Skip to main content

Une extension Chrome part en guerre contre les pires menaces en ligne. Peut-elle vous protéger ?

ZoneAlarm Web Secure Free
(Crédit photo: Check Point)

Check Point vient de lancer une nouvelle extension pour Google Chrome appelée ZoneAlarm Web Secure Free. Cette dernière offre à ses utilisateurs une protection gratuite contre les tentatives d’hameçonnage et toute autre menace cybercriminelle.

Lorsque vous ajoutez l'extension sur votre navigateur Chrome, ZoneAlarm Safe Search devient votre moteur de recherche par défaut. Celui-ci utilise la base de données ThreatCloud de Check Point, qui contient un volume considérable de renseignements à jour sur toutes les menaces mondiales référencées. Chaque menace est classée en fonction de son risque potentiel sur vos appareils et vos données personnelles.

Les arnaques liées au coronavirus prises en compte

Le service se montre particulièrement intraitable contre les tentatives de phishing. L’option ZoneAlarm Zero-Phishing permet de scanner tous les sites web, avec une surveillance accrue des zones de saisie. Elle vous alerte lorsqu’une page essaie de substituer vos informations privées.

Même bouclier appliqué sur les téléchargements. Vous pouvez enregistrer sur votre disque dur toute pièce jointe ou fichier issus d’un courriel ou d’un site, grâce à la technologie Threat Extraction. Cette nouvelle solution supprime automatiquement tout code suspect ou malveillant des documents concernés en quelques secondes. Le fichier téléchargé rejoint dès lors votre espace de stockage, nettoyé de tout programme potentiellement indésirable.

Responsable du support client chez Check Point, Dror Levy a expliqué dans un communiqué de presse que ZoneAlarm Web Secure Free peut aussi préserver ses utilisateurs des fraudes en ligne les plus récentes. Comme celles se servant de la peur du coronavirus et vous promettant des remèdes inexistants en échange de vos données personnelles. Voire de quelques euros.

« Les cybercriminels sont toujours à la recherche de moyens plus novateurs et efficaces pour cibler les consommateurs et jouent souvent sur les craintes du grand public. Comme nous l’avons constaté récemment avec la recrudescence des spams et des noms de domaine liés au virus 2019-nCoV. Les sites ayant pour sujet le coronavirus ont 50 % de chances de plus d'être malveillants que pour tout autre sujet. Depuis début janvier, plus de 16 000 nouveaux noms de domaines liés aux coronavirus ont été enregistrés et depuis fin février 2020, l’évolution du nombre de dépôts est plus de 10 fois supérieure à celle des semaines précédentes. Des offres spéciales sont également partagées sur le dark web, avec des codes promotionnels intitulés ‘COVID19’ et ‘coronavirus’, sans savoir à quoi ils donnent droit. L'utilisation de solutions telles que Web Secure Free de ZoneAlarm protège les utilisateurs contre ces menaces désormais courantes ».