Skip to main content

Une fraude financière en ligne détectée « toutes les deux minutes »

Fraude en ligne phishing
(Crédit photo: wk1003mike / Shutterstock)

Les cyberattaques impliquant des fraudes financières ont connu une augmentation considérable en 2019, a révélé un nouveau rapport des analystes de Palo Alto Networks. L'entreprise a découvert plus de 59 627 cas de fraude enregistrés dans le monde entier l'année dernière. Ces derniers impliquaient des attaques de type phishing, trojans, malwares mobiles et usurpations d’identité sur les réseaux sociaux.

La fraude par phishing, qui consiste à tromper les consommateurs en les incitant à partager leurs coordonnées par e-mail, appel téléphonique ou SMS, a représenté plus de 47 % des attaques recensées.  

Le rapport souligne également qu’une fréquence de 30 attaques frauduleuses par heure est exécutée en ligne. Dans le monde entier. En outre, la police britannique aurait démantelé l’an dernier plus de 1 600 faux profils sur les réseaux sociaux, tous liés à la cyber-fraude.

Quelles sont les régions les plus touchées par la fraude en ligne ?

Avec une augmentation de plus de 100 % des tentatives de phishing, les Canadiens sont les premières victimes de la fraude électronique au cours du dernier trimestre 2019. Et tandis que l'Inde connait une augmentation de 30 % des opérations d'hameçonnage, les Philippines et l'Espagne soufflent un peu avec une diminution visible des extorsions réussies. Les États-Unis, l'Allemagne, la Malaisie, l'Inde et la Russie ont été identifiés comme les cinq principaux pays ayant subi des cyber-attaques.

La cyber-fraude évolue

Palo Alto Networks met en évidence l'évolution des techniques de fraude à la consommation, tant dans le secteur financier et bancaire que dans celui du commerce électronique.

Avec une augmentation de 59% par rapport au dernier trimestre et un total de 72% de transactions provenant d’un navigateur mobile, les smartphones sont devenus le principal support d'exécution des transactions frauduleuses. En outre, nous comptons aujourd’hui 175% d’applications mobiles malveillantes supplémentaires, pendant cette même période.

Le cabinet conclue son analyse par un chiffre glaçant : la valeur moyenne d'une transaction frauduleuse par carte de crédit est estimée à 414 dollars. Soit presque trois fois plus que la valeur moyenne d'une transaction authentique.