Skip to main content

Le succès record de Stranger Things 4 peut-il empêcher les changements à venir - et craints - sur Netflix ?

Stranger Things : Saison 4 - Volume 1
(Crédit photo: Netflix)

Après la publication de ses derniers chiffres trimestriels laissant entrevoir une fréquentation en berne, les dirigeants de Netflix ont finalement retrouvé le sourire grâce au succès de Stranger Things saison 4. Un carton plein pour la plateforme de streaming vidéo.

Le retour de la série horrifique qui fleure bon les années 80 a enregistré un record de 286,79 millions d'heures de visionnage au cours de son premier week-end d’exploitation, selon les systèmes de mesure internes de Netflix.

Les téléspectateurs quittent peut-être massivement les plus grands services de streaming actuels, mais des millions d’abonnés sont restés connectés à Netflix pour découvrir le nouvel ennemi monstrueux d’Eleven (Millie Bobby Brown), Mike Wheeler (Finn Wolfhard), Will Byers (Noah Schnapp), Dustin Henderson (Gaten Matarazzo), Lucas Sinclair (Caleb McLaughlin) et du reste de la bande d'Hawkins. Netflix mentionne un record absolu : "le plus gros week-end d’exploitation pour une série diffusée sur le service".

Si l'ampleur de ce succès s’avère surprenante, la popularité de Stranger Things l’est moins. La saison 3 a attiré plus de 40 millions de foyers dans les trois jours qui ont suivi son lancement en 2019. La saison 2 a rassemblé 15 millions de téléspectateurs en trois jours également. Pour mettre en perspective les 287 millions d'heures visionnées, Netflix a déclaré dans un communiqué que la saison 1 de Stranger Things, dans sa totalité, avait enregistré 38,05 millions d'heures de visionnage.

Comment expliquer une telle progression des audiences ? C'est peut-être dû aux premières critiques dithyrambiques. Notre journaliste, Tom Power, a qualifié les six premiers épisodes (la saison est divisée en deux parties, avec deux épisodes plus longs qui la concluront en juillet) "de retrouvailles absorbantes, bourrées d'action et d'horreur, et qui regorgent de révélations". L'auteur a trouvé le premier épisode suffisamment effrayant pour décider de ne pas en regarder d'autres sans la lumière du jour pour tempérer son rythme cardiaque.

Quel répit pour les abonnés ?

Si les chiffres magistraux de Stranger Things 4 Volume 1 constituent une bonne nouvelle pour le géant du streaming vidéo en difficulté, cela ne change probablement pas sa politique plus austère qui risque de froisser un certain nombre d’abonnés sur le reste de l’année.

La société teste toujours une surtaxe pour les comptes partageant le même mot de passe au Chili, au Pérou et au Costa Rica. Avec une possibilité d’étendre cette augmentation tarifaire au reste du monde d’ici décembre. 

Netflix envisage également de proposer une nouvelle formule d’abonnement financée par la publicité, mais n'a pas donné de détails supplémentaires sur ses projets depuis la présentation de son dernier bilan financier.

Nous pensons cependant que Netflix se contente de laisser les comptes partagés et ses formules d’abonnements classiques sereins, au moins jusqu'à la fin de l'été. Ou jusqu'à ce que la tendance Stranger Things ne s’amenuise à la fin du mois de juillet.

A 35-year industry veteran and award-winning journalist, Lance has covered technology since PCs were the size of suitcases and “on line” meant “waiting.” He’s a former Lifewire Editor-in-Chief, Mashable Editor-in-Chief, and, before that, Editor in Chief of PCMag.com and Senior Vice President of Content for Ziff Davis, Inc. He also wrote a popular, weekly tech column for Medium called The Upgrade.


Lance Ulanoff (opens in new tab) makes frequent appearances on national, international, and local news programs including Live with Kelly and Ryan, Fox News, Fox Business, the Today Show (opens in new tab), Good Morning America, CNBC, CNN, and the BBC.