Skip to main content

Une tempête solaire détruit 40 satellites Starlink lancés par SpaceX

Des satellites Starlink attendant d'être mis en orbite
(Crédit photo: SpaceX)

Une tempête géomagnétique causée par l'activité solaire a mis hors service 40 des satellites Starlink de SpaceX la semaine dernière, soulignant le risque que présente ce phénomène alors que nous continuons à encombrer l'orbite terrestre basse.

SpaceX a révélé la mésaventure en début de semaine dans un communiqué publié sur son site institutionnel. En expliquant que si la tempête solaire n'a pas directement endommagé les satellites, elle a essentiellement freiné leur orbite, les faisant alors retomber dans l'atmosphère terrestre.

"Ces tempêtes provoquent un réchauffement de l'atmosphère et une augmentation de la densité atmosphérique dans nos faibles altitudes de déploiement", a expliqué SpaceX. "Le GPS embarqué suggère que la vitesse d'escalade et la gravité de la tempête ont provoqué une augmentation de la traînée atmosphérique jusqu'à 50 % supérieure à celle des lancements précédents".

Heureusement, la perte des satellites ne présente aucun danger spécifique, puisque le phénomène solaire s'est produit alors que les satellites en cours de déploiement se positionnaient beaucoup plus bas que l'altitude standard de mise en orbite. Celle-ci étant définie pour la plupart des objets en orbite terrestre basse (LEO).

"Les satellites désorbités ne présentent aucun risque de collision avec d'autres satellites et, de par leur conception, ils se désintègrent lors de la rentrée dans l'atmosphère, ce qui signifie qu'aucun débris orbital n'est créé et qu'aucune partie du satellite ne touche le sol", veut rassurer la société. "Cette situation unique démontre les efforts considérables déployés par l'équipe Starlink pour s'assurer que le système est à la pointe de la réduction des débris en orbite".


Un danger progressif, à surveiller prioritairement

Pendant la quasi-totalité de l'histoire de l'humanité, celle-ci a été enveloppée dans un champ magnétique protecteur. Un champ qui empêche les particules hautement chargées, provenant du Soleil, de sabler l'atmosphère vitale de notre planète.

Pour nous, au sol, notre interaction de longue date avec les vents solaires prend la forme d'aurores dans les latitudes nord et sud, mais c'est à peu près tout. 

Ce n'est qu'avec l'invention des équipements électriques et électroniques que nous avons soudainement dû nous préoccuper des effets des tempêtes solaires, car les éjections de masse coronale du Soleil sont assez puissantes pour submerger le champ magnétique terrestre. Et causer des dommages importants - voire paralysants - sur une grande partie de nos infrastructures technologiques et de télécommunications modernes.

Lorsque l'humanité a commencé à voyager dans l'espace, nous avons constaté que ce bouclier magnétique nous protégeait de moins en moins. Et soyons clairs, ce champ magnétique est énorme. Il faudrait voyager à des dizaines de milliers de kilomètres de la Terre pour échapper complètement à sa bulle protectrice. 

De plus, à quelques centaines de kilomètres au-dessus de la surface, les effets des vents solaires sont plus violents qu'à la surface de la Terre, de sorte que la mise en orbite de satellites comporte toutes sortes de risques imprévus.

Au cours des deux prochaines décennies, lorsque nous commencerons à occuper l'orbite terrestre basse avec des satellites, des engins spatiaux et des stations spatiales commerciales, le bulletin météo solaire sera beaucoup plus préoccupant qu'auparavant. 

Nous allons probablement perdre davantage d'équipements à cause de la météo spatiale dans les décennies à venir, et nous finirons probablement par assister à la perte de vies humaines en orbite pour la première fois de notre histoire. 

Le Soleil se dirige actuellement vers la phase la plus active de son cycle de onze ans, qui devrait culminer en 2025. C'est à peu près le moment où de nombreuses entreprises privées, comme Axiom Space et SpaceX, prévoient de déployer un grand nombre d'infrastructures en orbite basse. 

À l'avenir, il sera plus important que jamais de garder un œil sur le Soleil, sinon nous pourrions nous retrouver avec une calamité bien pire que la perte de quelques dizaines de satellites Starlink dans l'atmosphère.

John Loeffler
Computing Editor

John (He/Him) is the US Computing Editor here at TechRadar and he is also a programmer, gamer, activist, and Brooklyn College alum currently living in Brooklyn, NY. 


Named by the CTA as a CES 2020 Media Trailblazer for his science and technology reporting, John specializes in all areas of computer science, including industry news, hardware reviews, PC gaming, as well as general science writing and the social impact of the tech industry.


You can find him online on Twitter at @thisdotjohn


Currently playing: The Last Stand: Aftermath, Cartel Tycoon