Skip to main content

Microsoft veut contrôler votre langage en entreprise avec un nouveau filtre à jurons

filtres communication
(Crédit photo: Shutterstock / Fida Olga)

Microsoft travaille sur un nouveau mécanisme de filtrage qui permettra d'identifier les messages menaçants ou blasphématoires envoyés depuis une boîte mail professionnelle. 

Une nouvelle entrée dans la feuille de route des produits de l'entreprise décrit une mise à niveau imminente du Centre de conformité Microsoft 365, qui permettra aux administrateurs de détecter et filtrer “menaces, le harcèlement ciblé et les blasphèmes”.

Ces filtres seront en mesure de détecter tout propos non désiré dans un large éventail de langues, notamment l'anglais, le français, l'espagnol, l'allemand, le portugais, l'italien, le japonais et le chinois.

Cette nouvelle fonctionnalité est encore techniquement en cours de développement, mais elle devrait arriver dans les prochains jours.

Les environnements de travail toxiques, en constante progression

L'arrivée des outils collaboratifs a clairement simplifié la communication au travail, mais elle a également créé une autre voie (au-delà de l'e-mail) par laquelle les employés peuvent s'injurier les uns les autres, souvent à l'insu de la direction ou de leur équipe.

Ce problème est actuellement exacerbé par l'essor du télétravail, qui a pratiquement éliminé toute interaction en face à face entre les collaborateurs, au profit de discussions intégralement virtuelles.

Le centre de conformité Microsoft 365 est conçu principalement pour aider les entreprises à gérer leurs besoins en matière de gestion des informations internes. Avec ces nouveaux filtres, il peut désormais identifier et traiter les comportements inappropriés.

"Un filtre apprend à identifier un certain type de contenu en examinant des centaines d'exemples similaires", explique Microsoft. "Le filtre génère ensuite des prédictions pour déterminer si un élément donné entre dans la catégorie des contenus interdits".

Le filtre spécial harcèlement est conçu pour détecter les abus visant un individu ou un groupe en fonction de la race, de l'origine ethnique, du sexe, de l'orientation sexuelle, de l'âge et du handicap. Les filtres de blasphème et de menace sont un peu plus standards, et bloquent essentiellement les jurons courants et le langage agressif.

En complément, Microsoft tient à souligner que les nouveaux filtres ne doivent pas constituer la totalité des efforts déployés par une entreprise pour éradiquer les abus au sein de leur organisation.

Joel Khalili

Joel Khalili is a Staff Writer working across both TechRadar Pro and ITProPortal. He's interested in receiving pitches around cybersecurity, data privacy, cloud, storage, internet infrastructure, mobile, 5G and blockchain.