Skip to main content

De mystérieuses ondes radios révèlent une nouvelle catégorie d’objets célestes inconnus, depuis le cœur de la galaxie

Concept du signal radio ASKAP J173608.2-321635
(Crédit photo: Sebastian Zentilomo/University of Sydney)

Des astronomes qui étudient la région centrale de la Voie lactée ont découvert une nouvelle source d'ondes radio cosmiques si étranges qu'ils ont du mal à imaginer quel type d'objet pourrait les émettre.

Selon les chercheurs de l'université de Sydney, dont l’étude est parue au sein de l'Astrophysical Journal, les ondes radio varient en intensité, oscillent dans une seule direction, tournent dans le temps et s'allument puis s'éteignent de manière aléatoire. Sans que l'on puisse discerner leur modèle.

"Nous n'avons jamais rien vu de tel", a déclaré Ziteng Wang, doctorant à l'Université de Sydney et auteur principal de l'article. "Nous avons d'abord pensé qu'il pouvait s'agir d'un pulsar - une étoile morte, très dense - ou d'autres types d'étoiles émettant d'énormes éruptions solaires. Mais les signaux de cette source inédite ne correspondent pas à ce que nous attendons de cette classification d'objets célestes", a ajouté Wang.

Puisque les ondes radio ne correspondent à aucune source connue, elles pourraient représenter des signaux provenant d'une catégorie d'objets non référencés et difficilement identifiable à ce jour - compte tenu de la nature étrange des signaux eux-mêmes.

"En regardant vers le centre de la Galaxie, nous avons localisé ASKAP J173608.2-321635, nommé d'après ses coordonnées", informe le superviseur du doctorat de Wang, le professeur Tara Murphy de l'Université de Sydney. "Cet objet reste unique, dans le sens où nous l’avons repéré d’abord invisible, plus lumineux, avant qu’il ne s’éteigne et réapparaisse. Ce comportement est extraordinaire".

L'univers est rempli d'ondes radio que nous ne parvenons à détecter que depuis récemment. "Les informations dont nous disposons [sur l'objet] présentent certains parallèles avec une autre catégorie émergente d'objets mystérieux connus sous le nom de transitoires radio du centre galactique, dont un surnommé brûleur cosmique", explique le co-superviseur de Wang, David Kaplan, professeur à l'université du Wisconsin.

"Bien que notre nouvel objet, ASKAP J173608.2-321635, partage certaines propriétés avec les GCRT, il existe également des différences. Et nous ne comprenons pas vraiment ces sources, de toute façon, donc cela ajoute au mystère".

La radioastronomie pousse de nouvelles frontières, dont nous ne soupçonnions même pas l'existence

La radioastronomie est une spécialisation en plein essor, grâce aux nouveaux radiotélescopes qui peuvent détecter une gamme plus large de signaux radio. Ceux-ci se veulent discernables dans les spectres infrarouge ou ultraviolet des étoiles et d'autres objets qui pourraient rester invisibles à la lumière.

Ces dernières années, toutes sortes de phénomènes astronomiques, comme les supernovae et les trous noirs, ont été imagés à l'aide de la radioastronomie. Notamment le trou noir supermassif M87 représenté au centre de la galaxie en 2019. La toute première image de ce type.

Avec les nouveaux télescopes qui seront mis en ligne dans les années à venir - comme le télescope James Webb qui devrait remplacer le télescope Hubble fin 2021 -, une plus grande partie de l'univers sera accessible d'une manière que nous commençons à peine à envisager.

"Au cours de la prochaine décennie, le radiotélescope transcontinental Square Kilometre Array sera mis en service", a rappelé le professeur Murphy. "Il sera en mesure de dresser chaque jour des cartes sensibles du ciel. Nous pensons que la puissance de ce télescope nous aidera à résoudre des mystères tels que cette dernière découverte, mais il ouvrira également de vastes pans du cosmos à explorer depuis le spectre radioélectrique".

John Loeffler

John (He / Him / His) is TechRadar's Computing Staff Writer and is also a programmer, gamer, activist, and Brooklyn College alum currently living in Brooklyn, NY. Named by the CTA as a CES 2020 Media Trailblazer for his science and technology reporting, John specializes in all areas of computer science, including industry news, hardware reviews, PC gaming, as well as general science writing and the social impact of the tech industry.


You can find him online on Twitter at @thisdotjohn


Currently playing: Valheim, Darkest Dungeon, Satisfactory