Test de l’Urbanista Los Angeles

Un casque solaire véritablement inépuisable.

Urbanista Los Angeles
(Image: © Urbanista)

TechRadar Verdict

L'Urbanista Los Angeles n'est peut-être pas le casque le plus complet que l'on puisse acheter aujourd’hui, particulièrement si vous recherchez un modèle antibruit de premier ordre. Cependant, il s’agit d’une alternative originale vous donnant accès à une autonomie phénoménale, grâce à son chargeur solaire. Une raison plus que suffisante pour l’adopter.

Pros

  • +

    Un son puissant et réjouissant

  • +

    Chargement innovant et autonomie épique

  • +

    Bien conçu et relativement compact

Cons

  • -

    Trop riche en basses

  • -

    L'application compagnon ne commande pas grand-chose

  • -

    Prix relativement élevé

Pourquoi pouvez-vous faire confiance à TechRadar ? Nos examinateurs experts passent des heures à tester et à comparer les produits et services afin que vous puissiez choisir le meilleur pour vous. En savoir plus sur la façon dont nous testons.

L’Urbanista Los Angeles en résumé

Si vous recherchez un casque abordable, esthétique et à la scène sonore remarquablement vivante, vous devriez toujours envisager la marque Urbanista. Plus encore si vous appréciez les modèles sans fil bénéficiant d’une autonomie impressionnante.

L’Urbanista Los Angeles s'inspire étroitement de l’excellent casque supra-auriculaire Urbanista Miami distribué par la société depuis le début de l’année 2021. A la différence près que l’arceau du Los Angeles est doté d'une batterie à cellules solaires qui tire son énergie de n'importe quelle source de lumière. Ainsi, en matière de commodité et d'écologie, il se révèle étonnamment vertueux. Et même si vous ne pouvez pas vous placer sous une source lumineuse pour une raison quelconque, le niveau d’autonomie apparaît plus que bluffant.

La qualité sonore, elle aussi, se veut décente, bien que quelque peu inégale - tout comme le modèle Miami, l’Urbanista Los Angeles s’avère généreux en ce qui concerne les basses. Son prix s’affiche plus élevé que les casques Urbanista précédents, il chasse d’un peu plus près certains des meilleurs casques Bose, Sony ou encore Sennheiser. Même si aucun d’entre eux ne dispose d’un système de chargement aussi satisfaisant.

Vue rapprochée de l'Urbanista Los Angeles

(Image credit: TechRadar)

Prix et disponibilité

L'Urbanista Los Angeles est en vente au prix conseillé de 199 €. A noter que vous le trouvez actuellement au tarif réduit de 159,20 € sur la boutique en ligne d’Urbanista (s'ouvre dans un nouvel onglet).

À moins que vous ne comptiez vous offrir l'édition spéciale Swarovski liée au casque Urbanista Miami et ornés de cristaux (elle coûte 300 €), il s'agit du produit le plus cher distribué par la marque. Cette dernière vient ainsi jouer sur le terrain de ses rivaux plus onéreux, des écuries Bose, Sennheiser et Sony. 

Urbanista Los Angeles

(Image credit: TechRadar)

Design et caractéristiques principales

  • Confortable et tactile 
  • Autonomie pratiquement illimitée 
  • Application de contrôle modérément utile  

Mis à part une distinction assez évidente (et nous y reviendrons bien assez tôt), l’Urbanista Los Angeles ressemble à s'y méprendre au casque sans fil Miami que nous avons testé plus tôt cette année. Vous tiquerez éventuellement sur ses coloris (noir ou sable), qui sont loin d'être aussi brillants que les variantes Miami.

En fait, le design de l’Urbanista Los Angeles s'inspire étroitement du Miami, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Il s'agit donc d'un casque compact et discret par rapport aux normes habituelles des casques supra-auriculaires - il s'adapte parfaitement à toutes les têtes, sauf les plus petites, sans pour autant s’avérer trop serré et inconfortable. 

L’Urbanista Los Angeles donne une impression générale de luxe. Les coussinets sont rembourrés et doux au toucher, tout comme l'intérieur de l'arceau. Chaque point de contact apparaît presque fragile... et pourtant l’ensemble est plus que robuste, tandis que l'articulation des oreillettes se révèle bien amortie.

Arceau de l'Urbanista Los Angeles

(Image credit: TechRadar)

À l'extérieur de l’arceau, le Los Angeles ne s'éloigne pas seulement du modèle Miami, mais aussi de la totalité de ses concurrents. Une large bande de cellules photovoltaïques "Powerflyte" d'Exeger court sur toute sa largeur et permet de tirer l'énergie de n'importe quel type de lumière - lumière du soleil, lumière d'une ampoule, et plus encore.

Il absorbe ladite lumière et recharge la batterie au compte-gouttes, que le casque soit allumé ou non. Urbanista suggère qu'une heure d'exposition au soleil équivaut à trois heures de lecture garantie - cela dépend évidemment de la météo du jour et de votre localité. Toutefois, tant que vous ne partez pas vivre dans une grotte, votre casque ne devrait jamais avoir besoin d'être relié à une prise secteur. 

Et si vous décidez de vous retirer dans une grotte justement, le Los Angeles s’appuie sur une autonomie très impressionnante. Entre 50 heures avec le système de suppression du bruit activé, et 80 heures si vous vous en passez facilement. 

Urbanista Los Angeles

(Image credit: TechRadar)

Comme le Miami, le Los Angeles est doté de la connectivité sans fil Bluetooth 5 (une spécification satisfaisante plus que fantastique) et d'une paire de haut-parleurs pleine gamme de 40 mm. 

Il y a quelques commandes physiques disposées sur les bords des oreillettes - sur celle de droite, vous composez avec trois boutons, chacun plutôt petit et trop proche. Ils permettent d'allumer, d'éteindre et d'appairer votre casque avec une source Bluetooth, d'augmenter et de diminuer le volume, de passer les pistes, de les lire et de les mettre sur pause, de répondre, de stopper ou de rejeter un appel téléphonique. 

L'oreillette gauche, quant à elle, dispose d'une entrée USB-C pour le chargement (si cela s'avère nécessaire) et d'un bouton de "contrôle", dont la fonction peut être définie via l'application mobile Urbanista. Aucun des deux écouteurs n'est doté d'une prise 3,5 mm. Il n'y a donc qu'une seule façon d'utiliser le Los Angeles, et c'est sans fil.  

L'application compagnon elle-même se présente comme audacieuse et agréablement graphique, mais elle ne vous permet pas d'exercer de grands contrôles. La seule fonction qui occupe le devant de la scène est une immense interface qui vous permet de suivre votre niveau d’autonomie (et parfois, par extension, vous livre le bulletin météo). Votre casque est-il en charge ou non ? Cela dépend entièrement de l'endroit où vous vous trouvez et cette application peut vous rassurer sur ce point précis. Pour tous les autres contrôles, privilégiez Google Assistant ou Siri pour ajuster votre lecture en mode mains libres.  

urbanista los angeles

(Image credit: TechRadar)

Performances audio

  • Son animé et énergique 
  • Accentuation un peu trop forte des basses 
  • La suppression du bruit est "bonne" mais pas "excellente"  

Cela fait un moment que le Bluetooth 5 ne constitue plus le summum de la connectivité sans fil, mais il s’avère néanmoins plus que capable de supporter la lecture de gros fichiers audio haute résolution provenant de sites comme Qobuz et Tidal.

La diffusion du titre Tidal Masters The Belle of St Mark (Sheila E.) apparaît ici aussi énergique et prononcée que sur l’Urbanista Miami.Un peu trop même.

C'est dans la gamme de fréquences la plus basse que l’Urbanista pèche principalement. Les basses sont profondes, d'une texture et d'un détail impressionnants. Qui plus est, elles paraissent poussées bien trop loin vers l'avant.

En conséquence, elles exercent plus de pression sur les médiums qu'il n'est recommandé - avec là encore beaucoup trop d’informations livrées. La voix de la chanteuse profite de belles nuances et d’un caractère audacieux - néanmoins, elle semble toujours sur le point d'être submergée par des sons plus graves.

Au moins, les fréquences les plus élevées n'ont pas à lutter contre le tsunami des basses, ce qui signifie que tout le mordant des aigus de cet enregistrement est livré dans son intégralité ici, avec assez d’équilibre pour éviter un trop plein d’agressivité. Même si vous aimez écouter vos morceaux favoris au volume maximum (et l'Urbanista peut incontestablement monter haut), les aigus brillent sans être oppressants. 

Urbanista Los Angeles

(Image credit: TechRadar)

Il y a également un léger manque de dynamisme (ce qui peut être un effet secondaire de l'accent mis sur les basses), de sorte qu’un enregistrement a tendance à présenter un seul niveau d'intensité. L'expression rythmique fait également défaut. D'un autre côté, le Los Angeles peut modeler sa scène sonore avec habileté, pour vous garantir une mélodie appréciable de la première à la dernière seconde. 

L'activation de la fonction d'annulation active du bruit n'impose pas un impact trop important sur le son global des Los Angeles, et elle permet de traiter une bonne partie des sons externes. Cela permet aux basses de piétiner encore plus les moyennes fréquences, et dans les moments plus calmes, vous entendrez une suggestion de contre-signal. Le fait que le "son ambiant" laisse entrer les bruits extérieurs sans réduire le volume de la musique rend cette fonction moins utile qu'elle ne le serait autrement. 

Faut-il acheter l'Urbanista Los Angeles ?

Urbanista Los Angeles

(Image credit: TechRadar)

Achetez-le si...

Vous en avez assez de recharger votre casque sans fil sur secteur
Ne doutez pas de l'efficacité du système de chargement solaire. L’Urbanista Los Angeles est incroyablement innovant en termes d’autonomie et, à son contact, vous oublierez très vite l’existence d’une prise murale.

Vous appréciez pousser le volume de votre musique à fond
"Audacieux" et "vif" pourraient être les seconds prénoms de l’Urbanista Los Angeles. Vous pouvez pousser le volume à outrance (même si nous vous le déconseillons), le casque suit la cadence sans distorsion.  

Vous préférez les casques discrets aux modèles trop ostentatoires
Il y a tellement d'énormes casques supra-auriculaires sur le marché, l’Urbanista Los Angeles bénéficie d’un design appréciable mais sans signe extérieur de richesse.

Ne l'achetez pas si...

Vous recherchez la meilleure scène sonore existante
Le son du Los Angeles demeure appréciable et récréatif, mais il donne la part belle aux basses, au détriment d’une fidélité bien assurée. 

Vous utilisez souvent l’application mobile pour définir vos réglages
L'application Urbanista est jolie, mais elle ne vous apportera pas grand-chose de plus d’un point de vue fonctionnel. Vous l’oublierez très vite. 

Il vous faut une annulation active du bruit puissante
Le Los Angeles peut bloquer le bruit ambiant, mais seulement jusqu'à un certain point. La qualité du Sony WH-1000XM4 (s'ouvre dans un nouvel onglet) n’est pas atteinte ici.

Simon Lucas is a senior editorial professional with deep experience of print/digital publishing and the consumer electronics landscape. Based in Brighton, Simon worked at TechRadar's sister site What HiFi? for a number of years, as both a features editor and a digital editor, before embarking on a career in freelance consultancy, content creation, and journalism for some of the biggest brands and publications in the world. 


With enormous expertise in all things home entertainment, Simon reviews everything from turntables to soundbars for TechRadar, and also likes to dip his toes into longform features and buying guides. His bylines include GQ, The Guardian, Hi-Fi+, Metro, The Observer, Pocket Lint, Shortlist, Stuff T3, Tom's Guide, Trusted Reviews, and more.