Skip to main content

Huawei confirme la vente d'Honor : que va-t-il advenir de la société ?

Honor
(Crédit photo: Aakash Jhaveri)

Après quelques semaines de suspense, Huawei abandonne officiellement la marque Honor pour contourner les sanctions commerciales des Etats-Unis et se concentrer sur ses propres productions. L'annonce confirmant la vente nous est parvenue ce matin, précisant dans les détails de quoi serait fait l’avenir d’Honor.

La compagnie devient la nouvelle propriété de Shenzhen Zhixin New Information Technology Co. Ltd, un consortium d’agents qui acquiert la globalité de ses actifs. Les salariés et la direction d'Honor seront conservés, tandis que Huawei ne détiendra plus aucune part de la marque et se retire de toute participation à la gestion et aux processus décisionnels. Cela signifie également qu'Honor devra concevoir ses futurs smartphones en repartant de rien, sans l'expertise ni la technologie de l'ancienne maison-mère.

Le consortium lui-même affirme qu’il soutiendra pleinement le développement de la marque, ce qui lui permettra de tirer parti des ressources, de la production, des canaux et des services de l'industrie pour devenir plus compétitifs sur le marché mobile. Le nouveau gardien des clés se veut rassurant : la transaction entre Huawei et Shenzhen Zhixin n’aura aucun impact sur les ressources humaines et les opérations commerciales en cours de la compagnie tout juste cédée. Enfin, les investisseurs, agents et détaillants de la nouvelle société Honor s’engagent à effectuer leurs prochaines transactions dans des conditions de concurrence loyale.

Un retour sous Android ?

Grâce à cet accord, Honor devrait pouvoir recommencer à vendre ses smartphones dans les régions commerciales où elle avait dû se retirer auparavant. Mais sa plus grande victoire pourrait être la possibilité de se fournir à nouveau auprès d’entreprises américaines telles que Qualcomm pour les puces électroniques ou Google pour l’interface Android.

L'annonce officielle n'a révélé ni le montant de la transaction ni le nouveau modèle d'actionnariat. Des rumeurs antérieures, cependant, laissaient entendre qu'elle se situerait entre 15 et 25 milliards de yuans, soit environ entre 2 et 3 milliards d'euros.