Netflix doit corriger son nouvel abonnement avec publicité, et vite

Les acteurs d'Arrested Development
(Crédit photo: Netflix)

Netflix a finalement lancé son nouvel abonnement, "Essentiel avec pub", et les premiers retours suggèrent qu'il est loin d'être prêt pour la consommation publique.

Netflix a lancé l'idée d'un abonnement avec publicité plus tôt cette année, dans l'espoir de cibler les utilisateurs à faible revenu après une période prolongée de baisse du nombre d'abonnés. Ce forfait est nettement moins cher que le forfait de base préexistant, puisqu'il s'élève à 5,99 € par mois. Il vous permet de diffuser des flux en résolution HD (720p uniquement) et met clairement l'accent sur l'utilisation des smartphones et des tablettes plutôt que sur les derniers téléviseurs 4K.

Les publicités sont déjà controversées - et pas seulement parce qu'une partie de l'attrait de Netflix au fil des ans a été l'absence d'annonceurs sur la plate-forme.

Comme le rapporte The Verge (s'ouvre dans un nouvel onglet), la mise en œuvre des publicités par Netflix est très incohérente. Certaines émissions vous obligent à regarder des publicités au début, à la fin et à la moitié de chaque épisode, d'autres ne présentent aucune publicité. Concernant les films plus longs on observe également de grandes différences quant au nombre de publicités proposées, ce qui crée un pot-pourri déroutant où les spectateurs ne savent tout simplement pas à combien de publicités, ils vont être soumis.

Nous savons, grâce à un billet de blog (s'ouvre dans un nouvel onglet) de Netflix du mois dernier, que "Au lancement, les publicités auront une durée de 15 ou 30 secondes et seront diffusées avant et pendant les émissions et les films". Une autre page d'aide (s'ouvre dans un nouvel onglet) indique que "Vous pouvez vous attendre à voir une moyenne d'environ 4 minutes de publicités par heure (cela peut varier en fonction du titre que vous regardez)."

Mais cela n'a pas beaucoup de sens de ne pas avoir des publicités diffusées de manière cohérente. L'un des rares mérite des pauses publicitaires de la télévision traditionnelle est que vous savez quand elles vont tomber. 

Une heure de télévision par câble comprendra des publicités avant le début d'une émission ou d'un film, environ 20 minutes plus tard, et à la fin avant la programmation de l'heure suivante. Cela offre des interruptions fiables où vous pouvez - si vous ne souhaitez pas vous soumettre à l'assaut des messages des annonceurs - aller préparer un goûter, vous promener dans la maison, parler à vos proches, faire défiler votre téléphone, etc. Les spots publicitaires variables sont tout simplement déroutants et semblent également plus compliqués à gérer qu'une approche standardisée.

Nous avons contacté Netflix pour obtenir plus d'explications, mais en attendant, il semble que la profusion de publicités sur ce nouveau service à bas prix, ainsi que le fait que de nombreuses émissions clés soient payantes en raison de "restrictions de licence", pourraient faire réfléchir certains abonnés avant de s'abonner. Environ 5 à 10 % du contenu de Netflix n'est pas disponible sur ce volet, y compris certaines des meilleures émissions Netflix : The Crown, Breaking Bad, Peaky Blinders, New Girl et Arrested Development ne sont pas disponibles.

Ne pensez même pas à essayer ce niveau sur l'Apple TV 4K, car il n'est pas encore pris en charge sur les appareils tvOS (via Variety (s'ouvre dans un nouvel onglet)).

L'autre forfait de base, sans aucune publicité, est à 8,99€ par mois, ce qui semble un bon choix si cela reste dans votre budget.

Henry is a freelance technology journalist. Before going freelance, he spent more than three years at TechRadar reporting on TVs, projectors and smart speakers as the website's Home Cinema Editor – and has been interviewed live on both BBC World News and Channel News Asia, discussing the future of transport and 4K resolution televisions respectively. As a graduate of English Literature and persistent theatre enthusiast, he'll usually be found forcing Shakespeare puns into his technology articles, which he thinks is what the Bard would have wanted. Bylines also include Edge, T3, and Little White Lies.