Skip to main content

Avec l’échec d’eFootball, FIFA 22 est-elle définitivement devenue la meilleure simulation de football de tous les temps ?

FIFA 22
(Crédit photo: EA Sports)

Que s'est-il passé avec le jeu eFootball 2022, nouvelle franchise phare de Konami ? L’héritière de la licence populaire PES (Pro Evolution Soccer) était censée annoncer une nouvelle ère de la simulation sportive, en relookant et en remodelant la série pour offrir un rival de choix à la marque FIFA. Avec une structure free-to-play pour attirer en masse de nouveaux joueurs.

Hélas, il n'en est rien. eFootball 2022 apparaît aujourd'hui comme le jeu le plus détesté de la plateforme Steam, avec un taux d'approbation de 8% au moment de la rédaction de cet article. Tandis que de multiples captures d'écran et de GIFs animés hilarants moquent le moteur du jeu sur les réseaux sociaux. 

Les visages modélisés des footballeurs stars semblent tout droit sortis d'un jeu Harry Potter lancé sur PS2 - malgré la technologie de numérisation faciale avancée de Konami, pour donner une touche photoréaliste à son nouveau titre. Les animations du jeu sont elles aussi étrangement flottantes, ratant l’immersion des éditions PES précédentes. Certains "eFootballeurs" courent avec leurs bras qui traînent derrière eux comme des serpentins attachés à un ventilateur de bureau. C'est un désastre marketing.

See more

Cet échec est d'autant plus douloureux qu’il touche Konami au moment où FIFA 22 peut enfin exhiber ses performances sur PC et consoles - notamment PS5, Xbox Series X et Nintendo Switch - dès aujourd’hui.

EA se fait souvent critiquer pour ses mécanismes de jeu itératifs, mais la cohérence de la série FIFA - quelques problèmes actuels sur la Xbox Series S mis à part - reste une grande force pour l’éditeur. 

FIFA 22 insuffle une nouvelle vie au gameplay familier de la franchise avec l'ajout de la technologie HyperMotion, et fait des efforts bien intentionnés pour rafraîchir ses modes les plus datés. Quelques-unes de ses prétendues améliorations ressemblent encore à des ajouts superficiels, mais c'est le premier simulateur de football qui compose vraiment avec les configurations matérielles next-gen. 

HyperMotion, citée ci-dessus, recrée les mouvements des joueurs capturés via des enregistrements de matchs réels, ce qui améliore considérablement les performances graphiques et le comportement de l’IA. Il y a toujours la flotte habituelle de microtransactions dont on peut se plaindre, bien sûr - mais elles sont plus faciles à tolérer que les visages globuleux de vos sportifs préférés dans le jeu bâclé de Konami.

Sur le banc de touche

Konami se montrait pourtant confiant sur son nouveau champion : "notre ambition était de recréer l'environnement footballistique parfait, de la pelouse aux mouvements des joueurs, en passant par la foule s’enthousiasmant dans le stade. À cette fin, nous avons décidé de créer un moteur inédit, avec un système d'animation et des commandes de jeu remaniés. Le résultat final a été encore plus impressionnant que ce que nous avions initialement conçu".

Le résultat n'a manifestement pas été à la hauteur de cette promesse, avec plus de 10 000 critiques mécontentes sur Steam, ce qui lui vaut une note "extrêmement négative".

En tant que jeu free-to-play, nous nous attendons à voir d'autres mises à jour et corrections intervenir sur eFootball 2022 dans un avenir proche. Mais il sera difficile de parvenir à égaler les prouesses de FIFA 22 cette année - et l'insistance de Konami à développer un tout nouveau moteur de jeu a peut-être tué eFootball dès le départ.

Henry St Leger

Henry is TechRadar's News & Features Editor, covering the stories of the day with verve, moxie, and aplomb. He's spent the past three years reporting on TVs, projectors and smart speakers as well as gaming and VR – including a stint as the website's Home Cinema Editor – and has been interviewed live on both BBC World News and Channel News Asia, discussing the future of transport and 4K resolution televisions respectively. As a graduate of English Literature and persistent theatre enthusiast, he'll usually be found forcing Shakespeare puns into his technology articles, which he thinks is what the Bard would have wanted. Bylines include Edge, T3, and Little White Lies.