Skip to main content

Le premier smartphone indépendant d’Honor est en route

Honor 9X
L'Honor 9X, une autre époque (Crédit photo: Future)

C'est une année importante pour Honor. La marque a été vendue par son ancienne maison mère Huawei, fin 2020. Depuis, nous trépignons d’impatience à l’idée de découvrir le premier fleuron “indépendant” de la marque. Et ce moment historique ne devrait plus trop tarder.

Selon le site chinois Tencent News, le premier smartphone du renouveau Honor pourrait être présenté officiellement en juillet. Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seul, il devrait intégrer la dernière puce haut de gamme de Qualcomm, la Snapdragon 888, lui conférant un maximum de puissance. 

Le mois de mars est généralement une période de sorties chargée pour l’industrie mobile. Il est donc prudent pour l’entreprise de miser sur un lancement plus tardif. Mais ce report pourrait également être provoqué par la pénurie actuelle de puces qui affecte bon nombre de constructeurs. 

Quel avenir international pour Honor ?

Ce n'est pas la première fuite que nous collectons sur les produits Honor à venir. Récemment, nous avons entendu plusieurs spéculations sur la première smartwatch et le premier bracelet connecté fitness conçus sans filet par l’entreprise. Auparavant, les appareils Honor se définissaient en réalité comme des produits Huawei remaniés.

Il semble que, dans les mois à venir, nous devrions voir le calendrier des sorties Honor se remplir rapidement. Ces propositions seront-elles disponibles en Europe ? Ou resteront-elles réservées au marché chinois ? Difficile à dire - puisque la société pourrait se contenter d’une stratégie commerciale locale, mais parviendra-t-elle à effacer ses ambitions mondiales passées ? 

Son nouveau propriétaire, le consortium Shenzhen Zhixin New Information Technology Co. Ltd, a promis de réimplanter les smartphones Honor dans les régions commerciales où la société avait dû se retirer auparavant. Les Etats-Unis en tête. Il serait également question de se fournir à nouveau auprès d’entreprises américaines telles que Qualcomm pour les puces électroniques ou Google pour l’interface Android. Réponse dans moins de quatre mois, à priori.