Ubisoft et Riot vont utiliser l'IA pour empêcher le harcèlement

La ludothèque d'Ubisoft
(Crédit photo: Ubisoft)

Les joueurs toxiques qui aiment harceler les autres par le biais des communications dans le jeu vont avoir un réveil brutal.

En tant que créateurs et éditeurs de certains des meilleurs jeux collaboratifs multijoueurs du moment, Ubisoft et Riot Games font face régulièrement à des joueurs aux propos déplacés. Heureusement, les deux sociétés ont uni leurs forces pour Zero Harm In Comms (pas de harcèlement dans les communications), un partenariat dans le domaine de la recherche destiné à combattre les mauvais comportements en ligne. Le projet utilisera la technologie de l'IA pour suivre, traiter et apprendre aux bots à identifier les cas de harcèlement en ligne afin de "favoriser des expériences sociales plus enrichissantes et d'éviter les interactions nuisibles".

Les joueurs au comportement répréhensible ne pourront plus se cacher derrière l'anonymat de leur clavier.  Ce partenariat de recherche a l'intention de créer un système où les informations sur les joueurs fautifs seront stockées puis partagées avec l'ensemble du secteur dans une base de données.

Trois personnages de Project Q se battent dans un parc

(Image credit: Ubisoft)

bande de nuls, c'était trop facile

Vous avez probablement déjà entendu le terme "toxique" pour décrire certains types de joueurs en ligne. Qu'il s'agisse de techniques de jeu spécifiques désapprouvées par l'ensemble des joueurs ou d'un cas de véritable abus ou d'intimidation, il est difficile de mettre un visage sur un pseudonyme à l'ère de l'anonymat sur Internet.

Bien que des logiciels anti-triche aient été introduits dans de nombreux grands jeux en ligne, ils ne permettent pas de repérer les joueurs qui blessent activement d'autres joueurs par leurs paroles. La marge étroite qui sépare les insultes de l'intimidation est souvent occupée par le genre de trolls que l'on espère ne trouver que dans les contes de fées.

Reyna et Jett de Valorant

(Image credit: Riot Games)

Moi, Chatbot

Dans l'annonce d'Ubisoft La Forge (son réseau de R&D), le directeur exécutif Yves Jacquier exprime son empathie (s'ouvre dans un nouvel onglet) pour les joueurs qui se retrouvent dans ces horribles positions. "Le comportement perturbateur des joueurs est un problème que nous prenons très au sérieux, mais qui est également très difficile à résoudre", déclare-t-il, faisant référence au fait que les systèmes en place ne parviennent jamais à identifier et à punir les utilisateurs pour leurs mauvaises manières. "Nous pensons qu'en nous unissant en tant qu'industrie, nous serons en mesure de nous attaquer à ce problème plus efficacement."

Et ils s'uniront, comme le confirme Wesley Kerr, directeur exécutif de Riot Games. "Nous nous engageons à travailler avec des partenaires industriels comme Ubisoft qui croient en la création de communautés sûres", déclare-t-il. Ce partenariat avec Ubisoft n'est qu'un exemple de "l'engagement et du travail plus large que [Riot Games] fait... pour développer des systèmes qui créent des interactions saines, sûres et inclusives".

Le logiciel d'IA fonctionnera en utilisant les journaux de discussion de l'ensemble des jeux d'Ubisoft et de Riot et en supprimant tous les cas d'informations sensibles avant de les cataloguer en fonction du comportement affiché. Toutes ces données seront rassemblées pour mieux préparer les robots d'IA à repérer les joueurs qui bafouent les directives de la communauté.

Bien sûr, certains éditeurs ont pris des mesures pour lutter contre les mauvaises manières dans leurs propres jeux, mais si le fait de se faire retirer son équipement au milieu de son run de Call of Duty : Modern Warfare 2 n'est pas assez menaçant, le fait que des centaines de personnes liront vos commentaires malveillants devrait faire réfléchir les joueurs peu recommandables avant qu'ils ne s'expriment dans les chats d'après-match.

Jasmine is a freelance writer and podcaster based in the UK. Whether it's a Sims 4 lore deep-dive or a guide to securing kills in Dead By Daylight, her work is featured on TheGamer as well as the door of her mother's fridge. When she's not aggressively championing the Oxford comma on Twitter, you can find her scoping out the local music scene or buying gaudy Halloween decorations all year round.