Skip to main content

Premières impressions sur Microsoft Project xCloud

Le nouveau service de jeux de Microsoft vous permettra de jouer sur le pouce à vos jeux favoris, où que vous soyez.

Qu'est-ce qu'une prise en main ?
Microsoft Project xCloud

Nos impressions

Microsoft Project xCloud semble être assez prometteur avec une expérience fluide et un taux de latence inférieure à celui de ses concurrents directs. Mais nous en venons à nous demander si cette stabilité tiendra toujours le coup lorsque ses serveurs devront suivre son ambition : prendre en charge quelques millions de connexions mobiles et bureau.

Pour

  • Tourne sous une connexion sommaire de 7-10 Mo/s
  • Bonne qualité d'image en streaming
  • Sauvegardes des jeux importables depuis votre PC ou console
  • Priorité aux jeux AAA

Contre

  • Disponible uniquement sur Android pour le moment
  • Quelques difficultés sur des titres en ligne plus nerveux
  • Coupures de connexion occasionnelles

Project xCloud de Microsoft est un nouveau service de cloud gaming qui vous permet de lancer des jeux de premier ordre sur n'importe quel appareil, et ce quand vous le souhaitez. Que ce soit en les streamant sur votre console, sur votre smartphone ou encore sur votre PC Windows 10. 

Pour réussir cet exploit, Microsoft s'appuie sur ses datacenters répartis à travers le monde et équipe ses serveurs de composants Xbox One. Jusqu'à présent, le projet était cloisonné à petite échelle, les employés de Microsoft s'avérant les seuls bêta-testeurs du service en interne, mais désormais la société a lancé une bêta publique - permettant aux joueurs ayant manifesté leur intérêt pour la plateforme d'évaluer ses fonctionnalités... et de remonter les bugs.

Alors que Microsoft affirme que Project xCloud peut dès à présent faire tourner près de 3 500 jeux - avec encore 1 900 autres titres en préparation - cette version d'essai ne supporte que quatre titres clés, à savoir Gears 5, Halo 5: Guardians, Killer Instinct et Sea of Thieves.

Lors de la présentation X019 tenue en novembre dernier, Microsoft avait déclaré que ce nombre passerait à plus de 50 en 2020, mais n’a pas daigné nous dire quand exactement cette expansion démarrerait. Ce que nous savons à l’heure actuelle, c'est que Microsoft promet d’étendre la couverture de sa plateforme à 54 régions Azure (incluant les datacenters de 140 pays), lorsque celle-ci sera prête.

Plus récemment, le patron de Xbox en personne, Phil Spencer, a annoncé que xCloud fusionnera avec Xbox Game Pass Ultimate, sans coût supplémentaire. Et ce, dès son lancement.

Que penser donc de ce Project xCloud ? Nous avons eu un peu de temps pour le tester. Voici le fruit de notre réflexion à date.

Design et configuration de Microsoft Project xCloud

Project xCloud

Il est difficile de décrire le design d’un service qui se veut intangible, en particulier lorsque l’expérience utilisateur de xCloud diffère d'un appareil à un autre. Ce qui est encore plus complexe à décrire, c'est le relatif silence qui entoure encore la plateforme de Microsoft. Bien que certains détails aient déjà été divulgués, ceux concernant son fonctionnement exact, sa date de lancement et ses futurs ajouts de jeux au catalogue sont restés jusqu’ici assez secrets.

Nous avons pu mettre la main sur ce service pour la première fois lors de la conférence E3 de Microsoft en 2019 et avions essayé deux titres en particulier : Resident Evil 7 Biohazard et Forza Horizon 4

Nos deux installations étaient équipées de la nouvelle manette Xbox Elite Pro 2 et reliées par câble à un Samsung Galaxy S10 - actuellement, le projet xCloud ne prend en charge que les appareils Android fonctionnant au moins sous Android 6.0 Marshmallow. 

La manette de la Xbox est assez encombrante, presque trop même pour être associée à un appareil qui est censé être facilement portable. Bien que la sensation premium soit au rendez-vous, nous ne pouvons pas nous imaginer facilement glisser tout cela dans nos poches lors de nos déplacements. Vous pourrez peut-être utiliser le service sans manette, mais notre sentiment actuel est que composer avec des commandes tactiles sur ce genre de jeux de haute volée s'avère bien trop restrictif.

Heureusement pour nous, toutes les manettes de Microsoft fonctionnent avec xCloud et la firme travaille en ce moment même avec d’autres sociétés partenaires pour étendre le nombre de manettes compatibles. Espérons donc qu’une manette plus petite et légère fera son apparition dans le lot.

Lorsqu'il s'est agi de tester le service sur cette bêta, nous avons fait le choix d’opter pour un appareil plus grand : la Samsung Galaxy Tab S4. 

Pour les personnes ayant déjà pris en main la nouvelle version de xCloud, Microsoft a défini quelques conditions en matière de hardware pour pouvoir utiliser son service. Tout d'abord, vous devez vous doter d’un appareil configuré au minimum sous Android 6.0. Celui-ci doit également pouvoir prendre en charge le Bluetooth 4.0 afin de pouvoir connecter une manette sans fil Xbox One (dont vous aurez également besoin). De plus, vous devez disposer d'un compte Microsoft et enfin bien évidemment d'une connexion Wi-Fi. 

Ce qui nous a immédiatement sauté aux yeux, c'est que jouer sur une tablette devient tout de suite plus encombrant que de jouer sur un smartphone. Si vous optez pour cette solution, nous vous recommandons d'ajouter une housse avec support rotatif qui maintiendra l'appareil en place. Car croyez nous, le poser à plat sur un bureau et vous courber des heures pour jouer ne rendra pas un fier service ni à votre nuque, ni à votre dos. 

Au-delà de l'ergonomie, le support tablette convient bien mieux à ce service : l'écran est plus grand, on plisse moins les yeux pour lire les textes intégrés et, de manière générale, l'usage de la manette semble bien plus équilibré. On croirait presque jouer à la Switch de Nintendo. Même si un plus grand écran possède également ses propres inconvénients - mais nous y reviendrons.

Performances et réactivité de Microsoft Project xCloud

Projet xCloud

Lors de notre test, les deux jeux lancés fonctionnaient étonnamment bien, étant donné que nous jouions sur un réseau fortement fréquenté.  

Nous n'avons pas rencontré de problèmes de latence ou de retard lors de la saisie des touches. L'image est resté nette tout du long, avec une qualité digne des plus grandes consoles actuelles. Mieux encore : notre débit ne dépassait pas 10 Mo/s, un bon point pour xCloud dont la performance optimale recommandée se situe entre 7 et 10 Mo/s. Plus surprenant encore, le service tournerait parfois à des vitesses aussi basses que 4 Mo/s - bien que la résolution ne soit pas ici idéale.

Selon Microsoft, il existe bien un seuil de latence, mais la nature exacte de celui-ci n'a pas été révélée. On nous a simplement rétorqué que l'entreprise se concentrait actuellement sur l'optimisation de la fluidité.

Attention toutefois : nous nous interrogeons réellement sur une expérience de jeu fluide, pérenne à 10 Mo/s. Ce sera peut-être le cas pour certains titres, mais chaque éditeur a ses propres attentes en matière de performances - et si 10 Mo/s peut fonctionner parfaitement pour un jeu, cela pourrait ne pas être le cas sur un autre.

En outre, si, comme vos humbles testeurs, vous n'avez pas la meilleure vue qui soit, vous aurez peut-être du mal à lire les menus sur l'écran d'un smartphone ainsi que les sous-titres d'un jeu en VO. D'autant plus que la résolution est généralement réglée par défaut à 720p.

Gears 5

(Image credit: The Coalition)

Certaines lacunes ont commencé à apparaître lorsque nous avons testé la bêta de Project xCloud, avec notre propre matériel et notre propre connexion Internet. 

Nous avons évalué le service dans les locaux de TechRadar, où le débit est de l’ordre de 20 Mo/s (bien supérieure à ce que recommandait alors Microsoft), le ping atteint 6 et la latence 40 ms. Nous l'avons également essayé chez nous, avec un débit de 25 Mo/s et un ping de 25 ms, la connexion étant partagée entre cinq personnes dans un appartement commun.

Avec ces vitesses supérieures, Project xCloud nous a livrés une image nette et une bonne fluidité générale. L'exploration de Sea of Thieves s'est révélée tout simplement magnifique. Même si, à quelques occasions, la connexion a été momentanément interrompue. Pour ce qui est de Killer Instinct, nous n'avons eu que très peu de problèmes avec la saisie des commandes. La cerise sur le gâteau restant Halo 5: Guardians, qui s'exécutait aussi bien que sur la console, avec peu ou prou une expérience quasi identique.

Toutefois, si certains jeux tournent relativement bien sur le service, ce n’est pas le cas pour d'autres. Ainsi, nous avons remarqué des latences plus prononcées sur Gears 5. Nous avons lancé le jeu en mode Arcade, avec un ping de 15 et quelques gros problèmes. Notamment des chutes de framerate et des lags. Dans certains cas, l'écran était même recouvert d'amas de pixels. Bien qu'il soit compréhensible qu’un jeu AAA tel que celui-ci soit plus lourd à traiter qu’un jeu comme Killer Instinct, il reste essentiel de maintenir une connexion irréprochable pour les deux propositions. Où chaque lag engendre une défaite assurée.

Pour conclure…

Projet xCloud

(Image credit: Microsoft)

Nous continuons d'être impressionnés par le service Project xCloud de Microsoft, même s'il subsiste quelques problèmes de latence. Nous notons également une baisse de performances sur les jeux de tir et des déconnexions intempestives agaçantes. Nous espérons que ces derniers seront réajustés avant la sortie définitive de la plateforme. De même, nous souhaiterions tester celle-ci prochainement sur des appareils iOS, globalement adaptés pour le jeu vidéo. 

En termes d’expérience utilisateur, xCloud semble bien tenir ses promesses, en offrant aux joueurs Xbox la possibilité de lancer leurs jeux favoris en itinérance sans aucune perte de progression - et avec des débits Internet somme toute assez raisonnables.

Il faudra également prendre en compte à l’avenir la capacité des serveurs xCloud à gérer un trafic conséquent, mais jusqu'à présent, Microsoft prend l’ascendant sur ses concurrents (notamment Google Stadia) en termes de performances et de réactivité. Nous sommes donc très impatients de voir ce que le service aura à nous offrir dans les mois qui suivent.

Qu'est-ce qu'une prise en main ?

Nos prises en main reflètent les premières impressions du journaliste sur un produit, après l'avoir utilisé pendant quelques minutes ou quelques heures. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un test approfondi, cela nous permet de vous donner une idée sur sa prise en main et sur ses usages, même si ce n'est qu'une vision embryonnaire. Pour plus d'informations, voir notre page Garantie sur les tests TechRadar .