Skip to main content

Fortnite : découvrez les origines de la publicité qu’Epic Games a utilisé contre Apple

Publicité Apple de 1984 (Crédit photo: Futura)

Epic Games est récemment entré en guerre contre les pratiques d’Apple et de Google avec en première ligne son jeu de battle royale Fortnite, à la popularité toujours croissante. 

C’est en effet après avoir mis en place un nouveau système de paiement qui contournait celui mis en place par les deux géants californiens (qui prenaient au passage 30% sur chaque transaction) que le célèbre jeu d'Epic Games s’est soudain vu retiré du catalogue d'applications d'Apple et de Google

Alors que Google avait pu être plus flexible par le passé, c’est bien ici Apple qui est pris pour cible principale et qui fait les frais de la défiance d’Epic à l'égard de ce système. 

Dans un post du compte Twitter officiel du jeu, on peut apercevoir une vidéo en noir et blanc comparant le contrôle totalitaire d'Apple sur sa plateforme au roman dystopien de George Orwell, 1984. Il s’agit en fait d’un détournement d’une publicité qu'Apple avait elle-même réalisé avant le lancement du Macintosh en, vous l'avez deviné, 1984. 

Vous pouvez voir la publicité originale d'Apple ci-dessous :

Ce nouveau court métrage intitulé "Nineteen-Eighty Fortnite » (Fortnite 1980) est venu recréer la publicité iconique avec l'un des personnages du jeu, avant de se conclure par une presque déclaration de guerre d’Epic avec le message suivant : "Epic Games a contesté le monopole de l'App Store. En guise de représailles, Apple a bloqué Fortnite sur un milliard d'appareils. Rejoignez le combat pour éviter que 2020 ne devienne "1984"

Vous pouvez voir les deux vidéos côte à côte dans le tweet ci-dessous. Il est clair qu'il a été facile pour Epic de coller aux images afin de les utiliser dans le contexte actuel. Tout semble coïncider : l’héroïne, le gros marteau de forgeron (que la version de Fortnite remplace ici par une pioche de licorne, bien évidemment).

Alors que beaucoup verront aujourd’hui Apple comme une entreprise qui gagne des milliards de dollars, cette publicité vient à point nommé pour rappeler qu'elle aussi a été autrefois une toute petite start-up, partie d'un garage, qui voulait aider les utilisateurs de PC à se libérer du monopole alors naissant de la société IBM sur l'industrie.

La dernière partie de la vidéo originale d'Apple suggérait que le lancement de leur ordinateur Macintosh garantirait que le monde de 1984 ne suivrait pas le chemin de la célèbre œuvre d'Orwell, où des humains serviles travaillent sous le joug de politiciens et d'entreprises qui les manipulent. 

On peut penser qu’il s’agit d’une approche quelque peu dramatique de la situation, mais le procès qu’Epic intente ici à Apple fait même référence à cette publicité en première page de la plainte déposée hier contre Apple. Celle-ci cite même son fondateur Steve Jobs en personne : 

"Il semble qu'IBM veuille tout. Apple est perçu comme le seul espoir de rendre la monnaie de sa pièce à IBM... est-ce que Big Blue va dominer toute l'industrie informatique ? Toute l'ère de l'information ? George Orwell avait-il raison à propos de 1984 ?" 

Le fait qu'Epic puisse ainsi tenir tête à deux des plus grandes entreprises du monde, et qu'elle puisse également retourner la rhétorique d'Apple contre elle-même, est définitivement quelque chose de nouveau. C'est à la fois le signe d'une croissance, exponentielle permise par la montée fulgurante de Fortnite, mais aussi de la controverse apparemment constante dans laquelle Apple semble se retrouver en raison de ses politiques archaïques concernant l'App Store. Politique restée pour beaucoup inchangée depuis le lancement de la plateforme en 2008.

Nombreux sont les développeurs qui ont dû se plier aux règles d'Apple concernant cette règle des 30 % sans pouvoir les contourner, alors que d’autres entreprises se sont vues octroyés des passes-droit (Amazon, par exemple). Il y a également le cas de Microsoft, dont l'application Game Pass a été récemment rejetée par Apple parce que la société ne pouvait pas vérifier que chaque titre disponible sur son service respectait les règles en vigueur. 

Depuis le lancement de Fortnite, Epic a cherché à perturber l'industrie du jeu vidéo en se créant sa propre vitrine qui offrirait du contenu exclusif et une part plus importante des bénéfices aux développeurs. Permettant par la même occasion aux développeurs de conserver une plus grande partie des revenus générés grâce à des accords d'exclusivité. 

Ajoutez à cela la licence de sa technologie Unreal Engine et la méprise n’est plus permise. Il n’y a pas de David ici, c’est Goliath contre Goliath, et si les fans de Fortnite arrêtent d'acheter des iPhones et des iPads, cela pourrait être un coup plus dur pour Apple que ce que l’on ne pense. 

Il est également clair que la vidéo avait été préparée à l’avance, ce qui signifie qu'Epic avait surement déjà envisagé cette éventualité, alors que de son côté Apple n'avait probablement rien vu venir. 

Il est rare de voir deux sociétés de cette envergure sortir toutes les deux de l'ombre et se défier ainsi et il sera intéressant de voir quelle tournure prendra cette confrontation dans les jours à venir.