Skip to main content

Les Etats-Unis accusent des officiers militaires chinois de piratage généralisé

Piratage Equifax
(Crédit photo: Shutterstock.com / Nicescene)

Quatre officiers militaires chinois viennent d’être inculpés par les États-Unis pour la violation des bases de données d'Equifax, l’une des plus importantes sociétés de crédit à la consommation. L’attaque - survenue en 2017 - a touché plus de 147 millions d'Américains ainsi que des clients britanniques et canadiens. Le ministre américain de la Justice Bill Barr a annoncé les accusations, en qualifiant l’événement comme « l’un des plus gros piratages de données de l’Histoire ».

Selon des documents judiciaires analysés, les quatre suspects seraient membres du 54e Institut de Recherche de l'Armée populaire de Libération chinoise. Ils auraient passé plusieurs semaines à l'intérieur des systèmes d'Equifax, en contournant les différents systèmes de sécurité de l’organisme.

L'acte d'accusation en neuf points repose principalement sur le vol de secrets commerciaux et l’exploitation de données personnelles non-propriétaires. Toutefois, il s’avère impossible aujourd’hui de juger les individus concernés pour leurs crimes. En effet, ces derniers - bien qu’identifiés - n’ont pu être géolocalisés.

Des informations bancaires non contournées à ce jour

Une situation qui ne serait pas irrémédiable, comme le déclare le directeur adjoint du FBI David Bowdich : « nous ne pouvons pas les mettre en garde à vue, les juger devant un tribunal et les emprisonner - pas aujourd'hui, en tout cas. Mais un jour, ces criminels se tromperont, et quand ils le feront, nous serons là ».

M. Bowdich a également affirmé que rien ne prouvait que les données subtilisées lors du piratage aient été utilisées pour détourner les comptes bancaires ou les cartes de crédit des clients d’Equifax.

Via BBC