Skip to main content

Le Canon EOS R6 est le nouveau concurrent puissant du Nikon Z6

Canon EOS R6
(Crédit photo: Future)

Le Canon EOS R6 a passé des mois dans l'ombre du Canon EOS R5, mais maintenant le nouvel appareil photo plein format cadre sans miroir est enfin là - et il pourrait bien devenir notre boîtier polyvalent préféré dans la nouvelle famille EOS R de Canon.

L'EOS R6 n'est peut-être pas capable d’enregistrer des vidéos en 8K ou de capturer des photos de 45 Mpx comme l'EOS R5, mais il s’avère étonnamment similaire à son grand frère dans la plupart des autres domaines. Et comme il coûte 2699 €, soit 1800 € de moins que l’EOS R5, vous devriez sérieusement le considérer lors de son lancement le 27 août prochain.

Canon EOS R6

(Image credit: Future)

Le seul point d'hésitation pour tout acheteur potentiel de l'EOS R6 sera sûrement son capteur plein format de 20,1 Mpx, affichant une résolution inférieure à des boîtiers plus anciens tels que le Nikon Z6 (24,5 Mpx) et le Sony A7 III (24,2 Mpx). Oui, sauf que ce capteur se veut quasi similaire à celui de l'excellent Canon 1D X Mark III, et qu'il est plus que soutenu par un ensemble de caractéristiques particulièrement indispensables pour les photographes sportifs, animaliers, de mariage. Ou même pour les vidéastes.

Comme le Canon EOS R5, l'EOS R6 est doté d'un système de stabilisation de l'image dans le boîtier (IBIS). Celui-ci promet jusqu'à huit points de stabilisation, selon les objectifs utilisés. Un vrai apport si vous aimez prendre des scènes instantanées, le système garantit ici une qualité maximum, y compris en cas de faible luminosité. C’est aussi un excellent atout pour réaliser des vidéos fluides.

Extrêmement rapide pour un appareil photo plein format, l’EOS R6 atteint 12 images/seconde en mode rafale avec l'obturateur mécanique ou 20 images/seconde avec l'obturateur électronique. En complément, le nouveau système autofocus CMOS Dual Pixel AF II de Canon suit instantanément le visage et les yeux de tous vos sujets, humains comme animaux (chats, chiens et même oiseaux, si, si). Une combinaison de deux fonctionnalités monstrueuse qui en fait un modèle de premier ordre pour la photographie d'action.

Image 1 sur 2

Canon EOS R6

(Image credit: Future)
Image 2 sur 2

Canon EOS R6

(Image credit: Future)

Aussi à l’aise au format vidéo que photo

C’est avant tout grâce à ses spécifications vidéo que le Canon EOS R6 joue dans la catégorie des véritables appareils photo hybride. Il peut en effer filmer des vidéos 4K/60p en 10 bits avec un échantillonnage de couleurs 4:2:2, ce qui donne aux monteurs vidéo et aux étalonneurs beaucoup de flexibilité. Il peut également capturer des scènes Full HD en 120p, au ralenti, avec une prise en charge complète de l'autofocus. Ce type de fonctionnalités vidéo n'était tout simplement pas disponible sur les appareils Canon précédents. Cette évolution est rendue possible par l’intégration du puissant processeur Digic X.

Sa résolution plus faible de 20,1 Mpx signifie que le capteur de l’EOS R6 expose des photosites plus grands que ceux de l'EOS R5. Autrement dit, il doit être plus performant en basse luminosité. Il se présente, de ce fait, comme le premier appareil EOS qui peut opérer une mise au point dans une pénombre de -6,5 EV. Toutefois, il lui faut l'aide d'un objectif f/1,2 pour réaliser cette prouesse.

Canon EOS R6

(Image credit: Future)

Naturellement, la configuration de l’EOS R6 est déséquilibrée par rapport à celle du R5. Il est équipé d'un viseur électronique de 3,76 millions de points, contre 5,76 millions pour le R5, et ses deux emplacements pour cartes supportent les cartes SD UHS II, sans possibilité d'insérer les cartes CFexpress, plus rapides (et plus chères). Le transfert de photos ne bénéficie pas non plus des vitesses Wi-Fi 5Ghz du R5, l'EOS R6 n'offrant qu'une vitesse Wi-Fi de 2,4Ghz. Les deux appareils photo transfèrent cependant automatiquement leur contenu vers la plateforme image.canon, qui peut être connectée à Google Photos et Adobe Creative Cloud.

En synthèse, l’EOS R6 constitue une alternative économique vraiment envisageable au R5 bien plus onéreux. Il plaira aux vidéastes et aux photographes qui souhaitent bénéficier de la dernière technologie sans miroir plein format. La résolution plus faible risque de décourager les chasseurs de paysages, tandis que les vidéastes professionnels convoiteront les compétences vidéo de l'EOS R5, mais à tous les autres égards, il s'agit d'un compétiteur formidable face au Nikon Z6 et au Sony A7 III.