La connexion sans fil 5G peut gravement perturber le pilotage d’un avion, avertissent les compagnies aériennes

Embarquement aérien
(Crédit photo: JESHOOTS.com / Pexels)

Les compagnies aériennes américaines ont prévenu les opérateurs Verizon et AT&T sur la dangerosité du déploiement de la 5G en bande C. Celui-ci pourrait en effet entraîner l'interruption de milliers de vols et coûter aux voyageurs aériens 1,6 milliard de dollars (environ 1,4 milliard d’euros), conséquence des retards potentiels.

Lors d'une récente audition de la commission du commerce du Sénat américain, le directeur général de United Airlines, Scott Kirby, a expliqué que le déploiement des services 5G utilisant le spectre de la bande C pourrait retarder, détourner ou annuler 4% des vols quotidiens. 

M. Kirby a également noté qu'une fois que Verizon et AT&T auront repris leurs déploiements de la 5G en bande C le 5 janvier, les pilotes de la compagnie aérienne "ne pourront plus utiliser les radioaltimètres dans une quarantaine des plus grands aéroports du pays". Cela signifie qu'en cas de mauvais temps, de couverture nuageuse ou brumeuse importante, les pilotes ne pourront effectuer que des approches à vue, car leurs altimètres seraient affectés par des interférences potentielles.

Le groupe commercial Airlines of America (A4A) a également affirmé que si la directive 5G de la FAA était entrée en vigueur en 2019, "quelques 345 000 vols publics, 32 millions de passagers et 5 400 vols de fret auraient été impactés par des retards, des détournements d’itinéraires ou d'annulations".

Quelles nouvelles directives adopter ?

La Federal Aviation Administration (FAA) a récemment publié une série de consignes de navigabilité qui ordonne la révision des manuels de vol (pour les pilotes d’avions et d’hélicoptères). Ce, afin d'interdire certaines opérations nécessitant l'utilisation des données du radioaltimètre en présence de signaux 5G en bande C.

L'agence gouvernementale prévoit également de publier des avis si nécessaire pour "indiquer les zones spécifiques où les données d'un radioaltimètre peuvent ne pas être fiables, en raison de la présence de signaux à large bande sans fil 5G en bande C".

Bien que les compagnies aériennes s'opposent au déploiement de la 5G en bande C, l'industrie mobile continue de défendre la technologie, car les réseaux 5G évoluent en toute sécurité et sans causer des interférences nuisibles aux opérations aériennes, dans près de 40 pays dans le monde. En plus de retarder le lancement commercial de leurs services sans fil en bande C, AT&T et Verizon se sont tous deux engagés à adopter des mesures de précaution pendant six mois, de manière à limiter les interférences.

En l'état actuel des choses, il ne nous reste plus qu'à attendre de voir si la 5G en bande C entraîne ou non les perturbations des vols, au-delà des Etats-Unis. A noter que la bande C fera l’objet d’un examen complet en 2023, pour déterminer ses possibilités d’intégration en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie Centrale.

Via Reuters (s'ouvre dans un nouvel onglet)

After working with the TechRadar Pro team for the last several years, Anthony is now the security and networking editor at Tom’s Guide where he covers everything from data breaches and ransomware gangs to the best way to cover your whole home or business with Wi-Fi. When not writing, you can find him tinkering with PCs and game consoles, managing cables and upgrading his smart home.