Skip to main content

Un moteur de recherche Apple pourrait-il voir le jour en 2023 ?

Moteur de recherche
(Crédit photo: Shutterstock / tovovan)

Alors qu'Apple se prépare à animer son showcase annuel réservé aux développeurs (la WWDC), une rumeur selon laquelle la société se prépare à lancer son propre moteur de recherche fait le tour des réseaux.

La source originale de cette rumeur est un thread (opens in new tab) du blogueur Robert Scoble, publié sur Twitter et listant les différentes annonces qu’Apple pourrait exposer d’ici à l'année prochaine.

Dans un échange avec TechRadar Pro, Scoble précise que toutes ses prévisions se basent sur des informations internes associées au budget prévisionnel de la firme de Cupertino. Des fuites qui lui font dire que ce moteur de recherche constituerait "le lancement de produit le plus cher de tous les temps".

D’après lui, ledit moteur ne sera pas présenté lors de la WWDC - qui aura lieu la semaine prochaine - mais plutôt en janvier 2023.

Un potentiel Apple Search a-t-il ses chances ?

Le manque de concurrence sur le marché de la recherche et la rivalité historique entre Google et Apple ont longtemps amené les analystes à se demander si la marque à la pomme ne pourrait pas oser se couper une part du gâteau prochainement.

Bien qu'il soit difficile de déterminer la valeur de Google Search en raison de la manière dont les bénéfices d'Alphabet sont déclarés, nous savons que la recherche représente la plus grande partie de ses revenus publicitaires, qui ont atteint 210 milliards de dollars en 2021 (environ 196 milliards d’euros).

Si les informations de Scoble s'avèrent exactes, Apple pourrait perturber ce leadership fructueux. Mais pourquoi maintenant ?

L'une des explications possibles est que la société pense que la base d'installation d'iOS et de Safari a atteint une masse critique, de sorte qu'elle peut relever un nouveau défi qui l’exposerait une fois de plus face à Google.

Apple profite depuis des années d'un accord (d'une valeur potentielle de plus de 20 milliards de dollars 18,7 milliards d’euros par an) qui garantit la présence de Google comme moteur de recherche par défaut dans Safari. Selon les documents déposés dans le cadre d'un récent recours collectif, les termes de cet accord interdisent également à Apple de lancer un produit de recherche autonome.

Mais si Apple venait à rompre l'accord avec Google et à commercialiser une alternative, la base d'utilisateurs de Safari, forte d'un milliard de personnes, constituerait une communauté solide sur laquelle s'appuyer.  Et comme le spectre d'une nouvelle législation antitrust se profile, il est possible qu’Apple se sente pousser des ailes et brave la menace de son plus grand rival.

Cependant, il serait présomptueux de penser qu'une large base d’utilisateurs octroie une garantie fiable de succès. Microsoft, par exemple, n'a pas réussi à faire des percées importantes dans le domaine des navigateurs et des moteurs de recherche, alors qu'il est à la tête du plus grand système d'exploitation du monde.

Pour qu'Apple mette volontairement fin à son accord avec Google, il faudrait que la société soit suffisamment sûre que les gains publicitaires générés par ce projet ambitieux compensent les milliards de dollars perdus en développement.

Joel Khalili is the News and Features Editor at TechRadar Pro, covering cybersecurity, data privacy, cloud, AI, blockchain, internet infrastructure, 5G, data storage and computing. He's responsible for curating our news content, as well as commissioning and producing features on the technologies that are transforming the way the world does business.