La publicité sur Netflix arrive plus tôt que prévu, et c’est la faute de Disney

Netflix
(Crédit photo: Netflix)

D'après de nouvelles informations, les dirigeants de Netflix semblent prêts à avancer le lancement d’une nouvelle formule d’abonnement financée par la publicité, dans le but de prendre de l'avance sur leur rival Disney Plus. 

Variety (s'ouvre dans un nouvel onglet) rapporte que la compagnie a pris la décision de déployer cette proposition d’abonnement inédite le 1er novembre prochain dans presque tous les pays supportant le service de streaming - dont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l'Allemagne et bien sûr la France. 

Cette décision marque un changement par rapport à la position officielle de Ted Sarandos et Reed Hastings, les deux co-PDG de Netflix, qui avaient confirmé au cours de leur dernier bilan financier que le nouveau volet ne serait pas actif avant 2023. 

Mais, selon Variety, pour essayer de devancer Disney - qui lancera sa formule publicitaire plus abordable le 8 décembre -, Netflix fait pression pour une sortie début novembre.

Netflix n'a pas confirmé cette initiative et a déclaré au journaliste de Variety qu'ils étaient "...encore en train de décider comment déployer cette nouvelle formule, sans qu’aucune décision n'ait été prise".

Cependant, cette ultime révélation concorde avec les informations données au Wall Street Journal. D’après celles-ci, Microsoft, en charge de la plateforme publicitaire de Netflix, a demandé aux annonceurs potentiels de soumettre des offres initiales dès cette semaine.

Des attentes exigeantes

Netflix demande aux annonceurs intéressés de payer 65 dollars (65,5 euros environ) au CPM. 

CPM est l'acronyme de coût par millier d'impressions, un terme marketing utilisé pour désigner le coût payé par un annonceur pour mille impressions publicitaires. À titre d'exemple, si un éditeur de site Web facture 2 $ pour chaque CPM, cela signifie que l'annonceur doit payer 2 $ pour chaque tranche de 1 000 impressions de son annonce. 

Le CPM moyen de Google se situe autour de 2,80 $, mais il semble que Netflix veuille aller plus loin et un CPM de 65 $ est bien plus élevé que la norme du secteur pour les publicités prédéfinies sur un service de streaming (actuellement inférieure à 20 $). 

En outre, Netflix a demandé aux agences de s'engager à dépenser au moins 10 millions de dollars (presque 10,1 millions d’euros) par an en publicité et à bloquer les achats d'ici la fin du mois de septembre. D'après le rapport de Variety, les dirigeants de Netflix espèrent fidéliser 500 000 nouveaux abonnés au service avec publicités, d'ici la fin de l’année. 

Comme nous l'avons signalé, il semble que Netflix vise un abonnement mensuel compris entre 7 et 9 dollars (probablement 7,99 euros en France), avec quatre minutes de publicité par heure de programmation.

Dans la première phase du lancement, les annonceurs potentiels pourront acheter des publicités rattachées aux 10 séries les plus regardées de Netflix, des programmes comme The Crown et Dead To Me étant susceptibles de constituer des cibles clés. En revanche, les annonceurs ne pourront pas géolocaliser la diffusion, ni programmer leurs spots en fonction de l'âge, du sexe, du comportement d'écoute ou de l'heure de la journée. Tout cela sera acté ultérieurement. 

Tom Goodwyn
Senior Entertainment Editor

Tom Goodwyn is TechRadar's Senior Entertainment Editor. He oversees TechRadar’s coverage of the best TV shows, documentaries and movies across streaming services, theaters and beyond. Based in East London, he loves nothing more than spending all day in a movie theater, well, he did before he had two small children…