TikTok officiellement banni des smartphones de la Chambre des représentants aux Etats-Unis

TikTok
(Crédit photo: Ascannio via Shutterstock)

Si vous êtes un employé de la Chambre des représentants, l'équivalent de notre Assemblée Nationale aux Etats-Unis et que vous aimez créer et regarder des vidéos TikTok, nous avons de mauvaises nouvelles pour vous.

La direction de la Chambre des représentants (COA - Committee on House Administration) a contacté le personnel pour lui signifier qu'il n'est plus autorisé à installer l'application sur un terminal mobile géré par la Chambre.

"Le Bureau en charge de la cybersécurité a jugé que l'application mobile TikTok présentait un risque élevé pour les utilisateurs en raison d'un certain nombre de failles de sécurité", a indiqué le ministère dans un courriel envoyé à ses employés.

Interdiction complète

Toute personne travaillant à la Chambre devra supprimer immédiatement l'application de ses appareils, sous peine d'être contactée par le bureau de la cybersécurité de la COA. 

L'interdiction s'étendra bientôt à d'autres organisations au sein du gouvernement américain. Le récent projet de loi de financement des services fédéraux de 1,66 milliards de dollars, qui doit maintenant être approuvé par le président Biden, inclut une interdiction plus complète, empêchant tous les appareils gérés par le gouvernement fédéral d'installer la désormais célèbre application. 

TikTok a énormément gagné en popularité ces derniers temps et est désormais considéré comme la première plateforme de médias sociaux au monde. Cependant, elle est détenue et exploitée par ByteDance, une société de logiciels chinoise. Et compte tenu de la politique chinoise en matière de confidentialité, de gestion des données et de droits de l'homme, elle a rapidement fait l'objet d'un examen minutieux de la part du gouvernement américain.  

En conséquence, en 2020, l'ancien président Donald Trump a publié un décret déclarant que TikTok était une "menace" et a interdit aux entreprises américaines d'effectuer des transactions avec l'application. 

À l'époque, l'administration Trump avait même tenté de forcer l'entreprise à vendre ses activités américaines à une entreprise nationale, dans le but de conserver les données générées sur place et les protéger d'une éventuelle exfiltration par le gouvernement chinois. 

Alors que l'entreprise et le gouvernement chinois ont nié toute mauvaise manipulation des données, ByteDance a confirmé au début du mois que ses employés avaient accédé à des données d'utilisateurs appartenant à des journalistes, dans le but de découvrir qui avait divulgué un certain nombre d'informations. 

De plus, l'été dernier, la société a confirmé que des employés chinois avaient accès aux données des utilisateurs américains. 

 Via: The Register (s'ouvre dans un nouvel onglet)

Sead is a seasoned freelance journalist based in Sarajevo, Bosnia and Herzegovina. He writes about IT (cloud, IoT, 5G, VPN) and cybersecurity (ransomware, data breaches, laws and regulations). In his career, spanning more than a decade, he’s written for numerous media outlets, including Al Jazeera Balkans. He’s also held several modules on content writing for Represent Communications.