Skip to main content

Le Canon EOS R5 C veut séduire les vidéastes avant tout

Canon EOS R5 C
(Crédit photo: Canon)

Si les capacités vidéo du Canon EOS R5 sont trop limitées pour vos besoins de réalisation, Canon propose aujourd’hui une alternative résolument orientée vers les cinéastes amateurs ou accomplis : le Canon EOS R5 C.

L'EOS R5 C plein format, variante de l'EOS R5 hybride, troque la stabilisation d'image intégrée (IBIS) de ce dernier contre un système de refroidissement alimenté par ventilateur qui lui confère des capacités de tournage vidéo 8K pratiquement illimitées. Du moins, jusqu'à ce que la batterie s'épuise ou que la carte mémoire se remplisse.

De manière inhabituelle, le Canon EOS R5 C dispose également de modes photo et vidéo totalement distincts. Lorsque vous êtes en mode "photo", vous ne pouvez pas filmer, et vice versa. Lorsque vous passez d'un mode à l'autre, l'appareil s'éteint et redémarre dans le mode choisi. 

Si cela signifie que l'EOS R5 C n'est pas un véritable appareil hybride pour ceux qui souhaitent capturer rapidement un mélange d'images fixes et de séquences vidéo, cela en fait un outil cinématographique plus puissant que l'EOS R5. Son système de refroidissement, en particulier, met un terme aux problèmes de surchauffe de l'EOS R5. Le R5 C, lui, est capable de tourner en interne des vidéos brutes 8K/25p pendant 50 minutes, ou des vidéos 4K/50p pendant 35-40 minutes.

Vue latérale du Canon EOS R5 C

(Image credit: Canon)

Alimentez l'appareil avec une carte CFexpress de 512 Go de type B (l'autre emplacement est réservé aux cartes SD standard), et vous pourrez stocker des vidéos aux formats avancés - à l’instar du Cinema Raw Light, un format compressé qui offre plus d'une heure d'enregistrement à partir d'une charge. L'EOS R5 C peut même filmer des vidéos 8K/60p - bien que, contrairement au Nikon Z9, cela ne soit possible qu’une fois branché à une source d'alimentation externe.

Malgré la forte orientation vidéo de l'EOS R5 C (il s'agit d'une caméra Cinema EOS, après tout), le modèle présente également de nombreux points communs avec l'EOS R5. Les deux appareils possèdent la même monture d'objectif RF, un capteur CMOS de 45 Mpx, un viseur électronique de 5,76 millions de points et un écran tactile arrière de 3,2 pouces. Les deux appareils photo sans miroir sont également équipés d'un processeur Digic X, bien que Canon précise que celui-ci s’adapte aux besoins distincts de chacun des appareils.

Contrairement à l'EOS R5, les modes autofocus de l'EOS R5 C varient selon que vous prenez des photos ou des vidéos. En mode photo, vous disposez de l'habituel Dual Pixel CMOS AF II (avec des fonctions telles que le suivi des animaux), mais en mode vidéo, il s'agit de l'AF standard Dual Pixel CMOS (la même expérience que sur le Canon EOS C70). Ce mode ne permet pas de suivre les animaux ou les sports motorisés, mais il est peu probable que les cinéastes professionnels se fient à l'autofocus dans ces situations.

Si l'EOS R5 C bénéficie de la griffe multifonctions du Canon EOS R3, qui lui permet de transférer des données dans les deux sens avec des accessoires tels que des microphones et des flashs Speedlite, il ne dispose pas - contrairement à l'EOS R5 - de la stabilisation d'image intégrée au boîtier. C'est probablement un obstacle pour les photographes, mais les cinéastes emploieront probablement leur propre système de stabilisation (comme un cardan ou un monopode) avec l'EOS R5 C.

Le Canon EOS R5 C sera disponible en mars 2022, au prix de 4 999 €. Ce qui le place entre le Canon EOS R5 (lancé à 4 500 €) et le Canon EOS C70 (commercialisé à 5 100 €). Reste à savoir si les stocks des premiers EOS R5 C s’avéreront robustes - le récent Canon EOS R3 a été épuisé très rapidement, Canon prévoyant six mois d’attente entre la commande et la livraison de ce produit.


Une puissance vidéo qui tient plus du Sony FX3 que du Sony A1

Canon EOS R5 C

(Image credit: Canon)

Le Canon EOS R5 C est une nouvelle option puissante pour les cinéastes qui ont besoin d'un petit outil vidéo 8K capable de filmer des séquences de qualité professionnelle, avec une touche d'images fixes. Mais il s'agit davantage de la réponse de Canon au Sony FX3 que d'un appareil polyvalent plus grand public comme le Sony A1.

Pour suivre Sony, Canon produit des versions cinéma de son appareil photo sans miroir plein format afin d'attirer les vidéastes professionnels qui ont de plus en plus besoin de filmer des supports mixtes. Le Sony FX3, qui ne peut pas enregistrer des vidéos 8K mais dispose d'une stabilisation d'image intégrée au boîtier, constitue la version cinéma du Sony A7S III, et le Canon EOS R5 C est une proposition similaire pour les utilisateurs frustrés des limitations vidéo de l'EOS R5.

Ce que l'EOS R5 C n'est pas, cependant, c'est un outil qui permet de capturer rapidement un mélange de vidéos et de photos. Son approche rigide (il n'est pas possible de réaliser des vidéos en mode "photo", et vice versa) risque de rebuter certains photographes hybrides. Il s'accompagne de même de limitations significatives : pas de port HDMI de taille standard, pas de filtres ND intégrés, Dual Pixel CMOS AF basique en mode vidéo, et pas de possibilité de charger l'appareil via une batterie Power Delivery externe pendant qu'il est allumé ou qu'il enregistre.

Cette dernière restriction, ainsi que l'impossibilité de remplacer à chaud les batteries LP-E6NH pendant l'enregistrement, pourrait être gênante pour ceux qui filment principalement de longues interviews. Pour autant, les capacités d'enregistrement de l'EOS R5 C sont très impressionnantes pour un appareil aussi petit. Donnez-lui une carte généreuse et vous obtiendrez 40 à 50 minutes de vidéo dans la plupart des formats à partir d'une seule charge, sans aucun problème de surchauffe. Le seul problème réside dans la taille des fichiers vidéo 8K et dans le fait que l'EOS R5 C ne dispose que d'un seul emplacement CFexpress - l'emplacement SD n'étant capable d'accepter que des séquences 4K.

Les photographes voudront sans doute opter pour le Canon EOS R5, grâce à son impressionnante stabilisation d'image intégrée et à son boîtier plus petit. Mais pour les vidéastes qui ont besoin de prendre occasionnellement des photos de haute qualité, l'EOS R5 C pourrait représenter une nouvelle option tentante, d'autant qu'il n'est pas beaucoup plus cher que son aîné.

Mark Wilson
Mark Wilson

Mark is the Cameras Editor at TechRadar. Having worked in tech journalism for a ludicrous 17 years, Mark is now attempting to break the world record for the number of camera bags hoarded by one person. He was previously Cameras Editor at Trusted Reviews, Acting editor on Stuff.tv, as well as Features editor and Reviews editor on Stuff magazine. As a freelancer, he's contributed to titles including The Sunday Times, FourFourTwo and Arena. And in a former life, he also won The Daily Telegraph's Young Sportswriter of the Year. But that was before he discovered the strange joys of getting up at 4am for a photo shoot in London's Square Mile.