Skip to main content

L'armée américaine s’équipe de casques virtuels Microsoft Hololens pour partir au front

Casque IVAS
(Crédit photo: US Army)

L'armée américaine a reçu sa première livraison de casques de réalité augmentée Microsoft Hololens, spécialement conçus pour l’accompagner sur le terrain.

Selon Bloomberg (s'ouvre dans un nouvel onglet), une commande de 5 000 casques, d'une valeur d'environ 373 millions de dollars, a été signée par le secrétaire adjoint aux acquisitions Douglas Bush. 

Les nouvelles unités du système intégré de renforcement visuel (IVAS) ont été fortement consolidées à partir des casques Hololens 2 mis sur le marché par Microsoft. Elles sont dotées d'un affichage tête haute capable d'offrir des données nocturnes, thermiques et de capteurs embarqués de haute résolution - le tout alimenté par les services cloud Microsoft Azure.

Une commande controversée

Microsoft a d'abord rendu public son accord avec l'armée américaine en novembre 2018, lorsque la société a obtenu un contrat de 480 millions de dollars pour produire 10 000 dispositifs HoloLens avancés.

Ce contrat a été mis à jour en mars 2021, avec un nouveau partenariat qui pourrait atteindre jusqu'à 21,9 milliards de dollars pour environ 120 000 unités livrées.

À l'époque, l'entreprise vantait les mérites des dispositifs IVAS, représentés comme "une plateforme qui garantirait plus de sécurité et plus d’efficacité aux soldats présents sur le terrain. Le programme offre une meilleure connaissance de la situation, permettant le partage d'informations et la prise de décision dans une large variété de scénarios."

Cependant, l'accord a été accueilli par de vives critiques, tant en interne chez Microsoft que dans le monde entier. Le PDG de l'entreprise, Satya Nadella, a été contraint de défendre la collaboration de la firme avec l'armée américaine en février 2019, avançant l’intérêt de son employeur à apporter "la technologie indispensable aux institutions démocratiques que nous avons élues pour protéger les libertés dont nous jouissons".

L'entreprise a également été prise à défaut pour son rôle dans l'obtention du contrat controversé Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI) estimé à 10 milliards de dollars et visant à revigorer le réseau cloud du Pentagone fin 2020. Un projet qui fait toujours face à de multiples contestations juridiques. 

Un rapport définitif doit être publié en octobre 2022, après quoi l'armée américaine décidera de poursuivre ou non sa commande. Ce rapport devra être approuvé par le Congrès, les commissions des crédits de la Chambre et du Sénat ayant déjà proposé une réduction significative du budget militaire.

Mike Moore
Deputy Editor, TechRadar Pro

Mike Moore is Deputy Editor at TechRadar Pro. He has worked as a B2B and B2C tech journalist for nearly a decade, including at one of the UK's leading national newspapers and fellow Future title ITProPortal, and when he's not keeping track of all the latest enterprise and workplace trends, can most likely be found watching, following or taking part in some kind of sport.