Skip to main content

Les fournisseurs chinois d'Apple, d'Intel et de Nvidia arrêtent leur production suite à une coupure d'électricité généralisée

Des travailleurs en combinaison dans une usine d'assemblage de smartphones
(Crédit photo: Flickr)

Plusieurs fournisseurs chinois de grandes entreprises technologiques comme Apple, Intel, Nvidia et Tesla voient leur électricité coupée depuis plusieurs jours par les autorités locales. Ce, afin de se conformer à une directive gouvernementale visant à réduire la consommation d'électricité du pays et limiter les émissions de carbone.

Eson Precision Engineering, une filiale de Foxconn - le plus grand assembleur d'iPhones au monde -, a ainsi suspendu sa production de pièces mécaniques destinées à Apple et Tesla dans les usines de la ville de Kunshan. Depuis dimanche dernier et pour une durée de six jours, l’entreprise est aux arrêts forcés. 

"La société tirera parti de ses stocks pour maintenir l'activité pendant l'arrêt de la production", a déclaré Eson à la Bourse de Taiwan dans un récent communiqué. "Nous prévoyons de planifier de nouvelles sessions de rattrapage pendant les prochains week-ends ou les vacances à venir, afin de répondre aux besoins de nos clients."

D'autres grands fournisseurs, comme Concraft Holding, vont également s'appuyer sur leurs stocks existants pour faire face à l'arrêt de la production, tandis que d'autres, comme Pegatron (un autre assembleur d'iPhones), s’appuient sur des générateurs de secours. En attendant l’annonce d’une prochaine capture de courant.

Ces nouvelles restrictions en matière de consommation énergétique interviennent alors que Pékin commence à sévir plus sévèrement contre les administrations provinciales (telles que celles du Jiangsu et du Zhejiang) qui ne respectent pas les objectifs de réduction nationaux.

Le gouvernement chinois fixe des objectifs délibérément agressifs en réponse à plusieurs problèmes actuels, notamment la flambée des prix du charbon et du gaz naturel. Mais aussi pour réduire plus drastiquement les émissions de carbone et tenter de limiter la demande qui fait grimper les prix de l'énergie.

Un caillou de plus qui vient donc gripper davantage la chaîne d'approvisionnement mondiale, déjà aux prises avec une pénurie de semi-conducteurs et l’épidémie continue du Covid-19.


La crise climatique s’alourdit, les mesures pour y remédier aussi

Vous pourriez penser que les récentes mesures prises par le gouvernement chinois constituent une approche draconienne de la lutte contre le changement climatique, et vous auriez raison. Malheureusement, ces mesures se révèlent incontournables, après avoir passé près de trois décennies à essayer d'ignorer le problème du réchauffement climatique.

Le dernier rapport du groupe d'experts intergouvernemental des Nations unies sur l'évolution du climat, publié le mois dernier, conclut que le réchauffement de 1,5 degré Celsius au cours des deux prochaines décennies est essentiellement inévitable, puisque les changements climatiques sont une réaction différée aux émissions de carbone passées. 

La crise climatique actuelle, qu'il s'agisse des incendies de forêt dans l'Arctique, des inondations majeures en Europe ou de l'épuisement des nappes aquifères vitales dans le monde entier, est la conséquence des émissions de carbone produites il y a vingt ans. De sorte que les deux prochaines décennies verront une accélération de ces crises proportionnelle à l'explosion des émissions de carbone produites au cours des deux dernières décennies.

Les grands ensembles industrialisés comme les États-Unis et l'Europe occidentale n'ont pas voulu procéder aux changements nécessaires pour l'éviter, car cela aurait signifié une réduction de la croissance économique et du niveau de vie de leurs citoyens les plus riches et les plus influents. 

La Chine n'est pas non plus exempte de reproche, mais sa position actuelle plus agressive en matière de réduction des émissions de carbone est à peu près le minimum requis pour nous assurer que les décennies qui suivront 2041 ne s’avéreront pas aussi mauvaises que les deux décennies qui les ont précédées. 

Si nous continuons à privilégier la surproduction et la surconsommation globale au détriment du climat, le coût des mesures que nous devrons prendre dans vingt ans pour éviter la catastrophe ne se contentera pas de simples coupures d’électricité quelques jours par mois.

John Loeffler

John (He / Him / His) is TechRadar's Computing Staff Writer and is also a programmer, gamer, activist, and Brooklyn College alum currently living in Brooklyn, NY. Named by the CTA as a CES 2020 Media Trailblazer for his science and technology reporting, John specializes in all areas of computer science, including industry news, hardware reviews, PC gaming, as well as general science writing and the social impact of the tech industry.


You can find him online on Twitter at @thisdotjohn


Currently playing: Valheim, Darkest Dungeon, Satisfactory