Skip to main content

Test Canon EOS R10

Le Canon EOS R10 est désormais le meilleur appareil photo pour les débutants.

Canon EOS R10
Best in Class
(Image: © Future)

TechRadar Verdict

Le Canon EOS R10 est actuellement le meilleur appareil photo pour les débutants, de par sa polyvalence et son excellent rapport qualité-prix. Grâce à son autofocus moderne et à sa bonne maniabilité, il constitue un moyen abordable d'accéder au système EOS R pour les nouveaux convertis et offre un boîtier de secours appréciable pour les fans de la marque. Les passionnés de photographie animalière ou d'action devraient cependant privilégier l'EOS R7.

Pros

  • +

    Compact et léger

  • +

    Autofocus impressionnant et intelligent

  • +

    Mode rafale rapide

  • +

    Superbe rapport qualité-prix

Cons

  • -

    Pas de stabilisation IBIS

  • -

    Vidéo 4K/60p tronquée

  • -

    Un seul emplacement pour carte mémoire

  • -

    Petit viseur

Le Canon EOS R10 en résumé

Il restait une place vacante dans le catalogue des appareils photo hybrides Canon de milieu de gamme. Et le Canon EOS R10 le comble enfin. Si vous êtes un photographe débutant qui cherche à élargir ses horizons ou un fan de la marque à la recherche d’un second boîtier ludique, c'est maintenant l'un des meilleurs appareils photo du marché.

Bien qu'il soit un peu plus avancé et plus cher que les appareils d'entrée de gamme traditionnels, comme le reflex numérique Canon EOS 250D, l'EOS R10 constitue une amélioration considérable par rapport à ces derniers - et il vaut largement son prix. Il s'agit en fait d'une évolution des reflex numériques à deux chiffres comme le Canon EOS 90D, des modèles qui sont devenus les favoris de ceux qui voulaient photographier leur famille, leurs vacances et leur vie quotidienne avec une qualité d’image supérieure.

Le charme du Canon EOS R10 provient avant tout de son processeur Digic X, qui permet de bénéficier des dernières technologies autofocus et de vitesses de prise de vue en rafale impressionnantes pour son coût. Vous bénéficiez de l'AF II CMOS à double pixel et de la prise de vue en continu à 15 images par seconde (avec toutefois un frein ferme appliqué par la mémoire tampon de l'EOS R10) - ce qui rend cet appareil plus que capable de prendre une photo de votre chien marquant un but au fin fond du jardin.

L'EOS R10 peut suivre un large éventail de sujets, y compris les personnes, les animaux (chiens, chats, oiseaux) et les véhicules, avec beaucoup de ténacité. Il s'agit d'un outil très utile qui surpasse des concurrents comme le Fujifilm X-S10 - bien que ce dernier se défende avec une stabilisation IBIS et (pour l'instant) un plus grand choix d'objectifs.

Ah oui, les objectifs. Avec un viseur légèrement petit (comptez sur un grossissement de 0,59x), ils constituent la principale faiblesse de l'EOS R10. Au moment de la rédaction de cet article, Canon n'a conçu que deux objectifs natifs pour l'EOS R10 et son homologue l’EOS R7 : le zoom RF-S 18-45mm f/4.5-6.3 IS STM et le RF-S 18-150mm f/3.5-6.3 IS STM. C'est plutôt dérisoire par rapport à Sony et Fujifilm, bien que vous puissiez exploiter les objectifs RF plein format de Canon et les anciens objectifs EF sur cet appareil avec un adaptateur en option.

L'importance de cet aspect dépend en grande partie de vos préférences et de votre expérience photographique. Il existe des objectifs RF abordables qui fonctionneront parfaitement avec l'EOS R10, notamment le RF 50 mm f/1.8 (205 €), le RF 16 mm f/2.8 (319 €) et, pour les photographes animaliers, le RF 600 mm f/11 (849 €). Nous l'avons également testé avec le RF 85 mm f/2 Macro (679 €), qui est un objectif primaire polyvalent.

Il y a de fortes chances que ces options vous permettent de tenir le coup jusqu'à ce que Canon lance de nouveaux objectifs APS-C. Mais si vous voulez plus d'alternatives ici, il reste préférable d'opter pour une solution plus fournie comme les Fujifilm X-S10 et Fujifilm X-T30.

Si vous débutez et souhaitez un appareil photo léger qui évoluera avec vous, le Canon EOS R10 est l'un des meilleurs boîtiers pour débutants. Son nouveau capteur CMOS de 24 Mpx produit de superbes images avec une marge de manœuvre suffisante pour vous permettre de récupérer quelques détails dans les ombres, même si vous ne voudrez pas dépasser régulièrement le niveau ISO 6400. Vous pouvez également réaliser des vidéos impressionnantes, même si le mode 4K/60p est assorti d'un recadrage de 1,56x. 

Malgré son capteur relativement ancien, qui n'est pas rétro-éclairé, le puissant processeur de l'EOS R10, son expérience en matière d'autofocus et ses commandes polyvalentes offrent aux débutants un excellent appareil photo pour commencer et un appareil puissant pour évoluer. Cela signifie que vous pouvez vous amuser avec cet appareil en attendant que Canon daigne sortir plus d’objectifs natifs.

Prix et date de sortie

  • Disponible dès maintenant pour 979 € (boîtier uniquement)
  • Également disponible avec deux packs d'objectifs distincts
  • Légèrement moins cher que le Fujifilm X-S10 

Le Canon EOS R10 est disponible à l'achat en plusieurs packs différents, le moins cher étant l’option boîtier nu accessible à 979 €.

Si vous préférez l'acheter avec l'un des nouveaux objectifs de kit RF-S de Canon, vous pouvez l'acquérir pour 1 379 € avec le zoom RF-S 18-150 mm, ou pour 1 099 € avec le zoom RF-S 18-45 mm f4,5-6,3 IS STM.

Canon EOS R10

Le Canon EOS R10 ne dispose pas d'objectifs natifs, mais certaines options plein format abordables comme le RF 85mm f/2 Macro IS STM (ci-dessus) sont disponibles. (Image credit: Future)

Il s'agit d'un prix plutôt raisonnable qui fait écho à celui Canon EOS RP, un appareil photo plein format lancé à 1 499 € en 2019. 

L'EOS R10 est légèrement inférieur au Fujifilm X-S10 (proposé actuellement à 1 049 €). Celui-ci propose une stabilisation IBIS, pratique pour préserver la qualité de l'image et enregistrer des vidéos stables. De plus, son prix est similaire à celui du Nikon Z50, un autre appareil photo APS-C relativement compact et aux capacités similaires.

  • Note : 4/5

Design

  • Petit et léger, il ne pèse que 429 g
  • Sa poignée permet de le tenir solidement
  • Faible grossissement du viseur (0,59x) et absence de protection contre les intempéries 

Le Canon EOS R10 remplit sa mission en affichant à la fois une taille impressionnante et confortablement familière pour quiconque a déjà utilisé un reflex numérique Canon.

Dans la main, ce petit appareil fait penser à un Canon EOS 250D, qui pèse en fait 20 grammes de plus que l'EOS R10. 

C'est le plus petit appareil photo à monture RF que l'on puisse obtenir - bien qu’il ne se révèle pas aussi compact que les boîtiers EOS-M comme le Canon EOS M50 Mark II. Ces appareils photo ont une belle durabilité, même si la plupart des photographes amateurs se tourneront vers le facteur innovant offert par les Canon EOS R7 et R10.

Vue du dessus du Canon EOS R10

(Image credit: Future)

Sur le dessus, le Canon EOS R10 ressemble à nouveau à un EOS 250D, avec un sélecteur de mode rejoint par des sélecteurs de commande avant et arrière, un bouton multifonction et un bouton d'enregistrement vidéo. Un ajout utile, cependant, est l'inclusion de la griffe porte-accessoire de Canon, qui peut à la fois alimenter et envoyer des données à des accessoires comme les micros canon. Si l'on considère que cette fonction n'est même pas disponible sur les appareils photo plein format comme l'EOS R6, c'est une raison supplémentaire de se sentir fier de posséder un R10.

À l'arrière, la configuration est similaire à celle du Canon EOS R7, plus onéreux. Il y a un écran tactile entièrement articulé qui peut s'incliner vers l'avant pour les vidéastes et, extra appréciable, un joystick AF. C'est une fonction que les appareils photo abordables abandonnent souvent au nom de la simplicité, mais c'est une véritable aubaine pour les photographes qui cherchent à déplacer rapidement les points AF. Ce que vous ferez avec un puissant système autofocus doté de 651 points AF.

Une légère déception causée par l'EOS R10 est son petit viseur. Bien que ce viseur ait une résolution de 2,36 millions de points similaire à celle de l'EOS R7, son grossissement limité à 0,59x semble limité. Il fonctionne assez bien dans la pratique et peut être personnalisé à l'aide d'outils pratiques tels que les histogrammes en direct et les lignes de quadrillage, mais d'autres appareils à ce niveau de prix délivrent de meilleurs aperçus de vos scènes.

Canon EOS R10

(Image credit: Future)

L'EOS R10 présente quelques autres défauts de conception qui sont un peu plus compréhensibles pour le prix. L'EOS R10 n'est pas aussi résistant aux intempéries que l'EOS R7, ce qui signifie que vous devrez en prendre véritablement soin. Il ne dispose également que d'un seul emplacement pour carte UHS-II, au lieu de deux. Et si l'EOS R10 concède d'une entrée micro, il perd également la prise casque pour contrôler le son lors du tournage de vidéos.

Dans l'ensemble, cependant, nous avons vraiment apprécié les prises de vue avec le Canon EOS R10 pendant tout le temps que nous avons passé avec l'appareil. Comme le Nikon Z50, il possède une poignée assez profonde pour un si petit format, vous pouvez donc l'associer à des objectifs relativement longs si nécessaire - sans crainte de le faire tomber. Mais il s'agit également d'un petit appareil léger et élégant lorsqu'il est associé à des objectifs primaires tels que le RF 50mm f/1.8 STM. Vous aurez hâte de le sortir.

  • Note : 4/5

Caractéristiques principales

  • L'obturateur mécanique permet d'atteindre brièvement une vitesse de 15 images par seconde
  • L'obturateur électronique offre une vitesse de pointe plus élevée, avec quelques limitations
  • Un suivi autofocus impressionnant pour un appareil photo de milieu de gamme 

À l'instar du Canon EOS R7, l'un des aspects les plus attrayants de l'EOS R10 est la combinaison d'un autofocus moderne et de vitesses de prise de vue en rafale assez rapides. Pour ce dernier point, le R10 n'est pas tout à fait dans la même catégorie que le R7, mais il constitue tout de même une amélioration par rapport aux reflex numériques de milieu de gamme comme le Canon EOS 80D et même l'EOS 90D.

La fiche technique de Canon indique que l'EOS R10 peut atteindre une vitesse impressionnante de 15 images par seconde avec son obturateur mécanique ou de 23 images par seconde avec son obturateur électronique. Nos tests ont confirmé ces affirmations, même si la mémoire tampon de l'appareil n'a pas pu maintenir ces vitesses aussi longtemps que le prétendent les spécifications officielles.

Nous avons pu photographier des fichiers bruts non compressés à 15 images par seconde en utilisant l'obturateur mécanique, avant que le tampon ne ralentisse la cadence à environ 7 images par seconde. Lors de la prise de vue en JPEG, nous avons pu maintenir une cadence de 15 images par seconde pendant une durée plus utile de six secondes, avant de retomber à environ 12 images par seconde.

Canon EOS R10

(Image credit: Future)

Si l'on passe à l'obturateur électronique, on peut brièvement atteindre une vitesse de 23 images par seconde. Cependant, il y a plusieurs raisons pour lesquelles il vaut mieux éviter cette situation. Tout d'abord, l'obturateur électronique est beaucoup plus lent que l'obturateur mécanique en cas de rafales prolongées via ce mode. En outre, la prise de vue de sujets en mouvement avec l'obturateur électronique peut entraîner des problèmes de déformation (autrement appelé rolling shutter), ce qui signifie qu'il est préférable de s'en tenir à l'obturateur mécanique la plupart du temps.

Heureusement, l'autofocus de l'EOS R10 est capable de suivre le rythme de ces prises de vue en rafale. Sa configuration Dual Pixel CMOS AF II, que l'on retrouve sous des formes plus avancées sur des appareils comme le Canon EOS R3 professionnel, est à la fois impressionnante et intuitive. Vous disposez d'un total de 4 053 points AF, ce qui est impressionnant pour un appareil d'entrée de gamme, et il est facile de les déplacer grâce à l'inclusion d'un joystick AF (une autre fonctionnalité souvent abandonnée sur les appareils photo d'entrée de gamme).

Nous avons testé ce système AF sur un large éventail d'animaux, dont des chats, des cerfs et un caniche très rapide. Et si le taux de réussite n'était certainement pas de 100%, l'EOS R10 a fait un bon travail pour trouver les yeux et les verrouiller, même à des distances de 5 à 10 mètres. 

Contrairement aux systèmes autofocus précédents, ce suivi est disponible dans la plupart des modes AF de l'EOS R10, et il bascule automatiquement sur un visage ou un corps s'il ne trouve pas les yeux. Passez en mode AF continu (ou "Servo", comme l'appelle Canon) et l'EOS R10 suivra également tout sujet que vous choisirez de verrouiller dans le cadre, ce qui le place devant des concurrents comme Fujifilm.

Les points faibles du Canon EOS R10 par rapport à certains de ses concurrents sont l'autonomie et l'absence de stabilisation IBIS. Le Fujifilm X-S10, par exemple, offre l'IBIS pour un prix similaire à celui du R10, et cela peut constituer un moyen utile de préserver la qualité de l'image lors de la prise de vue à main levée dans des conditions de faible luminosité (grâce à des vitesses d'obturation plus longues).

L'autonomie de l'EOS R10 n'est pas terrible par rapport à celle des autres appareils photo sans miroir. Son classement CIPA (qui est une mesure standardisée de l'autonomie des appareils photo) est de 340 photos par charge, ou 210 si vous utilisez uniquement le viseur. Si les appareils Sony ont tendance à s'en sortir un peu mieux, ce score se révèle tout juste inférieur à la moyenne des appareils sans miroir. 

Les reflex numériques tels que le Canon EOS 850D (qui utilise la même batterie LP-E17 que l'EOS R10) peuvent cependant continuer à prendre 800 photos, car ils utilisent des viseurs optiques plutôt qu'électroniques. Nous pensons toujours que les avantages globaux de l'EOS R10 en font le meilleur achat, mais c'est un élément à prendre en compte si vous prévoyez de l'exploiter sur de longues journées. L'achat d'une batterie de rechange demeure probablement une bonne idée.

  • Note : 4,5/5

Qualité photo et vidéo

  • Qualité d'image impressionnante malgré l'absence de rétroéclairage du capteur
  • Enregistre des vidéos 4K/30p non recadrées, suréchantillonnées à partir d'une capture 6K
  • Pas de prise casque ni de profil vidéo log "plat" pour les étalonneurs 

L'EOS R10 est doté d'un nouveau capteur de 24,2 Mpx, mais cette puce n'est pas éclairée par l'arrière (BSI). Comme son nom l'indique, les capteurs BSI présentent leurs circuits à l'arrière du capteur plutôt que devant les photosites sensibles à la lumière. Vous obtenez ainsi moins de bruit et une meilleure qualité d'image globale.

Cela aurait pu être un point noir pour l'EOS R10, mais dans l'ensemble, nous avons été impressionnés par sa qualité d'image. Les photos sont très propres et détaillées jusqu'à ISO 1600, avec des couleurs et des tons de peau agréables.

Le bruit commence à devenir légèrement perceptible à partir de ISO 3200, mais les résultats sont certainement encore utilisables ici et à ISO 6400. Ce n'est vraiment qu'à partir de ISO 12800 qu'il faut envisager des options d'urgence pour les situations particulièrement sombres.

En bref, la qualité d'image est très similaire à celle des rivaux APS-C comme le Sony A6400 et le Nikon Z50. Seuls les Fujifilm X-S10 et Fujifilm X-T30 II ont un avantage à ce niveau de prix, car ils utilisent des capteurs CMOS BSI qui devraient (en théorie) leur donner un léger avantage à des sensibilités ISO plus élevées. Mais nous n'avons pas encore pu effectuer une comparaison face-à-face entre l'EOS R10 et ces appareils.

Les compétences vidéo de l'EOS R10 sont un peu plus impressionnantes que celles de ses concurrents. Outre un autofocus parfois capricieux, il impressionne par sa capacité à filmer en 4K/30p non recadré, suréchantillonné à partir de la résolution 6K du capteur. 

Bien que ce ne soit pas le cas pour le mode 4K/60p de l'appareil (qui, comme vous pouvez le voir ci-dessous, subit un recadrage de 1,56x), cela reste un outil utile pour les vlogueurs et les YouTubeurs. L'avantage du mode 60p est que vous pouvez le ralentir jusqu'à la moitié de la vitesse pour créer de belles scènes de coupe.

Parmi les autres bonus vidéo, citons la possibilité de filmer au ralenti en 1080/120p et un mode "HDR PQ" qui offre une qualité 4:2:2 10 bits. Malheureusement, l'EOS R10 ne propose pas d'option d'enregistrement "plat" - pour profiter d’une colorimétrie riche, mieux vaut vous tourner vers l'EOS R7 ou des rivaux comme le Fujifilm X-T30 II. En outre, l'absence de prise casque signifie qu'il n'y a aucun moyen de contrôler la qualité sonore lorsque vous êtes sur le terrain.

Néanmoins, l'EOS R10 n'est pas limité à 30 minutes d'enregistrement vidéo, autrement dit vous pouvez filmer des clips pendant deux heures (selon l'autonomie restante et la capacité de la carte mémoire). Associez l'appareil à un objectif un peu plus performant que les deux zooms RF-S du kit Canon, et vous disposez d'un outil vidéo très performant pour filmer des clips fantastiques.

  • Note : 4/5

Faut-il acheter le Canon EOS R10 ?

Canon EOS R10

(Image credit: Future)

Achetez-le si...

Vous êtes à la recherche de votre premier appareil photo
Le Canon EOS R10 devance de peu le Fujifilm X-S10 en tant que meilleur appareil photo pour les débutants. Bien que le X-S10 dispose d'un stabilisateur d'image intégré au boîtier et d'une gamme d'objectifs natifs plus étendue, la puissance et la facilité d'utilisation de l'autofocus de l'EOS R10, ainsi que ses prises de vue en rafale supérieures, le placent en tête de notre classement. Il est également meilleur que n'importe quel reflex numérique pour ceux qui débutent.

Vous avez besoin d'un appareil photo sportif ou familial abordable
Bien que le prix de l'EOS R10 se situe plutôt en milieu de gamme, sa vitesse de prise de vue en rafale et son autofocus en valent la peine si vous souhaitez photographier des sujets en mouvement. Aucun autre appareil photo APS-C ne peut rivaliser avec l'EOS R10 en termes de vitesse, de convivialité et de prix.

Il vous faut un petit appareil photo hybride pour la vidéo aussi
Même s'il est davantage conçu pour les photos que pour la vidéo, l'EOS R10 possède de puissantes capacités vidéo pour sa taille et son prix. Il filme en 4K/30p non recadré et suréchantillonné et, chose inhabituelle pour un appareil APS-C abordable, il dispose également d'un mode 4K/60p (avec toutefois un recadrage de 1,56x). Il n'y a pas de profil "plat" pour les étalonneurs de couleurs, cependant.

Ne l'achetez pas si...

Vous souhaitez tourner sur un large choix d'objectifs natifs
Pour l'instant, la principale faiblesse de l'EOS R10 est le manque d'objectifs natifs. Canon propose quelques verres plein format abordables qui fonctionnent avec le R10, et vous pouvez adapter des objectifs RF plus anciens. Mais si votre priorité est un système offrant un grand choix d'objectifs natifs APS-C, optez plutôt pour le Fujifilm X-S10 ou le X-T30 II.

Vous voulez un appareil photo animalier sérieux
Pour les photographes animaliers et sportifs, le principal inconvénient de l'EOS R10 par rapport à l'EOS R7 est sa profondeur de mémoire tampon. Alors que le R10 ne peut maintenir sa vitesse d'obturation mécanique de 15 ips que pendant environ une seconde en mode brut, son aîné, plus cher, peut maintenir cette vitesse pendant plusieurs secondes. Pour les photographes d'action plus avancés, cela signifie que l'EOS R7 est une priorité. 

Vous tournez surtout des vidéos
Bien que l'EOS R10 dispose de fonctions vidéo puissantes, il ne s'agit pas d'un appareil de vlogging à part entière. Il n'est pas doté d'une prise casque pour contrôler le son, ni d'un système de stabilisation d'image intégré pour maintenir la stabilité de l'appareil. Pour filmer des vlogs animés (dans lesquels vous marchez en parlant), vous devrez absolument l'associer à un cardan, et il existe de meilleurs choix en matière de vidéo générale, comme le Panasonic Lumix GH5 Mark II. 

Mark Wilson
Cameras editor

Mark is the Cameras Editor at TechRadar. Having worked in tech journalism for a ludicrous 17 years, Mark is now attempting to break the world record for the number of camera bags hoarded by one person. He was previously Cameras Editor at Trusted Reviews, Acting editor on Stuff.tv, as well as Features editor and Reviews editor on Stuff magazine. As a freelancer, he's contributed to titles including The Sunday Times, FourFourTwo and Arena. And in a former life, he also won The Daily Telegraph's Young Sportswriter of the Year. But that was before he discovered the strange joys of getting up at 4am for a photo shoot in London's Square Mile.