Skip to main content

Qu'est-ce que le cloud computing ?

Cloud computing

(Image credit: Xerox)

Le cloud computing est une expression populaire sur Internet, une recherche sur Google révélant plusieurs millions d'occurrences de ce terme.

Le cloud computing désigne la fourniture de services informatiques à la demande. À l'origine, il s’agissait principalement de stockage, mais plus récemment ces services se sont étendus à la puissance de traitement et aux applications sur internet, les entreprises l'utilisant sur la base d'un paiement en fonction de la consommation.

Histoire du cloud computing

Malgré la popularité actuelle du cloud computing, la notion d'informatique en réseau remonte à 1961, il y a donc quelques décennies. Un professeur du MIT, John McCarthy, considéré comme l'un des "pères fondateurs" de l'intelligence artificielle, a prononcé un discours prophétique lors de la célébration du centenaire de l’institut : "L'informatique pourrait un jour être organisée comme un service public, tout comme le système téléphonique est un service public. Chaque abonné ne payerait alors que pour la capacité et les ressources qu'il utilise réellement, tout en ayant accès à tous les langages de programmation caractéristiques d'un très grand système ... Certains abonnés pourraient offrir un service à d'autres abonnés ... Le service informatique pourrait devenir la base d'une nouvelle et importante industrie".

La première utilisation du terme "cloud computing" est plus moderne et date du 9 août 2006, lors d’une conférence sur les stratégies des moteurs de recherche. Elle est attribuée au PDG de Google, Eric Schmidt, qui a déclaré "Ce qui est intéressant [maintenant], c'est qu'il y a un nouveau modèle émergent... Il part du principe que les services de données et l'architecture sont sur des serveurs. Nous appelons cela le cloud computing, car ils devraient être dans un "nuage", quelque part. Et que si vous avez le bon type de navigateur ou le bon type d'accès, peu importe que vous ayez un PC ou un Mac ou un téléphone portable ou un BlackBerry où autre - ou de nouveaux appareils encore à développer - vous pouvez accéder au « nuage »".

Il y a plus de dix ans, cette vision était assez visionnaire - sauf la partie concernant le BlackBerry - même si, rétrospectivement, il n'est pas surprenant que la plateforme mobile Android de Google ait fait ses débuts un peu plus d'un an plus tard, ce qui a certainement contribué à la popularité du cloud computing.

Cloud computing

Le cloud computing et les entreprises

Une solution populaire aujourd'hui combine les aspects d'un nuage privé d’un nuage public. Connu sous le nom de solution de nuage hybride, cela permet de distribuer les charges de travail pour une performance optimale. Il existe également une variante de nuage communautaire où plusieurs organisations créent et maintiennent leur propre solution cloud dans un effort de collaboration.

Le cloud computing simplifie les choses pour les entreprises, car le fardeau de posséder son propre centre de données et de supporter une infrastructure d’entreprise n'est plus nécessaire. L'entreprise peut louer les applications, la puissance de traitement et le stockage dont elle a besoin auprès de son fournisseur de services dans le cloud. Les coûts en amont sont réduits, et l'entreprise ne paie que ce dont elle a réellement besoin et qu'elle utilise, avec la possibilité de le faire évoluer en fonction des besoins, à la demande. En outre, la maintenance et les mises à jour sont toutes effectuées par le fournisseur de services en ligne, ce qui réduit la charge de travail du service informatique interne.

La première partie du cloud computing est le « nuage » lui-même. Bien qu’il ne soit pas local, il peut y avoir certaines nuances selon l'endroit où il se trouve. Par exemple, on parle de nuage public lorsque l'entreprise n'est pas responsable de la maintenance du serveur.

Son contrepoint est le nuage privé, qui se trouve physiquement dans les locaux de l’entreprise – on l’appelle nuage sur site, ou plus loin dans un centre de données, et où l'entreprise est en charge la maintenance. Le nuage privé est souvent utilisé pour des applications plus sensibles afin de garder le contrôle des données pour garantir un niveau de sécurité plus élevé.

Le Saas ou Software-as-a-Service

La seconde partie du cloud computing est la partie informatique. De nos jours, presque toutes les applications qui n'exigent pas que vous soyez à proximité physique du matériel peuvent être utilisées dans le cloud computing.

Ces applications sont classées en plusieurs catégories. L'une d'entre elles est le SaaS, ou Software-as-a-Service. D'autres variantes d'applications de cloud computing comprennent le PaaS (Platform-as-a-Service) et l'IaaS (Infrastructure-as-a-Service).

What is Office 365?

Un exemple bien connu de SaaS est la suite Microsoft Office 365. Plutôt que d'exécuter le programme localement, Office 365 est vendu sous forme d'abonnement. Pour le prix de 10 euros environ par mois, toutes les applications Microsoft Office sont incluses. Les avantages sont que le logiciel, tel qu'il est hébergé sur leur serveur, est continuellement mis à jour et que les documents sont sauvegardés dans le nuage pour un stockage fiable et un partage facile.

Parmi les autres exemples populaires de SaaS, citons Adobe Creative Cloud, Slack, DocuSign et Salesforce.com.

Azure regions

Le PaaS ou Platform-as-a-Service

Le PaaS est le deuxième type de plate-forme informatique en nuage, avec un système d'exploitation, un environnement d'exécution en langage de programmation et une base de données.

Un exemple populaire de PaaS est Microsoft Azure, qui est utilisé par de grandes entreprises comme Toyota, UPS et Coca-Cola. Microsoft affirme que 90% des entreprises du Fortune 500 l'utilisent. L'hébergement se fait dans 54 centres de données Azure, disponibles dans 140 pays.

Les gens utilisent Microsoft Azure pour divers projets, notamment la gestion de bases de données relationnelles SQL, des machines virtuelles basées sur le cloud Microsoft ou Linux, et des applications web basées sur le cloud via les Microsoft Azure WebApps. Parmi les autres exemples de PaaS, citons IBM SmartCloud, le logiciel libre RedHat OpenShift, le moteur d'application Google et les CloudBees basés sur Java.

L'IaaS ou Infrastructure-as-a-Service

Avec la puissance des ressources partagées dans le cloud, qu'il s'agisse de logiciels, d'une plate-forme ou d'une infrastructure entière, il n'est pas étonnant que le cloud computing connaisse une telle popularité.

La troisième grande catégorie d'informatique en nuage est l'infrastructure en tant que service (IaaS). Dans cette variante, l'objectif est de fournir des ressources informatiques virtualisées via Internet, le fournisseur de cloud computing hébergeant une suite complète de services d'infrastructure, y compris les serveurs, le stockage et la mise en réseau, ainsi qu'une couche de virtualisation. En résumé, tout ce qui serait nécessaire dans un centre de données sur site.

L'IaaS fournit des services essentiels tels que la sécurité, l'accès aux journaux, les services de surveillance et la résilience du stockage afin de proposer une offre plus robuste que si elle était hébergée localement, avec une solution clé en main.

Il existe de nombreux exemples d'IaaS, dont les plus connus sont Amazon Web Services, Rackspace Open Cloud, Google Compute Engine et Apache CloudStack. En fait, Amazon Web Services est tellement populaire que l'année dernière, l’entreprise a tiré l’essentiel de ses revenus d'exploitation de leur offre de cloud computing.