Ce casque antibruit Dyson nettoie l'air que vous respirez

Dyson Zone
(Crédit photo: Dyson)

Dyson a révélé le casque le plus insolite que nous ayons jamais vu, combinant un design supra-aural et un masque antipollution filtrant l'air que vous respirez. 

Le casque purificateur d'air Dyson Zone est conçu pour filtrer la pollution urbaine, composée de gaz, d’allergènes et de particules fines. Mais aussi - et avant tout - pour bloquer les bruits indésirables grâce à son système d’annulation active du bruit (ANC).

S'appuyant sur les 30 ans d'expérience de la société dans le développement de technologies de flux d'air, de filtration et de moteurs, le casque contient des compresseurs au sein de chaque écouteur. Ces derniers aspirent l'air à travers des filtres à double couche, puis projettent deux flux d'air purifié vers le nez et la bouche de l'utilisateur.

Dyson Zone

(Image credit: Dyson)

Le casque dispose également d’une visière semi-ouverte, comme un masque chirurgical. Elle n'entre pas en contact avec le visage de l'utilisateur, ce qui évite toute irritation et tout inconfort. Pour empêcher que les vents latéraux n'introduisent de l'air pollué dans la visière, des dérivations maintiennent l'air purifié près du nez et de la bouche du porteur. 

Le niveau de purification peut même s'adapter automatiquement à ce que vous faites, avec quatre modes différents : faible, moyen, élevé et Auto. En mode Auto, les accéléromètres du casque détectent vos mouvements et basculent entre les vitesses de purification élevée, moyenne et faible. Ainsi, si vous courez et respirez fortement, le Dyson Zone augmentera le niveau de purification.

Dyson a adopté la même approche scientifique pour optimiser les performances audio du casque antibruit, en faisant appel à une équipe d'ingénieurs du son et d'acousticiens pour concevoir "un son puissant et clair basé sur des essais d'écoute approfondis". Selon la société, il en résulte une réponse en fréquence étendue, un équilibre gauche-droite précis et une faible distorsion, les haut-parleurs en néodyme concédant "une reproduction fidèle à l'intention des musiciens ou des créateurs". 

Pour préserver la qualité sonore et permettre aux audiophiles de profiter de leur musique sans interruption, le casque purificateur d'air utilise un mélange d'annulation passive et active du bruit, avec de grands coussinets angulaires qui se moulent autour des oreilles de l'utilisateur. Et, si vous souhaitez simplement écouter de la musique, vous pouvez retirer entièrement la visière et utiliser le Dyson Zone uniquement comme un casque sans fil.

Il existe trois modes ANC, à savoir Isolation, Conversation et Transparence. Le mode Isolation bloque la plupart des sons ambiants, tandis que le mode Transparence amplifie les "sons clés tels que les sirènes des services d'urgence ou les annonces d'information", de manière similaire au Sony WH-1000X4. Le mode Conversation est activé chaque fois que vous plongez la visière, et il désactive automatiquement la purification de l'air et amplifie le son des voix.

Le casque antibruit Dyson Zone constitue le premier appareil audio de la marque, et celle-ci s’est résolue à de gros efforts pour le rendre confortable. Le casque s'inspire de la forme et de la conception de la selle d'un cheval, en ce sens qu'il est conçu pour répartir le poids sur les côtés de votre tête, plutôt que sur le dessus - tout comme une selle s'incurve sur la colonne vertébrale du cheval et répartit la charge sur les zones situées à gauche et à droite de cette dernière.


Un projet de longue haleine

Dyson Zone

(Image credit: Dyson)

Le casque de purification de l'air est considéré aujourd’hui comme un outil permettant de maintenir les gestes barrière et faire face à la pandémie de Covid-19. Pourtant, le développement du Dyson Zone a démarré il y a six ans, bien avant celle-ci. Pour Jake Dyson, l’objectif de la société était alors de lutter contre la pollution urbaine, un "problème mondial de premier ordre".

Même si vous souhaitez utiliser le casque purificateur d'air pour prévenir toute contamination par le Covid-19, le filtre employé par le Dyson Zone ne sera pas suffisant. La société affirme qu'il est capable de filtrer 99% des particules polluantes de 0,1 micron, telles que la poussière, le pollen et les bactéries. Les virus, y compris les coronavirus, sont beaucoup plus petits que cela.

Il demeure extrêmement pratique pour autant. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 9 personnes sur 10 dans le monde respirent un air qui dépasse les limites de polluants recommandées et, comme le dit Dyson, cela nous affecte "à la maison, à l'école, au travail et lors de nos déplacements, que ce soit à pied, à vélo ou dans les transports publics ou privés". Selon l'OMS, cette exposition entraîne "un risque accru de maladies, notamment de cardiopathie, d'accident vasculaire cérébral, de bronchopneumopathie chronique obstructive, de cancer et de pneumonie". 

Ainsi, le Dyson Zone pourrait être une solution fantastique à un problème de santé mondial qui peut avoir des conséquences dévastatrices. L'entreprise a certainement apporté beaucoup de soin au développement de son premier dispositif portable ; le casque Dyson Zone est né grâce à l’élaboration de 500 prototypes, testés de manière approfondie pour s'assurer de sa robustesse et de son adaptation à n’importe quel climat ou taux d'humidité. Dyson a même éprouvé un modèle ressemblant à un tuba, avant de choisir la visière beaucoup moins intrusive. 

Nous pensons que le grand public sera plus enclin à porter un filtre à air s'il est associé à un casque. Après tout, beaucoup d'entre nous portent un dans les transports, en particulier les modèles antibruit qui nous permettent d'écouter musique comme podcasts en toute tranquillité. 

On ne sait pas encore combien coûtera ce casque, mais Dyson indique qu'il sera disponible en ligne et en magasin d’ici fin 2022. Ne vous attendez pas à ce qu'il soit bon marché ; si le Zone ressemble aux produits précédents de Dyson, le prix de vente se définira comme sa qualité : haut de gamme.

Olivia was previously TechRadar's Senior Editor - Home Entertainment, covering everything from headphones to TVs. Based in London, she's a popular music graduate who worked in the music industry before finding her calling in journalism. She's previously been interviewed on BBC Radio 5 Live on the subject of multi-room audio, chaired panel discussions on diversity in music festival lineups, and her bylines include T3, Stereoboard, What to Watch, Top Ten Reviews, Creative Bloq, and Croco Magazine. Olivia now has a career in PR.