsi, lorsque nous avons essayé d'ajouter Wolfenstein: Youngblood à notre compte, deux options se sont présentées. La première nous a conduit au lanceur Bethesda, sur lequel nous n’avions pas acheté le jeu au préalable… alors que nous le possédions sur Steam, proposé en option secondaire. Il nous a donc fallu répéter l’opération deux fois avant de pouvoir exécuter le titre.

Ce n'est qu'une petite gêne, certes, mais si vous possédez déjà un jeu sur une plateforme spécifique et qu'il est listé sur l’ensemble des services à la demande, vous risquez de passer un certain temps avant de mettre la main dessus. 

Et, bien sûr, nous ne pouvons évoquer la navigation entre les bibliothèques compatibles, sans mentionner les jeux qui brillent par leur absence. De nombreux hits de grands éditeurs comme Square Enix et Rockstar Games manquent à l’appel. Les amateurs des licences Final Fantasy ou GTA mangeront leur manette en attendant leur intégration. La recherche de multiples classiques vous offrira un message d’erreur de la part de Nvidia : "Ce jeu n’est pas supporté par GeForce Now, faites-en la demande". 

Heureusement, le catalogue GeForce Now se remplit rapidement depuis son déploiement public l’an dernier, avec plus de mille titres accessibles dont une centaine de free-to-play. Nvidia enrichit par ailleurs son offre vidéoludique avec une dizaine de jeux ajoutés tous les jeudis.

Il y a quelques paramètres que vous pouvez régler via l'interface utilisateur, mais ils ne sont pas très nombreux. Vous pouvez ajuster la qualité du streaming pour favoriser les performances, économiser les données ou trouver un équilibre entre les deux, activer l'intégration de Discord et basculer l’indicateur d'état du réseau. 

L'interface utilisateur est peut-être le domaine sur lequel Nvidia GeForce Now pourrait déployer le plus d’efforts. Elle reste utilisable, mais sa navigation a encore de quoi rebuter les joueurs pourtant curieux. 

Nvidia GeForce Now

(Image credit: Nvidia)

Performances

Il s’agit du sujet le plus brûlant lorsqu'on compare les services de cloud gaming existants. Beaucoup de joueurs, nous y compris, demeurent quelque peu sceptiques quant à la prise de contrôle du streaming sur le marché du jeu vidéo. Nvidia GeForce Now a donc tout à prouver ici, au même titre que Google Stadia et Xbox Cloud Gaming.  

Cependant, d'après nos heures occupées à évaluer le service Nvidia, celui-ci a de quoi convaincre les plus réticents. Si tant est que vous évoluez avec une connexion Internet filaire rapide (Nvidia recommande un débit minimal de 35 Mb/s pour jouer en 1440p / 120 fps).

Autres prérequis : un bureau macOS 10.11 / Windows 7 (64 bits) ou versions ultérieures si vous jouez sur Mac / PC, 4 Go de RAM, un écran 120 Hz dans l’idéal. Et si vous choisissez de jouer depuis la Shield TV, un téléviseur 4K avec port HDMI 2.0a ou plus récent et support HDR.

Vous êtes en règle ? Alors jouer à The Witcher III: Wild Hunt pour la millionième fois se révélera une toute nouvelle et sublime expérience sous GeForce Now. Avec des serveurs capables de gérer le monde ouvert à 1080p avec tous les paramètres au maximum, y compris le redoutable Nvidia Hairworks. Voire en 1440p si vous optez pour la formule RTX 3080. Il est dommage qu'il s'agisse de la résolution et du rapport hauteur/largeur maximaux pris en charge par le service, mais cela ne suffit pas à le démolir, surtout à ces prix très compétitifs.  

Attention néanmoins : dès que nous avons abandonné la connexion Internet filaire, notre expérience s'est quelque peu dégradée. Nous avons installé GeForce Now sur un MacBook Pro 13 pouces de 2018 et joué à Wolfenstein: Youngblood. Si la qualité d’image du jeu de tir n’a jamais eu à rougir, grâce aux fonctionnalités RTX activées, il paraissait tout de même moins réactif que sur notre configuration Ethernet.  

Il est possible que cette latence provienne simplement de serveurs pris d’assaut. Avec une offre et une technologie appelées à s’étoffer progressivement, ce défaut devrait disparaître en même temps que le service gagnera en popularité.

Nvidia GeForce Now

(Image credit: Nvidia)

Pour conclure...

Nvidia GeForce Now s’illustre comme le meilleur service de cloud gaming actuel, mais seulement parce que la concurrence est native. Ses performances s’améliorent considérablement avec la dernière formule d’abonnement RTX 3080, et parviennent à gommer les défauts de son interface. Tout comme sa bibliothèque de jeux se remplissant hebdomadairement et ses tarifs plutôt abordables. 

GeForce Now évoluera probablement davantage au cours des prochaines années et pourrait devenir le moyen de facto de jouer à vos titres vidéoludiques AAA lorsque vous êtes en déplacement. Nous sommes de plus en plus impatients de goûter aux prochaines mises à jour de cette plateforme fort prometteuse. 

Jackie Thomas

Jackie Thomas (Twitter) is TechRadar's US computing editor. She is fat, queer and extremely online. Computers are the devil, but she just happens to be a satanist. If you need to know anything about computing components, PC gaming or the best laptop on the market, don't be afraid to drop her a line on Twitter or through email.

Qu'est-ce qu'une prise en main ?

Nos prises en main reflètent les premières impressions du journaliste sur un produit, après l'avoir utilisé pendant quelques minutes ou quelques heures. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un test approfondi, cela nous permet de vous donner une idée sur sa prise en main et sur ses usages, même si ce n'est qu'une vision embryonnaire. Pour plus d'informations, voir notre page Garantie sur les tests TechRadar .