Skip to main content

Supprimez ces extensions Chrome dès maintenant - elles pourraient voler vos données Facebook et Instagram

Extensions chrome malveillantes
(Crédit photo: Shutterstock / binarydesign)

Les utilisateurs du navigateur web Google Chrome ont été invités à vérifier leurs paramètres de sécurité et plus particulièrement les add-ons activés sur ce dernier. Il semblerait en effet que de nouvelles extensions malveillantes, présentes dans le catalogue public, puissent s’emparer de vos données Facebook et Instagram bien qu'elles s’avèrent confidentielles.

Deux extensions en particulier, UpVoice et Ads Feed Chrome, ont été signalées comme présentant des risques particuliers, les sociétés à l'origine de ces deux outils étant maintenant poursuivies par Facebook. Le géant des médias sociaux intente un procès aux éditeurs concernés, pour vol et détournement de données personnelles. Sans permission préalable de Facebook et Instagram, sous la responsabilité desquels elles se trouvent.

Des cartes-cadeaux pour appât

Selon Facebook, la société israélienne BrandTotal Ltd et l’américain Unimania Inc auraient déployées les deux extensions sur la boutique en ligne officielle de Chrome, respectivement depuis septembre et novembre 2019. Pendant cette période, les extensions ont été installées à plus de 5 000 et 10 000 reprises chacune, ce qui signifie que des milliers d'utilisateurs pourraient être actuellement en danger.

BrandTotal a incité les utilisateurs de Chrome à installer l'extension UpVoice sur leur navigateur web, en échange de cartes-cadeaux universelles. Son objectif : obtenir un panel de consommateurs-testeurs connectés « qui contribuerait à la stratégie marketing de leurs clients ». Même volonté de la part d’Unimania, dont l’enquête menée par Facebook ne précise pas si l’éditeur a eu recours à des rétributions similaires.

Facebook prétend que l'extension UpVoice a collecté les données de multiples profils Facebook, Instagram, Amazon, Twitter, LinkedIn, Pinterest et YouTube. Tandis qu’Ads Feed a pu compiler des informations personnelles provenant de profils Facebook, Instagram, Amazon, Twitter et YouTube.

Parmi les données aspirées par les deux services, on trouve des identifiants, les noms et prénoms des utilisateurs, leurs sexe, date de naissance, statut conjugal et localisations. De même que les préférences publicitaires et les interactions des usagers avec les publicités en ligne.

Facebook affirme avoir tenté à plusieurs reprises de faire pression sur Google pour qu'il supprime les deux extensions de la boutique Chrome, sans succès et sans outil de modération disponible. Il conseille aux utilisateurs qui ont téléchargé l'une ou l'autre extension de la supprimer immédiatement depuis leur navigateur web.

Via ZDNet