Skip to main content

Seriez-vous prêt à vendre vos données pour arrondir vos fins de mois ?

Données personnelles
(Crédit photo: Shutterstock)

Vous êtes très pointilleux quant à la confidentialité de vos usages et de vos échanges en ligne. Vous vous connectez toujours via l'un des meilleurs services VPN en vigueur. De même, vous lisez attentivement les termes et conditions avant de cliquer sur n’importe quel bouton "Accepter". Vous pouvez même limiter les paramètres de votre smartphone et de vos applications pour vous assurer qu'ils enregistrent le moins d'informations possible sur vous. 

Cependant, malgré tous vos efforts, les grandes entreprises technologiques continuent de collecter chaque jour une énorme quantité de données vous concernant. Sans surprise, elles en tirent aussi des revenus colossaux. 

Puisque la collecte de données semble être une pratique inévitable, pourquoi ne pas en tirer profit vous-même, alors. Vous sentiriez-vous à l'aise de vendre vos données sensibles pour en tirer un bénéfice, si vous en aviez l’opportunité ?

C'est exactement l'une des questions que le cabinet d'analyse Exploding Topics (opens in new tab) a adressées à plus de 1 600 Américains. Et - surprise, surprise - près de la moitié des personnes interrogées ont répondu qu'elles pourraient saisir cette occasion. 

Gagner de l'argent avec ses propres données, une pratique loyale

Tout en reconnaissant que ces entreprises réalisent d'énormes bénéfices en partageant les données personnelles des utilisateurs avec des tiers à des fins commerciales, un pourcentage stupéfiant de 47,9% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles envisageraient de vendre leurs données pour générer un gain financier. 

La moitié restante est ensuite divisée entre une part de 26,5% refusant un tel compromis, et 25,6% se sentant encore partagés. 

Les analystes ont obtenu une réponse encore plus tranchée lorsqu'on leur a demandé si les internautes ciblés devraient automatiquement recevoir une partie des bénéfices au cas où une entreprise vendrait leurs données. Plus de 70% d'entre eux ont estimé qu'il s'agissait d'un échange équitable. 

Etude Exploding Topics

(Image credit: EXPLODING TOPICS)

Données personnelles : quelles sont celles collectées par les Big Tech aujourd’hui ?

S'il est peu probable qu'une telle pratique s'impose de sitôt dans le secteur tech, vous pouvez au moins faire des choix plus conscients sur les informations à partager et avec qui. Pour cela, il est important de connaître précisément les types de données personnelles que ces entreprises détiennent sur leurs clients potentiels. 

Les entreprises enregistrent directement auprès de leurs clients toute une série d'informations personnelles les concernant. Il s'agit notamment de leur nom, de leur numéro de téléphone, de leur adresse électronique, de leur adresse personnelle, de leurs informations bancaires, de leur nom d'utilisateur, de leurs mots de passe et même des courriels qu'ils écrivent et/ou reçoivent. 

Un autre ensemble de données entre dans la catégorie des identifiants uniques caractérisant le matériel que vous utilisez pour aller en ligne. Il s'agit de l'adresse IP, du type d'appareil et/ou de navigateur, de l'enregistrement de l'activité du système et des détails sur les requêtes URL. 

Ensuite, il y a les informations spécifiques qui ont été collectées sur les activités des utilisateurs. Il peut s'agir des termes de recherche saisis, des messages partagés, du contenu auquel ils accèdent et de la durée de leur session en ligne.

Les données supplémentaires que les grandes entreprises technologiques détiennent sur les utilisateurs proviennent de leurs informations de localisation, comme le fuseau horaire auquel ils sont connectés et les mouvements GPS. Ces firmes peuvent même obtenir des informations sur leurs clients à partir de sources accessibles, comme des services d’abonnement en ligne ou des agences d'évaluation de crédit. 

Parmi les plus grands collecteurs de données, Google remporte la médaille d'or. Apple, quant à elle, semble être la société qui agit le plus pour protéger la vie privée de ses clients. De même, les deux principales plateformes sociales, Twitter et Facebook, semblent stocker plus de données que nécessaire. 

Comme vous pouvez le constater, ces entreprises ont peu d’efforts à faire pour exploiter sauvagement vos informations personnelles à des fins financières. C'est pourquoi les gouvernements du monde entier se sont employés à élaborer de nouvelles lois pour faire face aux problèmes de confidentialité que rencontre notre société numérique. 

Le concept de minimisation des données est ici essentiel. À la base de nombreuses législations mondiales sur la confidentialité des données, comme le RGPD de l’Union Européenne, imposent aux entreprises de limiter leur collecte aux informations strictement nécessaires pour fournir un service spécifique de la manière la plus transparente possible.

Comment minimiser la collecte de données personnelles ?

La façon dont les grandes entreprises technologiques et les gouvernements agissent n'est pas le seul facteur ayant un impact sur la collecte des données personnelles. Les particuliers peuvent faire leur part pour reprendre le contrôle de leurs informations confidentielles

Nous avons déjà mentionné comment un service VPN peut contribuer à améliorer votre vie privée. En effet, le service usurpe votre adresse IP tout en chiffrant vos données en transit dans son tunnel VPN sécurisé. Choisissez un fournisseur de VPN sans log pour être sûr qu'aucune de vos informations personnelles ne sera jamais enregistrée.

VPN

(Image credit: Shutterstock)

Vous disposez également de quelques alternatives pour mieux sécuriser vos conversations personnelles. Une application de messagerie dotée d'un système de chiffrement de bout en bout, comme WhatsApp, Signal ou Telegram, s’avère indispensable. Il existe également des services de messagerie sécurisés empêchant quiconque de lire vos e-mails. L'un de nos préférés est ProtonMail, développé par la même société suisse que le service VPN sécurisé Proton VPN. 

Vous devriez également envisager d'utiliser un navigateur anonyme et un moteur de recherche privé. Le navigateur Tor est un outil majeur, car il sécurise vos données à l'aide de trois couches de chiffrement. Il est un peu lent, mais son utilisation reste totalement gratuite. Une bonne alternative à votre moteur de recherche gourmand en données est DuckDuckGo. 

Outre les logiciels privés et les services de sécurité, il existe également certaines actions que vous pouvez entreprendre pour conserver une discrétion numérique absolue. Il s'agit notamment de changer régulièrement vos mots de passe, de désactiver la collecte des données de localisation dans les applications qui n'en ont pas besoin et de supprimer régulièrement l'historique du cache de votre navigateur.

En règle générale, renseignez-vous sur les institutions auxquelles vous confiez vos données, tout en réduisant autant que possible les informations personnelles que vous partagez. Il ne s'agit pas d'un revenu additionnel, mais vous gagnerez au moins en paisibilité.

Nous testons et évaluons les services VPN dans un contexte d'utilisation récréative légales. A savoir, accéder à un service depuis un autre pays (sous réserve des conditions générales de ce service). Protéger votre seule sécurité et renforcer votre confidentialité en ligne lorsque vous êtes à l'étranger.

Nous ne soutenons ni n'approuvons l'utilisation illégale ou malveillante des services VPN. La consommation de contenu piraté payant n'est ni avalisée, ni approuvée par Future Publishing.

Chiara Castro
Staff Writer

Chiara is a multimedia journalist, with a special eye for latest trends and issues in cybersecurity. She is a Staff Writer at Future with a focus on VPNs. She mainly writes news and features about data privacy, online censorship and digital rights for TechRadar, Tom's Guide and T3. With a passion for digital storytelling in all its forms, she also loves photography, video making and podcasting. Originally from Milan in Italy, she is now based in Bristol, UK, since 2018.