Skip to main content

Windows 10 risque encore de vous faire râler ce mois-ci

Un utilisateur agacé de Windows 10
(Crédit photo: Marjan Apostolovic / Shutterstock)

Mauvaise nouvelle pour les utilisateurs de Windows 10. Il semble que Microsoft ait trouvé un autre moyen de mettre vos nerfs à rude épreuve. Cette fois en faisant apparaître une nouvelle notification depuis le navigateur Edge - un message qui vous invite à partager vos informations de navigation.

Comme le rapporte Techdows, ce message apparaît uniquement dans les premières versions du navigateur Edge, laissant en paix ceux qui ont téléchargé sa dernière mise à jour. Reste qu’il pourrait aussi être déployé sous Edge 92, dont la sortie est prévue autour du 22 juillet.

La pop-up incriminée vous demande d’"Autoriser Microsoft à utiliser votre historique de navigation, vos favoris et diverses autres données de navigation pour personnaliser Microsoft Edge et les services Microsoft".

Personne n'aime voir ses données partagées, mais Microsoft essaie de donner une tournure positive à cette situation, en expliquant que cette action vous permettra d’obtenir des résultats de recherche plus adaptés à vos besoins dans le futur. Avec également des comparateurs de prix plus pertinents et des publicités ainsi que des bons de réduction liés à vos centres d’intérêts.

Cependant, quel que soit le leitmotiv émis par Microsoft, l’objectif de ce pop-up ne dupe personne : il vous est demandé de partager vos données afin de mieux vous vendre des produits en lien avec votre navigation (ou de permettre à des entreprises de vous vendre des produits).

Est-ce si grave ?

Le fait d'avoir une énième fenêtre contextuelle vous demandant de partager vos données est certainement ennuyeux, mais n’est-ce pas le lot d’une bonne partie des navigateurs gratuits ? À la décharge de Microsoft, d'autres navigateurs, notamment Google Chrome, collectent et partagent les données de leurs utilisateurs - et eux ne s’avèrent pas aussi transparents qu'Edge. 

Soulignons enfin que cette pop-up pourrait bien ne jamais être déployée, si la réaction des testeurs se révèle essentiellement négative.