Skip to main content

L'Union Européenne tente d’interdire l’exploitation du Bitcoin - voici pourquoi elle échoue

Bitcoin
(Crédit photo: Shutterstock / Igor Batrakov)

Le Parlement européen a voté à 30 voix contre, 23 voix pour, l’ensemble des propositions visant à interdire les crypto-monnaies "proof of work" (PoW), telles que le Bitcoin, dans le cadre d'un débat plus large sur le projet de réglementation des marchés des actifs cryptographiques. 

L'interdiction des modèles PoW, qui exigent essentiellement que toute personne obtenant des crypto-monnaies par le biais du minage utilise des quantités toujours croissantes de puissance de calcul pour briser les codes cryptographiques, a été ajoutée en tant qu'amendement et (sans surprise) a fait face à une sérieuse opposition de la part des acteurs du marché crypto. 

See more

Si l'on met de côté le fait que la possession d'un actif vous rend naturellement opposé à toute tentative de le rendre illégal, les lois communes européennes visant à interdire un certain type d'actif présentent aujourd’hui certains inconvénients. 

L'objectif général de l'UE restait cependant légitime : les modèles PoW utilisent une énorme quantité d'énergie pour générer le même volume de devises accordé par des services financiers traditionnels et des modèles Proof of Stake (PoS) plus économiques.  

Les différences techniques entre PoW et PoS (deux acronymes assez malheureux en soi) sont complexes. Pour faire simple, PoW nécessite une grande puissance de calcul (lire : consommation d'énergie), tandis que PoS requiert une vérification via des "validateurs" qui suppriment les parties énergivores. 

Le Parlement européen voulait s'assurer que toutes les crypto-monnaies respectent ses "normes minimales de durabilité environnementale". Ou, en d'autres termes, le PoS serait devenu la norme dans l'UE, mandatée par la loi.

Bitcoin vs climat

La capitalisation totale du marché des crypto-monnaies s'élève actuellement à 1,72 trillion de dollars, une quantité inimaginable de richesse générée en moins d'une décennie - et qui est en baisse significative pour son record historique en 2021.

Cette énorme croissance s'accompagne toutefois d'une myriade de défis, dont le plus important est sans doute l'incroyable quantité d'énergie nécessaire pour obtenir et utiliser les crypto-monnaies - surtout par rapport à la finance traditionnelle (ou TradFi, comme on la surnomme).

Selon une estimation, le bitcoin exploite actuellement 2 258 kWh pour chaque transaction, contre 1,5 kWh pour une transaction Visa. En d'autres termes, une seule transaction en bitcoins utilise 1,5 million de fois plus d'énergie, soit suffisamment pour alimenter un foyer pendant 2,5 mois. 

D'autres estimations - et il convient de noter qu'elles sont contestées - démontrent que ce marché consomme autant d'énergie que la Finlande, le Chili, le Danemark et les Pays-Bas réunis. 

Certains mineurs ont tenté d'atténuer cette énorme consommation d'énergie, mais en fin de compte, l'argument selon lequel une crypto-monnaie extrêmement volatile et consommant un ordre de grandeur supérieur d'énergie est plus efficace ou utile que le TradFi sonne plutôt creux.

En arrière-plan de ce débat, il y a l'aggravation de la crise climatique ; le monde peut difficilement se permettre d'accepter le minage ses crypto-monnaies les plus énergivores, surtout lorsque des technologies alternatives existent. 

Max Slater-Robins has been writing about technology for nearly a decade at various outlets, covering the rise of the technology giants, trends in enterprise and SaaS companies, and much more besides. Originally from Suffolk, he currently lives in London and likes a good night out and walks in the countryside.