Skip to main content

Test du Sony A7S III

La meilleure caméra 4K faite appareil photo.

Sony A7S III
Editor's Choice
(Image: © Future)

Notre verdict

Sony n'a pas seulement amélioré un ou deux aspects de sa série A7S ; avec le nouvel A7S III, le constructeur a fait une série de mises à jour majeures qui ont abouti au meilleur appareil photo hybride plein format. Il se comporte magnifiquement pour la vidéo grâce à son écran amovible et tactile, tandis que la connectivité HDMI et un excellent stabilisateur IBIS en font un boîtier extrêmement généreux. Il est nettement plus cher que l'A7S II lors de son lancement, mais si vous êtes un vidéaste ayant besoin du nec plus ultra en termes de résolution et de performances en basse luminosité, ne cherchez plus.

Pour

  • La meilleure prise de vue vidéo en basse luminosité
  • L’interface New Touch UI
  • Ecran tactile entièrement articulé
  • Autonomie impressionnante
  • Pas de problème de surchauffe

Contre

  • Plus cher que son prédécesseur
  • Basse résolution pour les photos

Le Sony A7S III en résumé

Le Sony A7S III est enfin là, et il marque clairement son territoire. Avec d'énormes améliorations au niveau de la prise en main et de la connectivité, un viseur très précis et, bien sûr, des performances très impressionnantes en basse lumière (tant en vidéo qu'en photo), c'est le meilleur appareil photo hybride que vous puissiez acheter aujourd’hui.

Bien sûr, tout ceci a un prix. L'A7S III coûte 4 200 € pour la version boîtier nu. Mais, grâce à un nouveau capteur plein format rétro-éclairé de 12,1 Mpx, c'est un caméscope 4K surpuissant. Nous payons aussi un tout nouveau processeur Bionz XR qui offre des performances 8 fois plus rapides et une couverture ISO extensible de 40 - 409 600, sans parler de ses 15 points de stabilisation. Des spécifications plus qu’impressionnantes.

L'écran entièrement articulé est l'une des nombreuses autres options phares de l’A7S III. Sony l'avait déjà pensé pour le Sony ZV-1, sans que cela n’aboutisse. Il apporte une interface tactile complète, qui rend l'interaction avec l’appareil photo beaucoup plus intuitive. 

Conformément à la famille d’appareils photo Sony, l'A7S III offre également un excellent autofocus personnalisable, avec 759 points AF à détection de phase et un suivi des sujets aussi bien animaux qu’humains. Sur ce dernier, Sony affirme être 30% plus rapide que sur l'A7S II. Il est combiné à la stabilisation de l'image dans le boîtier (IBIS) et à la stabilisation active, qui marie les systèmes optiques et électroniques avec un petit facteur de recadrage.

La résolution du capteur de 12,1 Mpx signifie que l'A7S III ne peut pas enregistrer de vidéo de 6 K, et encore moins de 8 K, ce qui le place immédiatement derrière la plupart de ses concurrents en termes de résolution pure et simple. Ce qu'il peut faire, en revanche, c'est enregistrer pendant très longtemps, et en situation de très faible luminosité. C'est d’ailleurs la raison principale pour laquelle vous choisirez un A7S III.

Image 1 sur 3

Sony A7S III

(Image credit: Future)
Image 2 sur 3

Sony A7S III

(Image credit: Future)
Image 3 sur 3

Sony A7S III

(Image credit: Future)

Avec des images capturées à des sensibilités comprises entre 2000 et 4000 ISO, comme si elles avaient été prises à des sensibilités plus proches de 200-400, l'A7S III est une caméra facile à manipuler. D’autant plus que vous pouvez augmenter l'ISO beaucoup plus largement et aisément, pour obtenir les vidéos les plus nettes possible.

Sony a également amélioré les vitesses de mise au point sur l'A7S III, et cela s'explique en partie par une plus grande sensibilité du capteur, qui permet à la caméra d'identifier des sujets dans des conditions de lumière plus faibles que les capteurs de sensibilité inférieure.

Mais il ne s'agit pas d'une simple caméra vidéo. Les photos prises par l’A7S III sont étonnantes, avec de simples prises de vue fortuites dans des environnements faiblement éclairés qui présentent une ambiance et une clarté, manquant généralement aux photos prises hors champ.

En ce qui concerne l'alimentation, la nouvelle batterie Z offre ce que Sony affirme être une amélioration de 60 % des performances par rapport à la NP-FW50 du Sony A7S Mark II. Ce qui se traduit par 95 minutes de capture vidéo avant recharge, sur le papier. Bien que le niveau d’autonomie de notre appareil ait été assez variable, il a permis de capturer confortablement des vidéos 4K pendant plus de 75 minutes lors de nos tests. Ce qui est fort convenable face à la plupart des appareils photo concurrents.

Le point de friction avec l'A7S III reste donc le prix - c'est un investissement lourd, surtout si vous voulez le coupler avec des objectifs décents et une capacité de stockage rapide. Un prix qu’il vaut tout de même, il serait difficile de le contester.

Prix et date de sortie du Sony A7S III

  • Disponible à partir de 4 200 €
  • Sortie prévue en septembre 2020

Bien que nous n'ayons pas encore de date de sortie exacte pour l'A7S III, nous pensons qu'il sera disponible à partir du mois de septembre. Nous savons également qu'il coûtera 4 200 €, pour le boîtier nu seulement.

Sony A7S III

(Image credit: Future)

C'est beaucoup plus que le Sony A7S II au moment de son lancement, et aussi plus que le Canon EOS R6, qui coûte 2 699 €. Cependant, les caméras vidéo ont tendance à coûter plus cher que les appareils photo comparables et, en comparaison, l'A7S III fait jeu égal avec le Panasonic S1H 6K, qui coûte 3 990 €.

L'A7S III est également lancé aux côtés des nouvelles cartes CFexpress de Sony, qui offrent des vitesses de lecture de 800 Mo/s et d'écriture de 700 Mo/s. Ces cartes se vendent à 199,99 € pour le modèle de 80 Go, 399,99 € pour celui de 160 Go et 119,99 € pour le lecteur de cartes supplémentaire. Si vous trouvez ces prix encore plus gourmands que le coût de l'appareil photo lui-même, ne vous inquiétez pas - vous pouvez filmer sur des cartes SD haute vitesse en utilisant l'emplacement secondaire pour carte de l'A7S III.

Design et prise en main du Sony A7S III

  • Ecran de 1,44 million de points entièrement articulé
  • Viseur de 9,4 mégapixels brillant et précis
  • De nombreuses commandes sur le boîtier

Le Sony A7S III est un boîtier relativement compact mais solide. Avec une conception similaire à celle de l'A7S II, on pourrait facilement se tromper et le confondre avec son prédécesseur sur un même rayonnage. Pourtant, des modifications sensibles existent.

Pour commencer, l'un des boutons personnalisés au-dessus de la poignée a été remplacé par un gros bouton d'enregistrement, ce qui met fortement en avant l’option caméra de l’appareil. Il y a toujours une molette de contrôle au sommet de la poignée, à laquelle s'ajoutent un interrupteur, un bouton C2 et des cadrans pour le mode et l'exposition (tous deux verrouillables).

Bien que l'A7S III n'ait pas de cote officielle d'étanchéité, Sony nous a assuré qu'il peut supporter la bruine, et tous les ports sont protégés par des couvercles caoutchoutés. Ces ports comprennent une entrée HDMI de taille normale - une véritable aubaine pour les vidéastes - ainsi qu'une entrée USB-C et une entrée micro USB (c'est un choix intéressant de la part de Sony de proposer les deux). Sans oublier une prise jack et une prise pour microphone de 3,5 mm. Si vous avez envie d'une entrée audio XLR, vous pouvez opter pour un accessoire XLR-K3M de Sony, pour un maximum de quatre entrées audio. Sur le côté droit, se trouvent les emplacements pour cartes mémoire et un point NFC.

Image 1 sur 3

Sony A7S III

(Image credit: Future)
Image 2 sur 3

Sony A7S III

(Image credit: Future)
Image 3 sur 3

Sony A7S III

(Image credit: Future)

Les boutons et les cadrans sont nombreux à l'arrière de la caméra, répartis minutieusement sur l'écran. En partant du coin supérieur gauche, on trouve un bouton C3 et un bouton de menu, ce dernier activant l’accueil de l’interface. En passant devant l'oculaire, le bouton C1, les boutons AF-on et AEL s'alignent parfaitement. En dessous, un stick directionnel très pratique facilite la navigation dans les menus Canon traditionnels, tandis qu'un bouton Fn, une molette et les bouton Sélection / Galerie / Corbeille complètent le tout.

Et puis il y a cet écran, qui s'articule magnifiquement, qui tourne et monte sans forcer. Avec une résolution de 1,44 million de points, il est assez net dans tous les environnements, sauf les plus lumineux.

L'interface tactile mérite également une mention spéciale. Avec une hiérarchie logique des menus, elle est facile à utiliser avec un doigt ou avec la molette à quatre positions. Nous nous demandons encore pourquoi Sony n'a pas introduit ce système plus tôt, mais il n'en reste pas moins que c'est un élément très apprécié aujourd’hui. Seul bémol : nous ne comprenons pas pourquoi l'écran n'est pas au ratio16:9 alors que l'A7S III est une caméra vidéo.

Si l'on met la vidéo de côté pendant une seconde, le viseur lumineux et précis de l'A7S III est le rêve de tout photographe, avec une couverture nette et une luminosité suffisante. Que vous preniez des photos ou des vidéos, le Sony A7S III se comporte parfaitement car il offre de multiples commandes et des caractéristiques haut de gamme.

Si vous êtes un utilisateur expérimenté de Canon, la prise en main peut d'abord donner l'impression que le constructeur vous impose un usage de l’écran tactile avant tout. L'A7S III offre un confort et un poids assez importants pour contrebalancer la plupart des objectifs. Les cadrans sont tous au bon endroit et il n'y a pas moins de trois façons de naviguer dans les menus. Il s'agit d'un appareil photo très complet, dont la courbe d'apprentissage est tout sauf raide, quel que soit le système d'où vous venez.

Performances du Sony A7S III

  • Enregistre des vidéos 4K jusqu'à 120p
  • Les profils de couleur S-log offrent jusqu'à 15 points de stabilisation
  • Plage de sensibilité extensible de 40 à 409 600 ISO

L'une des premières choses que vous remarquerez en manipulant le Sony A7S III est sa performance appuyée en basse lumière. La montée en puissance de l'ISO n'est pas une expérience stressante - en fait, c'est incroyablement gratifiant, l'appareil étant capable de gérer une sensibilité élevée de façon époustouflante.

Les capacités de l'A7S III en basse lumière sont logiques. Sony a créé un tout nouveau capteur de 12,1 Mpx qui possède d'énormes pixels répartis sur une surface de 35 mm plein cadre. Sur le papier, ces spécifications ne sont pas nouvelles, mais avec des vitesses de lecture deux fois plus élevées que celles du capteur de l'A7S II, une structure rétro-éclairée capable d'ingérer plus de lumière et un nouveau processeur Bionz XR qui fait avancer les choses, l'augmentation de la luminosité n'est pas une surprise.

Sony A7S III

(Image credit: Future)

Cette optimisation des capteurs signifie toutefois que l'A7S III ne peut pas enregistrer de vidéo 6K, encore moins de 8K, ce qui le place instantanément derrière le Canon EOS R5 sur ce front. Ce qu'il peut faire, en revanche, c'est enregistrer pendant de longues périodes. Comme pour le Sony ZV-1, nous n'avons eu aucun problème pour filmer plus de 30 minutes, les seuls facteurs limitants étant la capacité de la carte mémoire, la durée de vie de la batterie et la chaleur - le fait que nous n'ayons jamais eu d'avertissement de surchauffe sur l'A7S III évalué est de bon augure.  

L'autofocus pour la photo et la vidéo bénéficie de 759 points de focalisation à détection de phase, sans parler de la fonction de suivi du regard qui est 30 % plus rapide que sur les précédents appareils Sony.

Est-il aussi performant que l'AF double pixel de Canon ? Et bien, c'est différent. Pour la vidéo, en particulier, Sony vous donne un contrôle granulaire de la vitesse de mise au point. Vous pouvez vraiment obtenir cet effet de pan-focus, en touchant l'écran lorsque vous ralentissez la vitesse de mise au point. Et cela fonctionne très bien, que vous fassiez la mise au point sur une fleur, une pomme, un chat ou même un humain.

Sony attribue en partie cette amélioration de l’autofocus à la sensibilité plus performante du capteur, ce qui permet à l'A7S III d'identifier des sujets sous une lumière plus faible que les appareils photo de moindre sensibilité.

En matière d'alimentation, la nouvelle batterie Z offre 60% de performances supplémentaires par rapport à la NP-FW50 de l'A7S II - ce qui équivaut à 95 minutes de capture vidéo avec une seule charge. Bien que la batterie de notre appareil d’évaluation ait été assez variable, elle a permis de capturer confortablement des vidéos 4K pendant plus d'une heure, durant chaque test effectué. Ce qui s’avère remarquable face aux compétiteurs les plus récents.

De plus, grâce à l'inclusion d'un port USB-C, l'A7S III bénéficie d'une technologie de chargement rapide, s'alimentant quatre fois plus vite que via un connecteur micro USB de la vieille école. Double bonus : Sony ne vous impose pas son nouveau format de carte mémoire ultra rapide et ultra coûteux - mais il le prend néanmoins en charge.

Sony A7S III

(Image credit: Future)

D'un prix comparable à celui des cartes CFast, ces cartes CFexpress (qui offrent des vitesses de 800 Mo/s en lecture et 700 Mo/s en écriture) sont admirables. Grâce aux emplacements pour cartes double format de l'A7S III, vous pouvez également utiliser des cartes SDXC V60. Cela signifie qu'il y a deux cartes mémoire disponibles à tout moment dans l'appareil, et vous pouvez les mélanger en fonction de ce que vous souhaitez investir. Vous n'avez vraiment besoin que des cartes CFExpress ultra rapides pour le format d'enregistrement S&Q de Sony à une résolution 4K.

Les modèles précédents de la série A7 souffraient de quelques défauts : problèmes de mémoire tampon, menus encombrants et absence d'écran articulé. Le Sony A7S III a entendu, pour la première fois, les vidéastes passionnés comme professionnels. Cette évolution est confortée par les nouvelles fonctionnalités et les améliorations qui font de la prise de vue et de l'enregistrement vidéo au quotidien un véritable plaisir - par exemple, la prise en charge du nouveau format photo HEIF, l'enregistrement vidéo H.265 et une sortie RAW 16 bits propre à 4K/60fps.

Vidéo et qualité d'image du Sony A7S III

Pour ce qui est de la qualité de l'image, nous avons comparé directement la caméra de Sony avec celle du Blackmagic Pocket Cinema 4K à 16 000 ISO (f/2,8) et à 25 images/seconde en résolution 4K. Si le Blackmagic semble avoir exposé la scène légèrement mieux que l'A7S III, il n'y a pas de contestation quant à la gestion du bruit : l'A7S III est le grand vainqueur.

Si vous ne connaissez pas la caméra de poche 4K, sa faible luminosité est très appréciée sur le marché grâce à son ISO double-native - et son prix reste abordable, comptez moins d'un tiers de celui de l'A7S III. Cela dit, l'A7S III s'envole, avec pratiquement aucun bruit d'image visible bien que les séquences aient été capturées en pleine nuit, tandis que la caméra de poche capture des séquences totalement inutilisables et granuleuses.

Alors que les images comparatives ont été tournées sur un trépied, le reste de notre temps avec l'A7S III a été consacré à la capture de vidéos de poche dans une luminosité moyenne. Avec des réglages ISO allant de 2000 à 4000 ISO et des résultats qui semblent plus proches de 200 à 400 ISO, l'A7S III est un appareil photo qui sublime constamment la lumière de vos prises de vue.

Même lorsque nous avons réglé l'ISO à plus de 40 000, les résultats étaient toujours nets pour un bon nombre de modes vidéo. L’A7S III peut capturer du contenu dans des conditions d'éclairage difficiles, par exemple des feux d'artifice, un éclairage à la bougie et, bien sûr, la photographie animalière au crépuscule.

Un autre domaine où les améliorations s’avèrent évidentes est celui de l'obturateur rotatif. Les appareils Sony ont toujours eu des difficultés sur cet élément précis, mais le nouveau capteur de l'A7S III et les vitesses de lecture plus rapides font que l'effet gel est à peine perceptible, à moins que vous ne soyez un photographe très agressif.

Tout ce discours sur les performances de mise au point et la gestion du bruit suggère qu'il s'agit de bien plus qu'une simple caméra vidéo - et c'est le cas. L'AF/AE en continu à 10 images par seconde fonctionne à merveille lorsqu'il s'agit de suivre du regard une personne qui se dirige vers la caméra. Et il a également fait un excellent travail avec un chat tigré.

Image 1 sur 8

Sony A7S III

Lors de notre test en mode rafale, l'A7S III a bien suivi notre chat (1,80s à f/2,8, ISO12800) (Image credit: Future)
Image 2 sur 8

Sony A7S III

L'AF a de nouveau bien fonctionné ici, malgré les conditions moroses (1/125 à f/2,8, ISO12800) (Image credit: Future)
Image 3 sur 8

Sony A7S III

L'AF a continué à bien fonctionner en mode rafale, jusqu'à ce que le chat soit trop proche pour l’option de suivi (1/125 à f/2,8, ISO12800) (Image credit: Future)
Image 4 sur 8

Sony A7S III

Ici, vous pouvez voir la quantité de détails d'ombre qu'il est possible de récupérer via des programmes comme Lightroom. (Image credit: Future)
Image 5 sur 8

Sony A7S III

Nos tests ISO ont révélé à quel point les capacités de l'A7S III en matière de faible luminosité sont impressionnantes - on parle ici de 8 000 ISO... (Image credit: Future)
Image 6 sur 8

Sony A7S III

...suivi par le même tir à 10 000 ISO. (Image credit: Future)
Image 7 sur 8

Sony A7S III

Les prises de vue à 12 800 ISO montrent une absence impressionnante de bruit ou d'artefacts... (Image credit: Future)
Image 8 sur 8

Sony A7S III

...et même les photos à 16 000 ISO sont nettement exploitables. (Image credit: Future)

Les photos prises à l'intérieur sont étonnantes. Nous pouvons capturer des clichés fortuits dans des environnements faiblement éclairés, avec une clarté qui manque généralement aux photos prises hors champ. De même, si vous êtes photographe ou vidéaste de mariage et que vous avez besoin d'un appareil capable de capter l'ambiance sur chaque côté, l'A7S III est un boîtier très performant.

Entre les fantastiques performances de l'ISO, de l'IBIS et de la stabilisation d'image électronique, la prise de vue à main levée depuis l'A7S III est également une expérience formidable. La stabilisation ne contrebalance pas totalement le tremblement de main, surtout lorsque vous utilisez un grand objectif, mais si vous pouvez trouver une cuisse ou un rebord pour la reposer, vous obtenez des images incroyablement stables.

Devriez-vous acheter le Sony A7S III ?

Sony A7S III

(Image credit: Future)

Achetez-le si...

Vous recherchez des performances exceptionnelles en basse luminosité
Le Sony A7S III combine un nouveau capteur et un nouveau processeur avec un traitement d'image magnifique et une excellente gamme dynamique. Pour offrir des performances de pointe en faible luminosité.

Votre collection d'objectifs Sony est déjà conséquente
Le prix élevé de l'A7S III ne sera vraiment acceptable que si vous disposez déjà d'une série complète d'excellents objectifs d'accompagnement Sony. Si vous devez construire votre kit autour de l'A7S III, vous pourriez facilement dépenser plusieurs milliers d’euros pour couvrir tous vos besoins.

Vous aimez tourner de longs clips vidéo
Grâce à sa modeste capture 4K, le capteur et le processeur du Sony A7S III sont moins sollicités - et nous n'avons pas eu de problèmes de surchauffe lors des tests de la caméra, ni de limitations d'enregistrement.

Ne l'achetez pas si...

Vous avez le souci (extrême) de la résolution
Qu'il s'agisse de photos ou de vidéos, le Sony A7S III les capture avec une résolution relativement faible par rapport aux Panasonic S1H, Blackmagic Pocket Cinema Camera 6K ou EOS R5. Ces derniers i montant respectivement à 6K, 6K et 8K.

Vous souhaitez en avoir pour votre argent
S’il vous faut une caméra 4K abordable, vous pouvez obtenir des options plus avantageuses que l'A7S III, surtout si vous savez que vous tournerez principalement dans des conditions bien éclairées. La caméra Blackmagic Pocket Cinema est une excellente alternative, même si vous devrez faire d'énormes sacrifices en matière d'ergonomie et de faible luminosité, sans parler de la capture de photos, plus passable. 

Vous êtes un photographe de jour
Si vous travaillez en studio et que vous pouvez contrôler l'éclairage, évitez cet appareil. Vous trouverez des boîtiers beaucoup plus économiques dans les gammes Nikon Z7, Fujifilm X-T4 ou A7R IV de Sony.